“La lutte contre les stéréotypes ne fait que commencer”

Isabelle Régner est Professeure de Psychologie sociale et vice-présidente Égalité Femmes-Hommes et Lutte contre les Discriminations à Aix-Marseille Université. Elle est également responsable de l’équipe Cognition et Neurosciences Sociales du Laboratoire de psychologie cognitive où elle mène des recherches sur l’impact des stéréotypes sociaux sur les performances cognitives.

Sur quoi portent vos dernières recherches ?

Je travaille sur ce qu’on appelle l’effet de menace du stéréotype. Les stéréotypes ont un impact sur le fonctionnement cognitif, ils peuvent diminuer les performances des individus qui en sont les cibles. J’étudie ce phénomène avec un intérêt particulier pour les stéréotypes de genre en Sciences et les stéréotypes négatifs du vieillissement. 

Je travaille avec Pascal Huguet sur les stéréotypes de genre en défaveur des filles dans le domaine des mathématiques et du raisonnement logique. Je collabore aussi avec Pascale Colé et Pascal Pansu sur les stéréotypes de genre à la défaveur des garçons en lecture auprès des élèves de primaire. Dans ce cas les garçons rencontrent des difficultés quand le test est présenté comme un test de lecture, alors que lorsque le même test est présenté comme un jeu, leurs résultats en lecture sont tout aussi élevés que ceux des filles.

Mes recherches plus récentes portent sur le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer dans sa phase prodromale, c’est-à-dire avant qu’elle ne perturbe le quotidien.  Il peut y avoir de « fausses » détections , à cause notamment des stéréotypes négatifs du vieillissement qui peuvent conduire les personnes âgées à produire des performances aux tests en dessous de leurs compétences réelles. C’est l’hypothèse que nous testons dans le projet AGING qui rassemble plusieurs laboratoires et hôpitaux en France.

La vision occidentale négative du vieillissement peut perturber les personnes âgées lors des tests et réduire ainsi leurs performances. Nous avons montré dans des études conduites auprès de personnes âgées saines, qu’une simple consigne du type “dans ce test, il n’y a pas de différences dans les résultats entre jeunes et âgés”, suffit à les soulager pour qu’elles se concentrent pleinement sur le test de mémoire. Leurs performances peuvent parfois même atteindre celles de jeunes de 20 ans, alors qu’elles ont 70 ans et plus.

Pensez-vous que l’enseignement actuel tend à remédier à ces stéréotypes, ou au contraire à les aggraver ?

Il contribue à les perpétuer, par manque de connaissance sur le sujet. Il y a un vrai travail à faire, au niveau des INSPE notamment, pour former les futurs professeurs des écoles aux effets cognitifs des stéréotypes. C’est ce que nous avons commencé à impulser à Aix-Marseille Université. Il est important que les enseignants soient conscients que leurs élèves, dès l’école primaire, ont déjà des stéréotypes bien ancrés en mémoire. Leur formation est primordiale pour lutter contre les effets des stéréotypes de genre et autres stéréotypes sociaux sur les apprentissages des élèves et leurs performances aux évaluations. Malheureusement, cela ne fait pas partie aujourd’hui des programmes officiels, ce qui est incompréhensible pour moi, compte tenu des résultats scientifiques publiés aux niveaux national et international.

Observez-vous depuis le début de vos recherches des changements de comportements, de points de vue vis-à-vis des stéréotypes de genre ?

Non, pas vraiment. Il est vrai que la lutte contre les stéréotypes de genre fait partie du discours politique. On parle de responsabilité sociétale, en entreprise, dans la fonction publique, de mise en place d’actions en faveur de l’égalité professionnelle. Par exemple dans la fonction publique, il y a obligation au 31 décembre d’avoir entériné au sein de chaque structure un plan d’action pour favoriser l’égalité professionnelle entre femmes et hommes. En conclusion : des injonctions partout en faveur de l’égalité, ce qui est évidemment une très bonne chose, mais cela ne suffit pas. Il manque des recommandations d’actions basées sur les résultats de la recherche scientifique sur le sujet. Non seulement les recherches nous renseignent sur les actions à mettre en œuvre et les conditions de leur efficacité, mais en plus elles ont montré que les actions qui n’ont pas été testées scientifiquement sont souvent inefficaces, voire contre-productives. 

Il existe aussi un champ de recherche qui étudie l’influence subtile des stéréotypes sur les évaluateurs et les évaluatrices, c’est-à-dire les personnes en charge d’évaluer les CV, du recrutement et des promotions. Ce sujet est connu sous le nom de “discrimination, effets des biais implicites de genre”. Une fois le stéréotype bien installé en mémoire, les biais implicites sont tout autant présents chez les hommes que chez les femmes. Beaucoup de gens imaginent qu’une fois les quotas de parité homme/femme atteints dans les conseils d’administration, scientifiques ou autres, il n’y a plus de discrimination hommes/femmes alors que la lutte contre les stéréotypes ne fait que commencer.

Quelles actions pourraient être mises en place pour remédier à ces stéréotypes de genre ?

Plusieurs équipes de recherche travaillent sur la question. Patricia Devine (1), spécialiste américaine des stéréotypes, et son équipe  “breaking the habit”, ont testé un protocole en 3 étapes auprès des universités et des comités de recrutement des enseignants chercheurs. Leur objectif : amener les évaluateurs et évaluatrices à contrôler les automatismes liés aux stéréotypes qui, sans cela, peuvent influencer leurs décisions à leur insu.

Tout d’abord, on fait prendre conscience aux évaluateurs/trices qu’ils peuvent être eux-mêmes biaisés en faisant passer un test validé scientifiquement pour montrer les automatismes mnésiques, par exemple le test d’associations implicites qui indique si on associe plus facilement masculin et science que féminin et science. 

Ensuite, lors de workshops interactifs, on présente leurs résultats aux tests, ainsi que les résultats d’études scientifiques qui permettent de comprendre comment ces biais fonctionnent en mémoire et peuvent influencer les jugements et décisions des jurys même les plus rigoureux.

Enfin, les évaluateurs et évaluatrices essaient des stratégies pour contrôler ces automatismes, les neutraliser et éviter leurs influences lors de jugements et de décisions. 

Avez-vous rencontré des difficultés dans votre parcours scientifique liés justement à ces stéréotypes ?

Je pense que mon parcours n’est pas le pire, car j’ai eu la chance d’avoir eu un mentor, mais oui j’en ai rencontré. Une grosse différence entre Femmes/Hommes dans les carrières académiques réside dans le mentorat, le fait d’avoir ou pas une personne qui va donner de bons conseils au bon moment, partager son réseau. Cela manque beaucoup pour les femmes, moi j’ai eu la chance d’en bénéficier, grâce à Pascal Huguet. 

Pour ne donner qu’un exemple de difficulté : avec Pascal Huguet nous avons développé une stratégie lors de la présentation de nos travaux. Il présente les travaux sur les stéréotypes de genre et moi ceux sur le vieillissement. En effet si je présente nos recherches sur les stéréotypes de genre, on me considère comme une militante féministe. C’est assez drôle, car quand c’est lui qui présente, exactement de la même façon, il n’est pas taxé de militant féministe. Nous avons donc pris cette décision pour que les gens soient plus attentifs à nos résultats. Sinon, la première étiquette que l’on m’attribue est d’être femme et militante, pas scientifique.

Léa Fournasson

Références

  1. :https://www.researchgate.net/publication/236076408_Long-term_reduction_in_implicit_race_bias_A_prejudice_habit-breaking_intervention


Citer ce billet
leafournasson (2021, 24 février). “La lutte contre les stéréotypes ne fait que commencer”. Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt8h

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search