Quand le design questionne la physique des particules

Aussi énigmatiques qu’ils puissent paraître pour les non initiés, mécanique quantique et design graphique sont au cœur du projet de workshop Design & Science, à l’initiative de Julia Coffre (Faculté des arts de l’Université de Strasbourg) et du physicien Pierre Van Hove (Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien – CNRS).

Quelques fiches récapitulatives des projets proposés par les étudiantes –
Crédits image : Elise Lachat

Mardi après-midi, premier étage du Palais Universitaire. Une dizaine d’étudiantes venues d’horizons variés investissent une salle aux murs tapissés d’esquisses. Leur but ? Réfléchir ensemble à des moyens de représentation originale, sur le thème pointu de la physique des particules. Pour Julia Coffre, enseignante en Master Design projet, « le design est en recherche permanente d’univers, il y a donc des potentiels de croisements avec de telles thématiques scientifiques ».

D’octobre à décembre 2020, ces rendez-vous hebdomadaires ont vu fleurir de nombreuses idées : montages photo ou vidéo, éditions, jeux… Toutes sont destinées à nourrir le workshop prévu en mai 2021 dans les locaux du CERN, théâtre majeur de la recherche en physique subatomique. « Lors de ces ateliers, c’est avant tout le développement de démarches qui se joue, l’important est l’expérimentation des pistes » souligne l’enseignante.

 

La pluridisciplinarité comme ambition…

Masquées et en petits groupes de travail dispersés dans la salle, les étudiantes partagent avec entrain leurs idées. Qu’elles viennent de la communication graphique ou scientifique, du design, ou qu’elles soient doctorantes en physique, toutes s’interrogent : « Qu’est-ce que vous pensez du parallèle avec la typographie ? », « Est-ce qu’il y a encore une véracité scientifique si on suit cette piste ? ».

Selon Julia Coffre, l’un des principaux objectifs réside dans la création d’un atelier pluridisciplinaire viable. En faisant collaborer ces profils et en croisant leurs univers aux enjeux très différents, « l’idée est d’apporter des contributions concrètes, par le biais du design, pour la représentation de phénomènes physiques ». Dualité onde/corpuscule, diagrammes de Feynman, champs électromagnétiques… autant de notions complexes et abstraites qui ont nécessité de longs échanges entre scientifiques et designers.

Mener à bien un tel projet ne se fait pas sans quelques difficultés. Au-delà de la coordination entre les différentes institutions, l’enjeu principal a consisté, pour les organisateurs, à convaincre les financeurs de la viabilité d’un projet pluridisciplinaire. Pour les participants, il s’agissait avant tout de trouver un langage commun leur permettant d’échanger et d’avancer ensemble.

 

… mais aussi comme clé de voûte

Bénéficier d’un double encadrement, c’est une chance dans un tel projet. Sensible aux actions de médiation et de communication, Pierre Van Hove avait collaboré par le passé à un projet de conférence dansée, sur ce même thème de la physique des particules. Le scénario avait été pensé avec les danseurs du Centre Chorégraphique de Strasbourg, et le physicien confie avoir particulièrement apprécié les interactions entre les participants. Elles ont fait naître des idées nouvelles : « Les danseurs avaient digéré les discussions scientifiques et proposé une forme nouvelle qui, à son tour, a donné matière à réflexion pour le scientifique. Cela a permis d’aboutir à une médiation inédite ».

De son côté, Julia Coffre a encadré il y a quelques années l’exposition Taxinomie. Les étudiants en design cherchaient à y offrir une autre visibilité aux collections scientifiques de l’université. « La singularité de ce nouveau projet de workshop, c’est la co-création et l’approche collaborative entre les participantes dès le départ, dès l’élaboration du projet. Ceci permet de bien tenir compte des aspects importants pour chacune des disciplines », explique la designer. Pour Pierre Van Hove, ce travail permet également aux professionnels de « prendre du recul sur leurs disciplines respectives. En voyant comment les explications qu’ils donnent peuvent être mal interprétées et résulter en des propositions décalées, les physiciens sont incités à formuler des explications plus claires, en intégrant de nouvelles méthodes de médiation et en améliorant leur propre compréhension ».

 

La photographie et l’image, points d’entrée entre le design et la science

Au centre de la table trônent quelques pièces en bois, prototypes pour un jeu pédagogique, tandis que plus loin on s’affaire au montage de capsules vidéo. Les supports produits pourraient trouver leur place dans différents contextes de diffusion, en appui aux discours des chercheurs, mais aussi éventuellement en classe ou en marge d’expositions scientifiques.

Pour l’heure, ils seront présentés dans le cadre du projet d’exposition Supplementary Elements prévu à l’automne 2021. Porté par la commissaire indépendante Émeline Dufrennoy et à l’initiative du Service universitaire de l’action culturelle, ce projet d’exposition vise à questionner la place de l’image dans les sciences. Avec la vocation de figurer pour faire comprendre des notions abstraites, ce workshop constitue l’un des multiples volets de l’exposition globale.

 

Propos recueillis auprès de Julia Coffre et Pierre Van Hove par Elise Lachat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search