Le prix de l’espace

La médiation autour de l’espace s’articule au rythme des avancées de la conquête spatiale. Sous couvert d’éduquer le grand public à l’immensité de l’univers, cette pratique cache pourtant un moins noble dessein : la perspective de s’enrichir. 

En matière spatiale c’est la rareté qui dicte la valeur des choses. A l’heure où moins de 550 personnes sont allées dans l’espace, une dizaine de millionnaires peuvent d’ores et déjà se targuer d’avoir séjourné à bord de l’ISS à 400km au-dessus de la tête des Terriens. Aujourd’hui l’idée d’un tourisme spatial qui se concrétise ne fait plus seulement rêver les intrépides. Alors qu’ils s’affichaient autrefois en héros inaccessibles, les astronautes partagent à présent leur quotidien sur les réseaux sociaux. En filmant leur brossage de dents en apesanteur, les spationautes instaurent une nouvelle proximité avec le grand public. Une opération de communication bien rodée qui sert les ambitions d’un tourisme cosmique qui rêve de transporter l’Homme toujours plus loin dans l’espace.

Bien que 90000 billets à destination de la Lune aient été vendus dans les années 70, aucun touriste n’a jamais approché le sol lunaire. Parcourir les 350000 km qui nous séparent de notre satellite, c’est pourtant le défi fou que veut relever SpaceX avec le projet #dear Moon. En 2023, l’entreprise américaine prévoit d’expédier Yusaku Maezawa en orbite autour de la Lune. A grand renfort d’opérations de communication, l’entrepreneur japonais justifie ce voyage de 6 jours à plusieurs milliards d’euros, en expliquant qu’il sera accompagné d’une cohorte d’artistes qui se verront offrir une opportunité unique : aller là où moins de 25 hommes sont allés avant eux. Ces derniers s’inspireront du paysage lunaire pour créer une exposition consacrée à ce voyage.

Bien que le tourisme spatial brasse des sommes astronomiques, il n’est pas lucratif pour autant et sert plutôt de devanture à ceux qui oeuvrent à privatiser l’espace. Alors que la conquête spatiale dépendait autrefois d’organismes publics, elle est à présent l’apanage de plusieurs entreprises privées. Avec SpaceX en chef de fil, ces dernières se positionnent dans plusieurs domaines comme le transport spatial par des fusées réutilisables ou l’internet à haut débit à l’échelle du globe par l’intermédiaire d’une armada de satellites. Grâce aux explorations scientifiques qui localisent régulièrement des gisements de métaux sur des astéroïdes ou sur la Lune, certaines entreprises s’imaginent déjà exploiter les ressources de notre système solaire.

L’installation de mines sur le sol extraterrestre pose de nombreux problèmes. Une réglementation claire est indispensable pour éviter la destruction massive de sites naturels et les conflits territoriaux entre sites d’étude scientifique et d’exploitation des ressources. Un sujet sensible qui plutôt que de pousser les dirigeants d’états à ratifier un accord mondial, les incite à rédiger des décrets qui leur sont favorables. C’est ce qu’a démontré en 2020 l’administration Trump en encourageant « l’effort international de récupération et l’utilisation des ressources spatiales » affirmant par la même occasion que « les États-Unis ne considèrent pas l’espace comme un patrimoine commun de l’humanité ».

A une autre échelle, plusieurs plateformes d’e-commerce appliquent le même principe qui consiste à s’approprier et revendre un morceau d’univers. Sur ces sites, une trentaine d’euros suffisent pour s’offrir une étoile. En échange de cette somme, l’heureux propriétaire spatial, peut baptiser son astre et passer ensuite ses nuits à le contempler en se félicitant de posséder un bout d’espace. Hélas pour lui, il se leurre. Le seul organisme habilité à nommer les étoiles est l’Union Astronomique Internationale. Une information que se garde bien de divulguer les revendeurs d’étoiles. Le commerce astral est donc une pratique tout à fait douteuse mais qui illustre néanmoins à la perfection la valeur marchande de l’espace.

Posséder un corps céleste peut effectivement rapporter gros. Depuis qu’une météorite de 2,1kg a traversé le toit de la véranda de Josua Hutagalunga en novembre dernier, la vie de cet ancien fabricant de cercueil a changé. Contacté par un collectionneur américain, après qu’il ait partagé sa découverte sur les réseaux sociaux, l’Indonésien de 33 ans a cédé sa météorite contre une somme qui n’a pas été divulguée mais qu’on imagine conséquente. La roche cosmique a été estimée à plus d’1,5 million d’euros. Un chiffre à la hauteur de la rareté de l’objet qui pourrait avoir été formé lors de la naissance de notre système solaire, il y a 4,5 milliard d’années.

Sources :

https://www.iau.org/

https://dearmoon.earth/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search