L’échec de la communication climatique

Le réchauffement climatique enflamme quotidiennement les médias. La biodiversité est menacée, l’écosystème qu’est la Terre avec. Les scientifiques, relayés par les médias, le répètent sans cesse, il faut changer le mode de vie actuel, non viable à long terme. Une croissance infinie dans un monde fini, impossible. Malgré les faits présentés, la population reste sourde, et réticente aux changements. La communication ne fonctionne pas. A tel point qu’une discipline émerge dans les années 1990 pour traiter ce sujet et comprendre son échec : la communication climatique. Cette absence d’effets d’un discours s’explique de diverses manières.

Le trop-plein d’informations, tout d’abord, joue en la défaveur de la communication climatique. Entre le déni porté par les climato-sceptiques et les discours alarmants, le réchauffement climatique est parfois perçu comme un débat et non un fait.

Vient ensuite la distance entre cause et effet, entre action et conséquence. Divers reportages montrant la beauté de notre planète sont élaborés, avec pour stratégie d’émouvoir le spectateur, qui se sentira ensuite porté par une mission d’ordre divin : sauver l’écosystème. Une famille de chimpanzés perd sa maison suite à la déforestation de masse. Des familles dévastées, ayant perdu tous leurs biens suite à une tornade. La canicule tue deux fois plus de personnes âgées cette année que les précédentes. Que d’émotions ! Le citoyen moyen verse sa petite larme, “Ah, c’est si triste, ce qui leur arrive… Quel outrage que ce qui est fait à notre belle Terre ! On vit dans un monde bien cruel”. Pour se remettre de ses émotions, il plonge sa cuillère dans son pot de Nutella, l’étale sur du pain industriel, jette ses restes dans sa poubelle, et enfin se réserve un voyage à Bali pour “se ressourcer, ouvrir son esprit, découvrir une nouvelle culture”.

En parallèle de la distance se trouve l’effet immédiat, ou la capacité d’attention qui diminue dès lors que la conséquence d’une action se fait attendre. Les effets du réchauffement climatique sont diffus, les températures augmentent mais les catastrophes paraissent loin dans le temps. De même pour les solutions qui n’agissent qu’à long terme, comme l’adaptation de l’industrie de l’énergie ou du transport.

Parlons aussi de l’effet de dissonance : qu’est-il possible de faire au quotidien quand les décisions majeures sont gérées par les hautes sphères politiques ? Cette question semble avoir une réponse évidente : pas grand-chose. Pourtant des actions à petites échelles, si elles sont partagées par un grand nombre de personnes, deviennent à grande échelle.

Le discours culpabilisant, qui tente de persuader le citoyen moyen de ne plus manger de Nutella ou faire tous ses trajets en voiture, ne fonctionne pas ou peu. Il a été démontré qu’un message de peur incite plus au changement qu’un message optimiste mais dans le cas du climat, les impacts sont lointains, diffus, et l’instinct de survie ne se déclenche pas comme voulu. Soumis à trop de faits alarmants, de courts termes comme de long termes, non hiérarchisés ( la pollution, les OGM, la crise de l’énergie), l’éco-anxiété générée va jusqu’à mener au déni.

La communication climatique s’appuie depuis une dizaine d’années sur les actions individuelles. Elle cherche à proposer des solutions alternatives faciles à atteindre, sur un certains nombre de sujets (moyens de transports, recyclage, alimentation). Le film « Demain », qui montre une autre manière de vivre, en est un bon exemple . Mais la communication par l’optimisme et l’encouragement ne fonctionne pas mieux, ne touchant la plupart du temps que les personnes déjà sensibilisées à la cause.

Tous ces effets se rencontrent pour divers sujets autres que le réchauffement climatique. On peut notamment citer la cigarette, dont les effets néfastes ne sont qu’à long terme, et qui a longtemps été considérée comme neutre, voire bénéfique pour la santé. La communication sur ce sujet a mis des dizaines d’années avant d’atteindre sa cible, de manière plus ou moins réussie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search