Le Sense of Wonder

Entretien avec Sébastien Carassou et Étienne Ledolley, respectivement vulgarisateur à plein temps et journaliste scientifique pour le CNES (Centre Nationale d’Études Spatiales). Les deux créateurs de la chaîne YouTube Le Sense of Wonder, qui cumule près de 5 millions de vues, retranscrivent le “sentiment d’émerveillement” ressenti lorsqu’on est confronté à l’immensité de l’Univers et à la place qu’on y tient.

Pourquoi créer une chaîne YouTube ?

S.C : “Avant d’être une chaîne, le Sense of Wonder était un blog où je partageais mon émerveillement pour les sciences de l’univers.”

E.L : “J’ai découvert ce blog lors de ma deuxième année de master Communication, Audiovisuel et Journalisme à Paris, fin 2014. J’ai trouvé qu’il vulgarisait très bien les sciences de l’Univers et que nous avions la même vision de la vulgarisation scientifique.”

S.C : “Lors de l’essor des chaînes de vulgarisation scientifique sur YouTube en 2015, je me suis dit que je pourrais toucher plus de gens grâce à des vidéos mais je n’avais jamais tenu une caméra de ma vie. J’ai alors rencontré Étienne, à qui j’ai parlé de ce projet et nous avons rapidement constaté que nous partagions une vision similaire de la transmission des sciences. “

E.L : “Nous nous sommes rencontrés en mars, et le premier épisode sortait en mai !”

Vous faites partie des chaînes qui refusent les financements directs de YouTube, pour quelle raison ?

S.C : “Nous sommes très sceptiques sur la stabilité et l’éthique d’un modèle économique basé sur la publicité. Nous ne voulons pas contribuer à un tel système en vendant du temps de cerveau disponible à nos abonné(e)s. De plus, les revenus générés par YouTube seraient assez dérisoires dans notre contexte de production où nous ne réalisons que quelques grosses vidéos par an. Vivre de la publicité sur YouTube nous paraît donc de moins en moins viable, et de moins en moins enviable. Jusqu’à présent, nous avons aussi refusé la majorité des demandes de sponsoring provenant de marques, pour la première raison évoquée ci-dessus.”

D’où viennent les financements pour la chaîne, si vous ne comptez pas sur YouTube directement ?

S.C : « Premièrement, nous comptons beaucoup sur le financement participatif de notre communauté, sur Tipeee et Utip. Deuxièmenent, nous participons activement à créer des ponts entre les vidéastes et des institutions scientifiques, notamment l’Institut d’astrophysique de Paris et l’Université Paris Saclay, ou encore le CEA, et des institutions de culture scientifiques, comme la Cité des sciences. Je suis convaincu que ce type de collaboration bénéficie à tout le monde. Aux institutions, qui cherchent à toucher de nouveaux publics. Aux vidéastes, qui y trouvent une plus grande stabilité financière, une source de financements éthique et qui peuvent accéder aux ressources humaines et scientifiques de ces institutions. Et aux publics, qui peuvent profiter de vidéos gratuites, fiables sur le fond, et ambitieuses sur la forme. »

Quel est le public visé ?

E.L : “YouTube est grand public, on peut choisir totalement qui on veut viser, contrairement à la télévision où le public est choisi par émission. Sébastien veut viser un niveau collège, quand la notion d’atome est connue. Pour ma part je vise plutôt un niveau seconde, avant les spécialisations du lycée.”

S.C : “En pratique, notre public se situe essentiellement entre 18 et 34 ans, et est souvent déjà passionné par la vulgarisation sur YouTube. Point intéressant, il est quasi-exclusivement masculin, ce que je regrette.”

Combien de temps consacrez-vous au Sense of Wonder en moyenne ?

E.L : “C’est très varié, j’y travaille parfois plusieurs heures par soir en plus de mon travail au CNES, par moments au contraire je n’y fais rien pendant une semaine. Actuellement, je travaille en 35h en plus de la chaîne, mais au moment des épisodes sur Proxima B, je travaillais déjà 50h par semaine, la chaîne a dû être mise en pause pendant un temps à ce moment-là. ”

S.C : “Je consacre plus de 60 % de mon temps à d’autres activités que la chaîne, pour des raisons essentiellement économiques. Je travaille sur d’autres chaînes, comme Billes de sciences, où je produis du contenu pédagogique à destination d’enseignant(e)s, je donne des conférences à des publics variés, et je forme des doctorant(e)s à l’écriture de vidéos de sciences. Ces activités représentent l’essentiel de mes revenus, ce qui me permet de consacrer les 40 % du temps restant au Sense of Wonder.”

Quelle a été votre première expérience de “sense of wonder” ?

S.C : “Le Sense of Wonder est profondément ancré dans ma manière de voir le monde, je ne saurais dire avec précision quand j’ai réellement commencé à identifier cette sensation. Était-ce le simulateur d’exploration du système solaire qui m’a accompagné durant mes jeunes années, les imageries sur l’espace que je consultais, les films de science-fiction, comme “La planète au trésor” ou “Contact” ? Ma première rencontre avec Danielle Briot, une astrophysicienne de l’Observatoire de Paris, qui avait donné une conférence sur les exoplanètes dans mon lycée ? ”

E.L : “Je dirais Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne. Il démarre comme une aventure, avec 80 jours pour faire le tour du monde. A la fin, le héros se rend compte qu’il a échoué à quelques heures près, il rentre chez lui, effondré. Mais il réalise ensuite que certes, il a compté 80 couchers et levers de Soleil, mais ça ne fait 79 jours car il y a un décalage de 24h étant donné son tour du monde. Il arrive au club en chaussons et robe de chambre, en criant « J’ai réussi ! ». Cette histoire m’a beaucoup marqué, et a initié ma passion pour la science-fiction !”

Comment la vulgarisation de l’astrophysique s’est-elle inscrite dans votre parcours ?

S.C : “C’est peut être un peu cliché, mais l’astrophysique est un rêve d’enfant. A 12 ans, je voulais devenir astrophysicien. Mon intérêt pour les sciences de l’univers s’est développé grâce à la science-fiction et aux livres et magazines de vulgarisation que je dévorais. Les deux combinés m’ont transmis la passion pour la transmission des sciences de l’univers. Au cours de ma thèse, j’ai réalisé que je me sentais plus utile et que je prenais plus de plaisir à réaliser des vidéos qu’à produire des connaissances scientifiques. La recherche est un milieu passionnant mais aussi extrêmement exigeant. Et les récentes mesures du gouvernement concernant la politique de la recherche ne vont faire qu’augmenter les pressions. J’ai donc quitté le monde académique pour me consacrer à la vulgarisation.”

E.L : “Je n’avais pas particulièrement envie de faire de l’astrophysique, j’avais quelques notions en tant qu’amateur mais j’étais plutôt intéressé par la médecine et la biologie cellulaire, qui correspondent à ma formation initiale. Mais je suis parti en journalisme scientifique pour pouvoir toucher pleins de sujets différents en science, sans trop me spécialiser. Aujourd’hui je travaille au CNES, depuis 2017, ce qui m’a permis d’accumuler suffisamment de connaissances dans ce domaine pour lancer la série Scientifiction en 2018, étant passionné de science-fiction.”

Propos recueillis par Léa Fournasson


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search