L’apnée, un sport qui fait progresser la science

Ilaria Bossi enseigne l’apnée à la Bluenery Academy, l’école fondée par Guillaume Néry, champion du monde d’apnée en poids constant, et Bastien Soleil, photographe du monde sous-marin. Elle revient sur les liens entre science et apnée.

La préparation mentale est-elle un avantage pour la plongée en apnée ?

C’est toujours un plus. L’autre jour, j’écoutais un podcast d’une doctorante en psychologie clinique qui fait sa thèse sur le rôle de la préparation mentale en apnée. Elle a interrogé 20 apnéistes de haut niveau et un seul d’entre eux n’en faisait pas. Alice Modolo, quadruple championne de France en poids constant, ne jure que par ça. C’est ce qui lui a permis de dépasser la profondeur où elle stagnait.

Quelle préparation mentale pratiquez-vous ?

Au-delà des 60 m, on en a besoin. Je plonge à 40 m. À ce niveau, ce n’est pas obligé. Il existe quand même une grande part de mental. L’apnée, c’est le seul sport où on se prive d’une fonction vitale. En apnée, le corps va envoyer des signaux comme l’envie de respirer. Ce premier signal anticipe le besoin réel. L’envie de respirer arrive, et c’est à moi, avec ma force mentale et mon lâcher-prise de dire : non je ne remonte pas, je sais que cette envie de respirer n’est pas causée par un faible taux d’oxygène mais par l’augmentation du dioxyde de carbone. C’est moi qui décide. Je reste calme. Plus je suis calme, moins je consomme d’oxygène. Ce qui est important c’est d’être ouvert aux sensations reçues et d’affiner sa perception. Ça permet de savoir quand on s’approche des limites, et de ne pas les dépasser.

C’est important de comprendre ce qui se passe dans votre corps durant une plongée en apnée ?

Bien sûr, c’est important pour ne pas se blesser et savoir comment réagir. Avoir une idée de ce qui se passe permet de contrecarrer les effets. Si on descend sans équilibrer la pression qui s’exerce sur les oreilles, on risque de faire un barotraumatisme, une blessure due à la variation de la pression interne. Pour éviter ça, dans notre cursus pédagogique, on parle de la loi de Boyle-Mariotte, de l’effet que la pression exerce sur nos volumes d’air. On enseigne aussi le réflexe d’immersion et comment le corps enclenche des mécanismes d’adaptations physiologiques pour répondre à l’apnée et à l’immersion (contraction de la rate, bradycardie, vasoconstriction périphérique…). C’est hyper intéressant, et on va s’en servir à bon escient pour notre entraînement.

Guillaume Néry a récemment participé à une étude avec le neurologue Steven Laureys. Est-ce fréquent que les apnéistes professionnels participent à des études scientifiques ?

C’est aussi le cas d’Umberto Pelizzari, un des premiers grands apnéistes. Il enseigne à l’école Y-40. On le voit souvent plonger jusqu’à 40 m, avec des scientifiques autour de la fosse, qui attendent sa remontée. Ils lui mettent des électrodes, font des prises de sang, lui font passer différents tests… Il faut savoir que la plongée en apnée reste très méconnue par la science, notamment par la médecine. En tant qu’instructrice, j’entends des absurdités. Par exemple, un médecin a conseillé à une élève de plonger avec des bouchons d’oreilles. En piscine, c’est possible. Mais en profondeur, les tympans explosent si on ne peut pas compenser l’effet de la pression. Il y a un vrai effort de la science pour rattraper son retard, et découvrir les modifications physiologiques et mentales causées par l’apnée.



Citer ce billet
apollinelaenger (2022, 1 février). L’apnée, un sport qui fait progresser la science. Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt9r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search