“Notre priorité est de concevoir un parcours inclusif”

Carole Roudeix est chargée d’accessibilité pour le public déficient visuel à la Cité des sciences et de l’industrie, elle nous explique comment elle adapte l’offre du musée aux personnes déficientes visuelles.

Comment rendre accessible une exposition ?

Nous travaillons avec les muséographes un an à un an et demi avant la date d’ouverture d’une exposition. Ils nous présentent le sujet, les objectifs, l’approche, le contenu et les différentes parties de la future exposition. Puis, chaque chargé d’accessibilité prend des rendez-vous individuels avec l’équipe de muséographie pour étudier chaque élément dans le détail et voir quelle adaptation est possible si nécessaire. Par exemple, dans le cas d’un film, nous demandons à ce que le commentaire audio soit suffisamment explicite pour ne pas avoir à ajouter une surcouche avec de l’audiodescription. Ainsi, notre travail est de veiller à ce que le commentaire à lui seul (sans l’image) permette à la personne déficiente visuel de comprendre le contenu. Enfin, nous utilisons des murmurants, des enregistrements audio installés en général à l’entrée de l’exposition pour une présentation de celle-ci (thème général, disposition, nombre de parties) et dans chacune de ses parties pour en présenter la thématique. Pour chaque exposition nous faisons un plan bi-graphique (couleur et relief) et en bi-écriture (visible et braille) à l’entrée pour que la personne puisse se repérer et imaginer la configuration du lieu. Il nous arrive d’en faire des maquettes quand cela est pertinent.

Il nous faut parfois recourir à l’utilisation d’une table spéciale si la place n’est pas suffisante ou que l’élément ne peut être adapté directement. Par exemple, lors d’une exposition temporaire,  « Froid », un des dispositifs reproduisait un thermomètre géant avec des informations au sol sur quatre ou cinq mètres de longueur. Pour rendre accessible cet aménagement, nous avons repris les informations dans un cartel braille situé à côté pour que le public ne perde pas de contenu par rapport au public voyant. 

Comment faire pour que les différents types de visiteurs partagent une même expérience de visite ?

Notre dernière exposition permanente “l’exposition bio-inspirée, une autre approche du vivant”, vient juste d’ouvrir L’équipe de muséographie dans leur choix scénographique a fait en sorte d’intégrer le braille et les dessins en relief sur le même mobilier. L’idée est que la personne handicapée puisse partager une expérience de visite similaire à celle du public voyant et que cela s’inscrive dans un parcours cohérent. Nous avons adapté les planches naturalistes en limitant le nombre dessin car les illustrations tactiles ainsi que le braille prennent plus de place.  La police de caractère utilisée pour les gros caractères est « luciole » créée pour faciliter la lecture à un public malvoyant.

Avez-vous des retours des personnes concernées sur vos expositions ?

À ma connaissance, nous n’avons pas fait d’enquêtes de retour, mais lorsque nous sommes sollicités par des associations ou des individuels pour réaliser des visites commentées, nous discutons directement avec eux. Ces visites sont complémentaires, car tous les visiteurs n’ont pas la même acuité tactile et certains peuvent avoir besoin d’explications et d’être guidés. Nous parlons de «visites-commentées» car nous ne sommes ni conférencières, ni médiatrices scientifiques et donc il ne s’agit pas de visites-guidées telles qu’elles peuvent exister dans d’autres établissements. Nous élaborons un parcours de visite et transmettons le contenu de l’exposition sans aller au-delà.

Notre travail consiste aussi à aider les médiateurs scientifiques qui travaillent sur les exposés, les jeux de type quiz, ou les ateliers qui existent autour des expositions afin qu’ils prennent en compte le public handicapé. Dans le cas d’un atelier sur la carte du ciel par exemple, il s’agira la plupart du temps d’adaptations temporelles pour que les personnes non-voyantes puissent avoir le temps d’appréhender l’ensemble de la carte tactile avant de répondre aux questions. Il faut également que les médiateurs soient plus précis et descriptifs lorsqu’ils font passer une information. En ce qui concerne les supports, il y a deux possibilités : soit les supports sont déjà existants par conséquent dans la plupart des cas nous devons créer des supports spécifiques car il ne suffit pas de mettre du braille pour qu’un support soit accessible. Il faut adapter les dessins pour pouvoir les mettre en relief, légender en braille et grossir les caractères.

Dans le cas où les supports n’existent pas encore, nous travaillons pour créer un support inclusif (public voyant – public déficient visuel) ainsi le médiateur pourra utiliser ce support quelque soit le type de public accueilli ce qui est également plus ergonomique pour lui. Cette démarche permet de ne pas multiplier les supports et d’éviter un décalage voir une mise à l’écart de la personne déficiente visuel surtout dans le cas des classes avec des élèves en inclusion.  Toutefois, l’un n’exclut par l’autre car dans une même médiation, le médiateur peut avoir recours aux deux types de support. 

Si nous parvenons à avoir une présentation par l’équipe de médiation du déroulé de l’atelier, du rythme, des supports envisagés, de l’interaction avec le public avant que son scénario soit bouclé et que les supports soient réalisés, alors ensemble nous pouvons construire un atelier inclusif. Encore une fois l’idée est d’éviter de multiplier les scénarios et supports en fonction d’un public spécifique ; et bien entendu cela n’exclut pas la possibilité de faire un atelier spécifique pour un public spécifique s’il y une pertinence…ce n’est pas tout ou rien, ce sont des approches complémentaires avec une volonté de proposer de plus en plus d’offres inclusives.

Comment s’organise le pôle accessibilité à la cité des sciences ?

L’accessibilité a été inscrite dans le projet de fondation la Cité des sciences et de l’industrie, c’est-à-dire avant son ouverture au public, avec comme ambition de rendre la culture scientifique accessible à tous sans différencier les parcours au sein du musée dans la mesure du possible.

Le pôle accessibilité de la Délégation à la Qualité d’Usage et à l’Accessibilité  (DQUA) est composé de sept chargés d’accessibilité et d’une responsable du Pôle dont la mission est de rendre l’ensemble de l’offre et services accessibles à tous les publics handicapés (moteur, mental, sourd, déficient visuel et public du champ social). C’est une équipe dédiée avec des professionnels en situation de handicap et non handicapés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search