“Un enseignement bilingue efficace nécessite de trouver un niveau de langue et un degré de difficulté en mathématiques adaptés”

Enseigner les mathématiques dans une autre langue peut sembler relever du défi. Yves Schubnel en a fait son sujet de thèse. Il forme aujourd’hui de futurs enseignants du premier degré (équivalent du primaire) à la Haute École Pédagogique de Fribourg, en Suisse.

Crédits image : Yves Schubnel – Le MATHelier, HEP Fribourg

Qu’apporte le bilinguisme à l’enseignement des mathématiques ?

Apprendre les mathématiques dans une autre langue et à travers une autre culture est bénéfique, à la fois pour l’apprentissage linguistique, et pour l’appréhension des notions mathématiques. Prenons le cas de la lecture des nombres : en comparant les manières de prononcer un même nombre en français et en allemand, on peut illustrer une propriété de l’addition qu’est la commutativité. Le nombre vingt-trois par exemple, se prononce en allemand dreiundzwanzig (littéralement « trois et vingt ») : l’élève comprend alors qu’il résulte à la fois de l’addition de 20+3, ou de 3+20.

Enseigner les mathématiques dans un contexte bilingue permet également des apports culturels, quelle que soit la culture considérée. La technique opératoire de la multiplication ne se présente pas de la même façon dans les cultures francophone et germanophone par exemple, et la mise en contraste des deux méthodes contribue à une meilleure compréhension de la procédure par les élèves.

Pour que l’apprentissage d’une discipline dans une langue étrangère soit efficace, il faut parfois accepter de repasser dans la langue maternelle en cas de difficultés. Un enseignement bilingue doit se faire de manière ouverte et non dogmatique. Je suis pour le fait de privilégier des temps d’enseignement bilingue, à un enseignement qui se déroulerait dans la seule langue partenaire.

Avez-vous constaté des différences dans l’enseignement bilingue, tel qu’il est pratiqué dans les pays où vous avez enseigné ?

D’après ce que j’ai pu observer dans les classes qui proposent des cursus bilingues franco-allemands en Alsace, les enseignements bilingues sont généralement dispensés uniquement en allemand, et ce n’est pas toujours constructif. Dans le land du Bade-Wurtemberg (Allemagne) et dans le canton de Fribourg (Suisse), où j’ai eu l’occasion d’exercer, le cadre est plus détendu car le bien-être et le développement personnel de l’enfant prennent plus de place. Les élèves entendent peut-être moins parler la langue étrangère, mais ils l’entendent avec davantage de plaisir : c’est un équilibre à trouver !

En réalité, cette question relève de différences culturelles entre les systèmes éducatifs respectifs. D’après mes propres expériences, on cherche davantage à développer l’autonomie des élèves en Allemagne et en Suisse. Pour revenir à l’enseignement des mathématiques, cela se traduit par le fait de favoriser le développement de compétences de résolution de problèmes. Étrangement, c’est en France qu’on a les plus grands didacticiens des mathématiques… mais c’est en Suisse romande que leurs principes sont le plus mis en œuvre ! Il semblerait que ce qui compte avant tout en France, ce soient les savoirs : cet académisme ne se retrouve pas chez nos voisins.

Comment faire pour surmonter les difficultés inhérentes à un enseignement bilingue ?

Un enseignement bilingue efficace nécessite de trouver un niveau de langue et un degré de difficulté en mathématiques qui soient adaptés : c’est à mes yeux une condition sine qua non pour tout enseignement bilingue d’une discipline non linguistique, comme les mathématiques. Cela force l’enseignant à rester simple et à se concentrer sur l’essentiel de ce qu’il veut transmettre. Il peut pour cela utiliser des supports matériels, la gestuelle ou encore passer par le dessin. Ces pratiques apportent une certaine motivation aux élèves : ils apprécient qu’on leur propose des approches simples, et trouvent amusant de les réaliser en parlant une autre langue.

Nous avons par exemple expérimenté la pratique d’un jeu à effectuer à deux par des tandems bilingues, dans lequel les enfants travaillent l’addition et la soustraction des points d’un dé qu’ils lancent à tour de rôle. Si dans un premier temps les élèves parlaient majoritairement dans leur langue maternelle, cela leur permettait d’entendre l’autre langue, en créant une émulation entre eux. Ce jeu est présent dans le MATHelier, un espace à la Haute École Pédagogique de Fribourg que nous dédions depuis quelques années à l’apprentissage des mathématiques autrement, par la créativité et grâce à du matériel pédagogique.

Propos recueillis par Elise Lachat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search