Plante, chercheur et biais scientifique : un véritable triangle amoureux

Les chercheurs en biologie végétale mettent en garde le grand public contre l’anthropocentrisme et l’anthropomorphisme qui s’invitent régulièrement dans les livres de vulgarisation. François Bernier est revenu sur le sujet en octobre dernier lors d’une conférence sur l’intelligence des plantes.

Mardi 12 octobre 2021, dans le village alsacien de Holtzheim, se tenait une conférence sur les plantes. Pour l’occasion, les retraités des environs, tous passionnés de jardinage, se sont réunis dans la médiathèque du village. Une fois tout le monde bien installé et les présentations faites, François Bernier, professeur de biologie à l’Université de Strasbourg s’est mis à parler des plantes, de leurs sens, de leur intelligence… Mais surtout, il a mis en garde. Son attitude décontractée et sa voix chantante, trahissent ses origines québécoises, et adoucissent ses propos. Il est clair qu’il faut faire attention. Attention à quoi ? À l’anthropocentrisme, cette fâcheuse manie qu’ont les hommes de se placer au centre de tout et de penser que tout ce qui existe n’a qu’une seule raison d’être : servir à l’homme. Attention aussi à l’anthropomorphisme, un bien vilain biais scientifique, qui fait voir aux hommes des comportements et des sentiments spécifiques à l’espèce humaine là où il n’y en a pas.

Ce jour-là, l’anthropocentrisme, bête noire des scientifiques, s’est glissée dans la salle de conférence. C’est une femme qui l’a invoqué. Elle avait entendu parler des huiles essentielles que les arbres produiraient et diffuseraient dans la forêt, « et en les respirant, on va bien ». Le professeur s’en est amusé. L’idée que les plantes choisissent d’être attentionnées envers l’espèce humaine a de quoi faire rire. Malheureusement, l’anthropocentrisme imprègne la littérature scientifique et de nombreux livres de vulgarisation répandent l’idée que les plantes nous veulent du bien.

En 2017, l’un de ces ouvrages a rencontré un terrible succès, s’élevant au rang d’un prix Goncourt avec plus de 250 000 exemplaires vendus en France en un an. La vie secrètes des arbres, écrit par le forestier allemand Peter Wohlleben, est vivement déconseillé par François Bernier. Ce n’est d’ailleurs pas le seul livre de pseudoscience que le professeur contre-indique. Les émotions cachées des plantes de Didier Van Cauvelaert ou encore Communiquer avec les arbres de Maja Kooitstra sont également des ouvrages qu’il vaut mieux ne pas lire. « Je ne suis pas payé pour vous montrer ces livres » rassure François Bernier. Les propos peu élogieux qu’ils leurs associe le prouvent. Ils sont « ridicules », « trompeurs » et leur contenu est « consternant ». Les auteurs de ces livres et leurs éditeurs savent comment profiter du nouvel intérêt des lecteurs pour les plantes. À force de vocabulaire du registre de l’émotionnel, du sensationnel et du spectaculaire, les livres se vendent comme des petits pains. Le récit poétique et débordant d’empathie de La vie secrète des arbres justifient son succès, comme le souligne les chercheurs de l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture (INRA) Meriem Fournier et Bruno Moulia.

Les livres ont été largement dénoncés lors de la conférence de François Bernier, mais les films ne sont pas en reste ! Les Animaux Fantastiques montrent des plantes magiques, douée d’une conscience semblable à la notre. Les “botrucs”, agissent comme des êtres humains. Pickett, l’un d’entre eux, se fait maltraiter par ses congénères et préfère rester caché dans la poche du héros, Norbert Dragonneau, un spécialiste des créatures magiques.

Allant souvent de pair avec l’anthropocentrisme, l’anthropomorphisme associé aux plantes fait globalement grincer des dents la communauté scientifique comme le souligne Yogi H. Hendlin dans une publication sur l’« éthique végétale » parue en mai 2021 dans le journal White Horse Press. Un autre chercheur, Daniel Chamovitz, évoque lui aussi ce problème dans son livre La plante et ses sens (2017). L’utilisation des termes « vue », « odorat » ou « ouïe » pour parler des capacités sensorielles des plantes est une erreur, car si la plante perçoit la lumière, elle est tout bonnement incapable d’en tirer une image puisqu’elle ne possède pas de cerveau. Les plantes ont conscience de leur environnement, mais d’une manière bien différente de la notre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search