Synthèse : le clitoris, un iceberg qui fait débat

D’après une étude scientifique, une adolescente de 15 ans sur quatre ne sait pas qu’elle possède un clitoris. Pourquoi cet organe essentiel dans la sexualité féminine est si tabou ? Entre diabolisation et plaisir, cet iceberg se dévoile petit à petit aux scientifiques et continue de fasciner les scientifiques.

En France, encore en 2012, « le clitoris n’était jamais représenté correctement dans les manuels scolaires » s’exprime Odile Fillod, première personne à avoir modélisé un clitoris en 3D en 2016. Grâce à la médiatisation mondiale de ce modèle, les schémas du clitoris apparaissent dans les manuels 2019 après une mise à jour pédagogique. En revanche, « il n’y a pas forcément d’enseignement sur le sujet : c’est à l’initiative des enseignants et seuls ceux qui sont motivés en parlent » précise Odile Fillod.

L’organe féminin aux 7500 terminaisons nerveuses est mal placé pour être bien vu, il est aussi mal enseigné. “Quand on regarde les manuels Gray’s Anatomy, l’édition de 1901 montrait un clitoris, qui disparaît complètement dans l’édition de 1948”, note Alessandra Cencin, chercheuse en histoire de la médecine, spécialiste du plaisir féminin et de ses représentations. En Chine, la représentation du corps et du sexe sous forme d’images sert un but médical et philosophique. Les parties génitales sont disproportionnées pour faciliter la compréhension de la position et le réalisme des corps importe peu. En effet, le corps de l’hommes et de la femme n’ont pas de différences. L’effort est mis sur les décors qui stimulent le plaisir visuel du spectateur.

 L’histoire partait pourtant bien puisque dès le 16ème siècle, le professeur d’anatomie italien, Matteo Colombo, décrit le clitoris comme un déclencheur du plaisir féminin. Gabriele Fallopio décrit l’anatomie externe et interne comprenant le gland, le corps et les deux piliers de l’organe. La science se passionne pour le clitoris car elle est profondément persuadée que le clitoris joue un rôle dans la procréation. L’église va jusqu’à recommander la masturbation féminine aux maris.  L’orgasme simultané du couple serait, croit-on, une condition essentielle pour la reproduction. Lentement mais surement, tout se gâte, puisqu’au XIXème siècle, on pense que le clitoris a toujours un rôle dans la procréation, mais inversé : si une femme se masturbe seule, elle agit comme une contraception. Certains médecins annoncent même que la masturbation pourrait provoquer la fin de l’Humanité. Cela justifie les mutilations génitales qui commencent à être pratiquées en Europe et qui causent de nombreux décès. Les gynécologues pratiquent parfois la masturbation sur les « hystériques » pour calmer leur folie ou retirent les ovaires pour calmer la libido.  On évalue que la masturbation correspond à environ 30 % des consultations. Impossible donc d’arrêter ces pratiques très lucratives.  

Le monde philosophique et scientifique découvre que le plaisir n’a pas de lien avec la fonction de reproduction. Mots et images sont illico bannis de leurs travaux. Pour certains, influencés par la théorie Darwinienne le clitoris, dernier vestige de la préhistoire disparaîtra de toute façon avec l’évolution de l’espèce.  D’autres comme Freud soulignent que « le plaisir clitoridien est infantile et son élimination est une condition du développement de la féminité ».

C’est seulement au XXème siècle et la libération sexuelle que les femmes médecins vont hausser le ton et oser parler de plaisir féminin.  En 1960, Les premiers contraceptifs oraux féminins, à base d’hormones synthétiques, sont autorisés au début des années 60 aux États-Unis, puis en Australie, Allemagne et Grande-Bretagne. La France reste à la traîne jusqu’à la loi Neuwirth de 1966. Des mouvements féministes comme « Self Help » vont s’organiser dans les années 70 pour permettre aux femmes d’observer leur sexe et de mieux connaître leur corps. Selon une étude du laboratoire Terpan publiée en 2017, 35% des femmes déclarent n’avoir jamais vu leur clitoris. Il y a une grande différence de perception de la sexualité entre les religions. Pour l’hindouisme, le sexe est presque sacré car il est essentiel à la vie et digne par conséquent d’être étudié sérieusement. Les plaisirs, selon Vatsyayana, auteur du Kama Soutra, « sont nécessaires pour le bien-être du corps autant que la nourriture ».

L’étude de O’connell en 2005 publiée dans le journal d’urologie marque peut-être un tournant. Elle utilise des méthodes telles que la microdissection et l’IRM de clitoris de cadavres pour en faire des images en trois dimensions. Elle complète ainsi les travaux de Kobelt au début du XIXème siècle qui décrivaient déjà l’anatomie précise mais sans images 3D. Elle est également la première à réaliser une image in vivo du clitoris pendant l’acte. L’australienne arrive à la conclusion que le clitoris est une structure multiplanaire et non représentable en un seul plan comme dans les manuels scolaires. La pédagogie des livres comporte des inexactitudes et engendre de mauvaises connaissances de l’organe féminin. Ces connaissances ont été fortement médiatisées par la suite. Elle espère ainsi que ces « progrès significatifs » dans la « représentation visuelle » de l’anatomie sexuelle féminine participent au « progrès de la santé sexuelle des femmes et de l’éducation » (O’Connell et al., 2008, 1883).

Alors que certains pays mettent en place des moyens pour mettre en valeur cet organe si tabou et cherchent à approfondir les connaissances, d’autres restent toujours retissant quant au plaisir de la femme. La World Health Organization rapporte que 200 millions de femmes vivantes ont subi une mutilation génitale et risquent toujours leur vie chaque années dû aux complications physiques et psychiques que cela engendre. Quatre millions de filles sont exposées aux mutilations chaque année. Ces pratiques sont plus culturelles que religieuses (Puppo et al. 2017, Clin Anat). L’excision est répandue dans 31 pays mais la moitié des victimes vivent en Egypte, Ethiopie et Indonésie. Les raisons sont vastes mais cela peut constituer un prérequis au mariage, à la succession, ou être considéré comme un rite de passage pour les filles (UNICEF)

 Les combats pour l’égalité des sexes, leur plaisir et leurs connaissances avancent mais ne sont pas similaires dans tous les pays. Le clitoris est tel un iceberg qui en dévoile chaque jour un peu plus et qui ne cesse de surprendre la science. Peut-on imaginer un monde futur où parler clitoris et plaisir ne soit plus tabou ?

Louise Charpentier.

Sources : 

-Anatomy of the clitoris, Helene O’Connell, 2005, The journal of urology

-Female genital mutilation and cutting : an anatomical review and alternative rites, Puppo et al. 2017, Clin Anat

-Les mutilations génitales féminines. État des lieux et des connaissances Armelle AndroMarie Lesclingand Dans Population 2016/2 (Vol. 71) (Cainr.info)

-Interview Odile Fillod par Léa Fournasson


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search