“N’importe qui peut se dire sexologue ou sexothérapeute”

Odile Fillod est la première personne à avoir conçu un modèle de clitoris imprimable en 3D à taille réelle en 2016, dans le cadre de création de contenus pédagogiques sur les notions liées au sexe dans les programmes scolaires.. Elle tient un blog, Allodoxia, sur lequel elle publie des critiques poussées sur la communication des résultats de la recherche scientifique.

Qu’est-ce qui a initié la création du premier modèle 3D de clitoris ? 

J’ai mené en 2012-2013 une analyse des biais, notamment sexistes dans les manuels de SVT, et constaté que le clitoris n’y était jamais représenté correctement. Une association de lutte contre le sexisme a assisté à une de mes communications sur ce travail. Fin 2015, elle m’a recontactée parce qu’elle avait obtenu un financement du ministère de l’Education nationale pour créer des vidéos pédagogiques anti-sexistes à destination des élèves du secondaire. L’idée était de produire une sorte d’anti-manuel  en utilisant ma critique des biais présents dans les manuels sur les sujets liés au sexe au sens large. L’objectif : montrer ce qui n’était jamais montré, expliquer correctement ce qui l’était mal. Ne pas seulement éviter mais contrer les biais que j’avais relevés. Lors de la conception des vidéos, je me suis dit que montrer le clitoris en 3D et à taille réelle serait plus frappant qu’un dessin. C’est comme ça qu’est né ce modèle stylisé imprimable en 3D.

Avez-vous reçu beaucoup de retours sur le modèle ?

Cela a généré des centaines d’articles dans le monde entier – notamment suite à la publication dans The Guardian d’un article sensationnaliste contenant de fausses informations. C’est d’ailleurs parce que des informations incorrectes sur le clitoris ont été diffusées massivement à cette occasion que j’ai créé le site Clit’info, un site internet permettant d’en savoir plus sur cet organe et son histoire. L’impact de cette expérience n’est pas vraiment quantifiable, mais ce modèle a, je pense, mis fin à la méconnaissance générale du clitoris, en France tout au moins. 

Pensez-vous que l’enseignement actuel en SVT n’est pas suffisamment égalitaire pour chaque sexe ? 

Ce que j’ai constaté dans les manuels scolaires et dans les documents produits par l’administration de l’Éducation nationale, c’est que les normes de genre et les stéréotypes de sexe interféraient avec l’enseignement biologique de la sexualité. Des présentations biaisées, lacunaires ou erronées entretiennent les normes et rôles sociaux de sexe. Elles laissent non questionnées voire valident certaines idées reçues ou théories infondées alimentant le sexisme. Je suppose que ça se reflète dans l’enseignement étant donné que les auteurs des manuels sont des enseignants.

En 2019, lors de la mise à jour des manuels concernés suite à une évolution des programmes, beaucoup d’autres éditeurs se sont alignés : lorsqu’ils représentent le clitoris dans un schéma anatomique, il est désormais en entier et non sous la forme d’un petit pois ou d’un flageolet. Cependant, il reste des manuels qui ne le représentent pas du tout et surtout, il n’y a pas de texte associé. Il n’y a pas forcément d’enseignement sur le sujet : c’est à l’initiative des enseignants et seuls ceux qui sont motivés en parlent.

Constatez-vous une différence significative entre la vulgarisation et la communication autour de la sexualité et les publications scientifiques sur lesquelles elles s’appuient ? 

La mésinterprétation ou présentation trompeuse de ce qui ressort de la littérature scientifique est un problème général en sciences biomédicales et en psychologie. Des résultats fragiles sont pris pour acquis, certains reformulés, généralisés ou extrapolés abusivement, etc. Je n’ai pas fait de recherche méthodique sur ce qui concerne spécifiquement la sexualité, mais je pense que le problème est accru dans ce domaine. Je constate que beaucoup de personnes font de la « vulgarisation » sur la sexualité sans même s’appuyer sur la littérature scientifique, et on trouve également des sexologues qui racontent des bêtises. Pour mémoire, n’importe qui peut se dire sexologue ou sexothérapeute : le titre n’est pas réglementé et il n’y pas de diplôme national reconnu. La sexualité fait vendre… Beaucoup en parlent sans avoir les connaissances nécessaires.

Votre blog Allodoxia critique la vulgarisation scientifique, comment faites-vous pour déconstruire une publication de vulgarisation ?

Je décortique sur Allodoxia la manière dont des données scientifiques sont complètement déformées dans leur représentation au grand public. Ma méthode est simple : je remonte aux sources primaires, c’est-à-dire aux données présentes dans la littérature scientifique sur ce dont parle la publication (ou vidéo, ou autre) de vulgarisation en question. C’est un gros travail, je publie peu de billets sur mon blog, mais ils sont souvent très longs.

Et pour la vidéo de Max Bird sur l’homosexualité ?

La vidéo de Max Bird portait sur un sujet que je connais très bien car je travaille dessus depuis longtemps. Je me suis intéressée à l’orientation sexuelle par le biais de mes recherches sur la production et la diffusion des théories sur les différences comportementales et cognitives entre femmes et hommes car c’est de loin la plus grande différence de ce type.

Connaissant déjà la littérature scientifique, c’était évident pour moi que cette vidéo était catastrophique par rapport à l’état des connaissances et j’y ai réagi assez vite en faisant un billet plutôt succinct car j’étais prise par d’autres choses. J’ai ajouté en 2019 en post scriptum des liens vers un autre billet et vers une conférence que j’ai faite détaillant cet état des connaissances.

Propos recueillis par Léa Fournasson


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search