Les jeunes footballeurs du Racing sous la loupe d’un “sport scientist”

Amener la science sur le terrain. Tel est l’objectif des “sport scientists”, qui commencent à faire leur apparition au sein des clubs de football français. À la Racing Mutest Académie, Anasthase Massamba étudie la fatigue neuromusculaire des jeunes joueurs, pour les amener à améliorer leur performance tout en se préservant des blessures.

“Pour nous, il n’y pas de jour férié”. Le ton est donné. Le rendez-vous est pris pour le 11 novembre 2021 à 9h30. Par cette froide et grise journée d’automne, une trentaine de jeunes footballeurs descendent de quatre minibus et se dirigent vers le terrain. Ils ont entre seize et vingt ans et font partie de la Racing Mutest Académie, le centre de formation du Racing Club de Strasbourg Alsace. Anasthase Massamba, leur préparateur physique, les suit. Comme tout préparateur, il a pour charge d’établir les programmes d’entraînement des joueurs. Mais sa particularité, c’est d’être également doctorant à la faculté des sciences du sport de l’Université de Strasbourg. Il réalise des expériences en laboratoire et recueille des données sur le terrain, afin d’aider ces jeunes footballeurs à améliorer leurs performances.

L’entraînement démarre immédiatement par une séance d’échauffement de dix minutes. Les exercices sont courts et s’enchaînent très rapidement. “Mettez de la tension dans les ischio !” crie le préparateur physique. “Et plus de rythme, on dirait des grands-pères…”. Depuis fin 2019, Anasthase Massamba a débuté une thèse dont l’objectif est d’individualiser au maximum les charges de travail des joueurs afin d’atteindre la juste dose de fatigue. “On a constamment le pied sur l’accélérateur, pour booster la performance, et en même temps sur le frein, pour éviter les blessures”.

Après l’échauffement, les joueurs rejoignent leur entraîneur et démarrent un match. Trois blessés poursuivent avec Anasthase Massamba : “deux d’entre eux sont blessés depuis six semaines, le dernier depuis un mois. Tous les trois subiront un test demain pour savoir s’ils peuvent reprendre un entraînement normal. Ils devront pouvoir courir à 95% de leur vitesse maximale, sans appréhension et sans douleur. En début de saison, on a eu jusqu’à sept blessés…”.

En laboratoire, Anasthase Massamba étudie plus particulièrement les muscles ischio-jambiers, situés à l’arrière des cuisses. “De nombreuses blessures aux ischio-jambiers surviennent au cours d’actions intenses en condition de fatigue. Mais ces muscles sont peu étudiés dans la littérature, à la différence des quadriceps, situés à l’avant des cuisses.” Pour les scientifiques, la fatigue neuromusculaire correspond à une diminution de la production de force. Afin de l’évaluer, on mesure la contraction maximale volontaire (CMV), c’est-à-dire la force maximale qu’un individu peut produire, avant et après un exercice. Sa diminution traduit le niveau de fatigue dû à l’exercice. Anasthase Massamba a montré que si les ischio-jambiers sont moins fatigables que les quadriceps, ils sont en revanche plus faibles, ce qui explique qu’ils soient plus fréquemment blessés.


Les brassières GPS permettent de recueillir 200 indicateurs à chaque séance.

Le doctorant recueille également de nombreuses données lors des matchs et des entraînements : “Vous voyez cette brassière que porte le joueur ? Elle contient une balise GPS. Environ 200 indicateurs par joueur sont récoltés et alimentent une base de données qui grossit de séance en séance et permet un suivi au fil du temps”. Certains de ces indicateurs sont particulièrement étudiés, comme la vitesse, les accélérations et les décélérations, l’enjeu est de trouver des indicateurs indirects de la fatigue neuromusculaire et de déterminer des seuils d’alerte. Après chaque match, Anasthase Massamba examine les données sur sa tablette. Celle-ci lui fournit une vision d’ensemble par indicateur pour tous les joueurs, et une fiche synthétique pour chaque joueur. “Je dois être en mesure de faire un rapport à l’entraîneur vingt minutes après la fin du match. Il faut que je vulgarise mes analyses, pour qu’elles soient compréhensibles par le staff et les joueurs”.

Quand on demande pourquoi ces travaux scientifiques sont réalisés chez les jeunes, et non pas chez l’équipe professionnelle, Thomas Hureau, directeur de thèse d’Anasthase Massamba, explique : “les pros sont inaccessibles, ils vivent dans une sorte de bulle. Et on n’expérimente pas sur eux”. Les jeunes joueurs, cobayes de ces expériences s’intéressent de plus en plus à ces travaux. “Ils veulent savoir, ils comprennent l’intérêt d’optimiser leur propre performance” explique le préparateur physique, qui espère qu’à terme ses travaux pourront également servir aux joueurs professionnels. D’après lui, chez ces derniers, l’enjeu de la fatigue est encore plus important : “ils ont un rythme différent des jeunes, avec plus de matchs et des déplacements à l’étranger. Toute blessure qui immobilise le joueur coûte très cher à l’équipe”. Derrière les avancées de la science pour prévenir les blessures et améliorer les performances, il y a donc des enjeux financiers importants pour les équipes professionnelles.

Crédit image : Gaïane Charpenet



Citer ce billet
Céline Goffette (2022, 1 février). Les jeunes footballeurs du Racing sous la loupe d’un “sport scientist”. Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt9s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search