“Seuls 3% des sites internet français sont adaptés aux personnes malvoyantes”

Aujourd’hui, tout passe par le web, la culture scientifique n’y coupe pas. Mais alors que le numérique pourrait être une révolution pour l’accessibilité aux personnes malvoyantes, notamment grâce à la possibilité de varier la taille des caractères, il en est encore loin. 

La vision globale d’un site internet étant impossible pour les personnes malvoyantes, tout est lu bloc par bloc, séquence par séquence. Des logiciels appelés “revue d’écran” peuvent restituer le contenu web grâce à une synthèse vocale, parfois couplée à une plage braille. Certains contenus scientifiques sont cependant beaucoup plus durs à adapter, des schémas, des images microscopiques dont la description est ardue, des diaporamas, le plus difficile étant le son et la vidéo car ils nécessitent des audiodescriptions et des sous-titres qui sont très onéreux à traduire. 

Depuis la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, les lieux culturels doivent rendre accessible aux publics handicapés l’ensemble des productions numériques : leurs sites, leurs applications, leurs contenus en ligne. Mais ce contexte législatif ne suffit pas à garantir une accessibilité numérique équivalente pour tous les publics. De plus, beaucoup d’applications mobiles sont développées par des entreprises externes, qui n’ont pas la même culture de l’accessibilité et les mêmes obligations légales.

Pour Bachir Kerroumi, aveugle depuis ses 18 ans, chercheur et président de l’association Guinot pour la formation professionnelle des personnes aveugles et malvoyantes, “L’accessibilité numérique repose sur 3 points : lire les pages facilement, rechercher des données rapidement sur le site et interagir facilement dans un formulaire. En France, très peu de site sont accessibles pour les malvoyants, seulement 3%. Le site d’Universcience, par exemple, est accessible sur la lecture des pages, mais pas sur les autres niveaux”. Pourtant, la cité de la science est conforme à 83,3% de l’ensemble des critères d’accessibilité définis par le référentiel légal. Pour Stéphanie Giacci, chargée d’accessibilité numérique à Universcience, « très peu de choses posent réellement problème, elles demandent du temps ». Pour elle, le critère primordial d’accessibilité numérique pour les déficients visuels est de pouvoir réaliser l’ensemble des commandes au clavier, car ils ne peuvent utiliser la souris pour naviguer sur un site. Elle pointe du doigt certaines difficultés comme les audiodescriptions et le sous-titrage très coûteux. Référente pour l’accessibilité dans les musées strasbourgeois, Isabelle Bulle initie le développement du numérique pour les onze musées de la ville. Une application a été développée cet été, permettant l’accès à des audioguides sur diverses œuvres. Ceux-ci sont à destination de tous les publics, mais ils restent une amélioration pour l’accessibilité aux personnes malvoyantes.

Léa Fournasson


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search