« Le président dit que « nous sommes en guerre » ? Alors organisons des ateliers guérilla ! »

François Millet est Living Lab Manager au Dôme, centre de sciences et tiers-lieu de Caen (Calvados). Il organise notamment le Turfu festival, qui a lieu tous les ans sur une semaine afin de faire découvrir différents projets de recherche participative.

Living Lab Manager, qu’est-ce que c’est ?

Je suis responsable du Living Lab, qui est une démarche de recherche et d’innovation participatives. Nous développons des programmes qui visent à impliquer de façon précoce les populations dans la définition, la mise en œuvre et la réalisation de prototypages, que ce soit des objets, des services, ou des programmes de recherche. Notre rôle, c’est de permettre à des personnes de se rencontrer, de discuter, d’imaginer et de créer des choses ensemble.

En octobre, vous avez organisé la 5e édition du Turfu Festival. Comment a-t-il été impacté par la crise sanitaire actuelle ?

Certains projets n’ont pas pu être présents, du fait notamment des contraintes sanitaires. Nous avions des thématiques directement liées au Covid, comme le fait d’imaginer et de concevoir des outils de santé. D’autres ateliers étaient plus potaches : puisque “nous sommes en guerre”, on a mené deux ateliers guérilla.

Le premier, Bike Fighter, part du constat que pendant le confinement, il y a eu une diminution de 80 % du trafic routier, mais le nombre d’accidents a baissé d’à peine 43 %. Ça montre qu’il y a un vrai problème sur la route. Nous avons donc lancé un atelier de création d’armes d’autodéfense pour les cyclistes. Mortal Drone Combat, le second atelier, s’intéressait à la création d’armes pour détruire les drones. En l’espace de six mois nous avons vu apparaître des drones capables de nous identifier et de prévenir la police pour nous verbaliser, alors qu’il n’y a eu aucun débat public à ce sujet.

Vous venez de lancer un programme sur les infodémies. Qu’est-ce que c’est ?

En temps de crise, il y a des épidémies d’informations, appelées infodémies. Il y a déjà un certain nombre d’études sur la manière dont les fake news sont diffusées. Le but de ce programme est donc de se demander comment ces informations sont perçues par la population. Le Dôme a été sollicité par des chercheurs pour mettre en place une démarche participative avec les publics pour monter un protocole de recherche. Il est intéressant de voir si un protocole et sa mise en œuvre seront différents s’ils sont imaginés avec les publics. Concrètement, dans ce programme il y aura des questionnaires et des tests d’outils. D’abord nous avons eu une soirée de présentation des enjeux de l’infodémie, puis le lendemain, deux séances de tests et de découverte d’outils et de protocoles de fact-checking. Ensuite, nous avancerons sur la question du protocole, qui sera mis en œuvre courant 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search