“Partager quelque chose d’intemporel grâce à l’astronomie”

Crédits image : Natacha Toussaint / Jardin des Sciences

On associe souvent planétariums et activités de médiation autour de l’astronomie à un public d’enfants, mais les adultes peuvent eux aussi y trouver leur compte. Car parler de l’espace permet également d’aborder des thématiques plus profondes, comme nous l’explique Natacha Toussaint, médiatrice scientifique passionnée au Planétarium de l’Université de Strasbourg.

Quels sont les principaux enjeux de la médiation autour de l’astronomie ?

Parler d’astronomie permet de parler d’écologie et d’environnement sans tenir un discours culpabilisant. En décrivant les autres planètes et les conditions qui y règnent, le public se rend rapidement compte à quel point notre Terre est belle et unique, et de la chance que nous avons. J’aime particulièrement faire passer ce message à la fin des spectacles avec les enfants, c’est très important. Nos activités de médiation cherchent aussi à faire rêver, tout en faisant prendre conscience au public que les « autres mondes », comme les exoplanètes, ne nous sont pas accessibles. Cela permet de faire réfléchir sur les vraies valeurs, sur notre place dans l’univers et sur cette chance qui est la nôtre d’en comprendre une petite partie !

Et puis, comme pour toutes les autres sciences, il ne faut pas juste donner goût à l’astronomie, mais réussir à lui donner « du goût » ! C’est-à-dire la rendre palpitante, renouveler les outils pour l’aborder, et montrer non seulement comment la discipline a évolué au cours du temps, mais aussi qu’elle peut encore être amenée à évoluer.

Quels sont les publics visés par les activités du Planétarium ?

En fait, le Planétarium vise tous les publics. Pendant l’année scolaire, les spectacles pédagogiques du Planétarium s’adressent à des jeunes de la maternelle au lycée. Cette offre existe depuis plusieurs dizaines d’années maintenant, et les enseignants l’ont bien identifiée : certains me confient parfois être eux-mêmes déjà venus alors qu’ils étaient élèves ! Nous proposons aussi des spectacles « grand public », qui attirent pour l’instant surtout un public familial mais que nous souhaitons ouverts à tous. Beaucoup de notions font partie d’une culture qui n’est pas réservée aux scolaires, et les questions des enfants sont souvent des prétextes aux questions des adultes !

Certaines séances sont réservées aux étudiants. Elles sont généralement très stimulantes : j’aime beaucoup interagir avec eux et me laisser porter par leurs interrogations, dans mon travail de médiatrice. Les personnes sont sensibles à des aspects différents : l’émotion, le visuel, les dates… Alors dans chaque spectacle conçu et animé par notre équipe, nous cherchons à jouer sur tous ces points pour toucher le plus grand nombre.

Qu’en est-il pour les autres activités en lien avec l’astronomie que vous animez ?

Au Jardin des sciences, la structure de médiation de l’Université de Strasbourg au sein de laquelle je travaille, nous organisons également des observations nocturnes en partenariat avec l’Observatoire astronomique de Strasbourg. Ces soirées sont très demandées et j’adore les animer, mais elles nécessitent une grosse logistique et sont dépendantes de la météo ! Nous accueillons surtout des passionnés d’astronomie lors des nocturnes, mais j’y ai déjà rencontré des parents qui souhaitent sensibiliser leurs enfants à l’observation du ciel. Par contre, les visites de la grande coupole de l’Observatoire intéressent un tout autre public. Il s’agit surtout de personnes sensibles au patrimoine, et à la recherche d’informations : elles nous interrogent souvent sur les méthodes de travail des astronomes à l’époque.

D’après les retours que vous obtenez lors de ces activités, qu’est-ce qui rend des disciplines comme l’astronomie ou l’astrophysique si attractives et fascinantes pour le public ?

Ce sont des disciplines qui conservent de nombreuses parts de mystère : il reste tellement de choses à découvrir et à expliquer ! On peut aisément ressentir une sensation de vertige devant l’infini de l’espace, devant son côté insaisissable. Et pour les personnes les plus sensibles à la beauté du ciel, participer à nos activités leur permet de partager ces frissons avec d’autres personnes.

S’intéresser aux phénomènes astronomiques permet aussi de prendre de la hauteur, et de réaliser à quel point nous sommes minuscules dans cet espace : quoi de mieux pour nous éloigner de nos problèmes quotidiens, et oublier nos querelles de la veille ! J’ai aussi remarqué que beaucoup de grands-parents accompagnent leurs petits-enfants lors des spectacles grand public : c’est sûrement pour eux l’occasion de partager quelque chose d’intemporel, qui était valable pour eux et le restera pour la génération suivante.

Propos recueillis par Elise Lachat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search