« La kleptomanie est souvent un symptôme de détresse »

La kleptomanie est un trouble du comportement relativement connu. Pourtant, il reste encore aujourd’hui, selon les spécialistes, trop peu étudié. Delphine Schelcher, psychologue, nous parle de son expérience face à ce trouble comportemental.

Que sait-on de la kleptomanie actuellement ?

D’après le DMS-5 [Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, et des troubles psychiatriques], la kleptomanie est une pulsion irrépressible poussant à dérober divers objets. Ces vols se font indépendamment de la valeur des objets ou des besoins des personnes atteintes. Le DMS-5, comme la plupart des autres documents, se focalise seulement sur la description de la kleptomanie mais très peu sur l’origine de celle-ci. Je vois la kleptomanie comme un symptôme puisque la pulsion s’inscrit dans des schémas mentaux différents ; selon les individus elle n’a pas la même fonction. Cette perception varie cependant selon les référentiels des spécialistes.

A l’image du niffleur dans Les Animaux Fantastiques, on constate que certains animaux montrent des pratiques de vol, est-ce aussi chez l’humain un comportement naturel ?

Chaque être humain a des pulsions primaires qui ne sont pas compatibles avec la vie en société. L’agressivité ou la libido notamment, font partie de la condition initiale de l’humain. Le vol peut faire partie de ces pulsions. C’est possible de lier cela au principe de plaisir de Freud. Selon ce principe, notre vie pulsionnelle a pour objectif de réduire une pression interne. Or les exigences de la société vont à l’encontre de cela. C’est une tendance naturelle pour un enfant de vouloir posséder. C’est en grandissant, selon notre éducation, que cette volonté est refrénée.

Pourquoi les personnes atteintes déclenchent-elles ce trouble ?

Il ne faut pas généraliser, les raisons de développer ce trouble sont variables selon les individus. Chez les enfants, d’après mon expérience, c’est lié à des carences sur le plan des liens affectifs. La kleptomanie est souvent un symptôme de détresse. J’ai reçu en consultation une jeune fille de 12 ans qui dérobait des objets chez ses nounous et à l’école. Pendant nos séances, elle dessinait des jouets abîmés et se représentait seule. Elle racontait à travers ses dessins à quel point elle se sentait isolée. En fait, elle avait beaucoup de mal à trouver un lieu sécurisant. Ses parents n’étaient pas très présents au quotidien et ont plusieurs fois déménagé, d’où cette forme d’insécurité.

Pour quelles raisons les personnes atteintes de kleptomanie se rendent-elles en thérapie ?

Beaucoup rapprochent la kleptomanie de l’addiction, ce qui est plutôt le cas chez les adultes. Pour satisfaire la dépendance, il faut augmenter la fréquence et l’importance des vols afin de ressentir le même effet. Ces personnes sont donc amenées à consulter car parfois, elles rencontrent des problèmes face à la justice. Chez les enfants et les adolescents, c’est généralement l’entourage qui les amène à consulter. Même si certaines personnes se rendent compte du problème, le plus souvent ce sont des contraintes extérieures qui les amènent vers la thérapie.

Comment procède-t-on pour aider les personnes atteintes de kleptomanie ?

Différentes méthodes sont à la mode actuellement, notamment les thérapies comportementales et cognitives. Ce sont des thérapies brèves, qui se concentrent sur le symptôme en lui-même et les pensées qui y sont associées. Avec la kleptomanie, ce n’est pas comme en médecine. Ce n’est pas possible de prescrire un médicament pour soigner le symptôme. Si on y touche trop brutalement, cela peut s’effondrer ailleurs. Le plus important est de tisser un lien de confiance, ce qui se fait avec le temps. L’objectif est de permettre aux personnes de se sentir moins fragiles.



Citer ce billet
Maud Lieb (2022, 1 janvier). « La kleptomanie est souvent un symptôme de détresse ». Le Grand public. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt9j

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search