“Paye ta truelle”, un plaidoyer contre le sexisme en archéologie

Comme bien d’autres milieux professionnels, l’archéologie n’est pas épargnée par le sexisme et les discriminations en tout genre. C’est tout l’objet du projet en ligne Paye ta truelle et des actions auxquelles participe sa fondatrice, Laura Mary. En ce mois de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, rencontre avec la jeune femme pour parler d’un problème encore et toujours d’actualité.

Crédits image : Illustration pour le projet Paye ta truelle par Éléonore Naomé

L’engouement médiatique pour l’initiative n’était pas prévu ou recherché, il est pourtant bien présent : un article dans Le Monde, plusieurs passages sur les ondes nationales belges et françaises… La plateforme d’échange en ligne Paye ta truelle permet de recueillir des témoignages sur toutes les formes de discriminations en archéologie. Car si l’archéologie fait partie de ces « métiers passions » dont rêvent les enfants, cela n’empêche aucunement le sexisme ordinaire de s’y installer.

À l’autre bout du fil, c’est la voix enjouée et au léger accent belge de Laura Mary qui décroche. Sollicitée pour évoquer un témoignage qui l’aurait particulièrement marquée, la fondatrice du projet hésite, tant un grand nombre sont sidérants. C’est finalement le récit d’une étudiante, qui arborait un jour des tresses pour se rendre sur un chantier de fouilles, que Laura se remémore pour illustrer la brutalité des expériences vécues. « Le responsable de chantier l’a attrapée par les tresses et a commencé à mimer un acte sexuel, ce qui a particulièrement fait rire ses congénères masculins ». La jeune femme, qui n’a pas bien compris ce qui avait suscité un tel comportement, a finalement décidé de ne plus refaire de tresses, pensant avoir causé ce qui lui était arrivé.

Offrir un lieu d’expression pour centraliser les paroles

Sensible depuis de nombreuses années à la question du sexisme, Laura Mary avait connaissance de projets anglo-saxons ayant vu le jour dans sa discipline et en lien avec ces problématiques. Partant du constat qu’il manquait un espace de dialogue francophone autour de ces questions, la jeune femme a initié le projet Paye ta truelle en 2017. Il s’inscrit dans la lignée des Paye ta blouse, Paye ta fac et autre Paye ta robe, déjà présents dans d’autres domaines.

Selon Laura, aujourd’hui restauratrice de matériel archéologique en Belgique, l’archéologie n’est pas un domaine plus sexiste ou plus patriarcal que les autres. Les conditions de travail peuvent par contre favoriser les formes de discrimination, comme le décrivent nombre de témoignages recueillis. Car l’archéologie prend place dans des milieux variés : terrain, laboratoires, amphis universitaires. Les chantiers de fouilles sont des lieux particulièrement propices à l’émergence de remarques ou de gestes déplacés. À cause de « la promiscuité et de cette frontière entre le personnel et le professionnel qui se brouille aisément, des positions adoptées pour fouiller, ou encore de la relation hiérarchique entre professeurs et étudiant.e.s », résume l’archéologue.

Agir au-delà de la parole

Offrir une présence virtuelle et un lieu d’expression grâce à la plateforme était une première étape. Mettre en place des actions concrètes de médiation et d’échange en marge de ce projet, c’est encore mieux selon Laura, débordante d’énergie. Aidée de quelques collègues archéologues, elle participe à la rédaction de chartes, à l’organisation de séminaires et de conférences dans les milieux professionnels et universitaires. L’exposition itinérante « Archéo-sexisme », co-organisée avec l’association Archéo-Éthique et qui vise à mettre en illustrations certains témoignages, se déplace actuellement entre Belgique, France et Suisse.

Depuis quelques années, le féminisme s’assume davantage, constate Laura d’un air enthousiaste : « De plus en plus de jeunes femmes dont je croise les profils sur les réseaux sociaux, du fait des pages dédiées à Paye ta truelle, affichent clairement leur féminisme à travers leurs bios et des posts engagés. C’était encore assez rare il y a quelques années, lorsque j’étais moi-même étudiante ». La tête sur les épaules, elle poursuit : « Il faut profiter de la médiatisation actuelle pour faire percoler le message, mais notre combat continuera après tout cela ». Rendez-vous est pris dans quelques dizaines d’années, afin de voir « si nos actions ont réellement changé quelque chose, si des réglementations ont enfin été mises en place mais surtout sont respectées ».

Propos recueillis auprès de Laura Mary par Elise Lachat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search