Edito – L’insolite et l’émerveillement au service de la médiation sur l’espace

Pandémie de Covid-19 ou non, les programmes spatiaux n’arrêtent pas leur course effrénée. Lors d’une conférence de presse de début d’année, on apprenait que le CNES, qui fêtera ses 60 ans en décembre, dispose d’un budget 2021 en hausse. Dans un entretien au quotidien Ouest France, son président Jean-Yves Le Gall confiait également en janvier que « 2021 sera une grande année pour le spatial ». Atterrissage en février du rover Perseverance sur Mars, lancement du James Webb Telescope en fin d’année… de quoi ravir les plus curieux qui pourront suivre ces événements en direct. Bien éloignés de nos préoccupations terrestres, pourquoi l’espace et les étoiles continuent-ils de nous faire rêver ?

Chaque année, les médiatisées Nuits des Étoiles ravissent un public toujours aussi nombreux, à l’affut de l’étoile filante qui lui permettra de faire un vœu. Passionnés de la première heure, amateurs d’astronomie ou simples curieux, le spectacle astral naturel et gratuit rassemble des profils variés. Avec des figures de proue comme Aurélien Barrau, Roland Lehoucq ou Hubert Reeves, également pionnier de la vulgarisation scientifique, astrophysique et astronomie fascinent du fait de leur nature insaisissable. En ces temps perturbés, peut-être aussi cherchons-nous un peu d’onirisme dans ces horizons lointains, sortes d’échappatoires imaginaires. Cet émerveillement, médiateurs et vulgarisateurs n’hésitent pas à en jouer, à l’image de la chaîne YouTube Le Sense of Wonder (littéralement « le sentiment d’émerveillement »).

Symbole de ce succès, la Cité de l’Espace de Toulouse a accueilli en 2019 près de 400 000 visiteurs, soit presque autant qu’Océanopolis à Brest. Ceci en fait l’un des lieux de culture scientifique en région les plus fréquentés. Gageons qu’avec la mission Alpha de l’astronaute Thomas Pesquet, passé maître en matière de communication, et premier européen à bord d’une capsule Crew Dragon de SpaceX en ce printemps 2021, l’engouement pour cet espace si lointain n’est pas près de se tarir.

Elise Lachat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search