Reportage dans un laboratoire de Virologie : « Heureusement que ce n’est pas arrivé 10 ans plus tôt »

Chaque hiver, les campagnes de vaccination contre la grippe se mettent en place. Depuis la crise sanitaire, on entend non seulement parler de vaccin contre la grippe, mais aussi de celui contre le SARS-2 (coronavirus) pour lequel les recherches sont très intenses. Les laboratoires se placent entre urgence et bienveillance.

Emilie Crouchet expérimentant au laboratoire de virologie

Il est dix heures. La pluie frappe les fenêtres de l’institut tandis que la chaleur s’installe autour d’une large table entourée de sièges confortables. La post-doctorante Emilie Crouchet et l’ingénieure en Virologie Clara Ponsolles sont assises face à face et portent des masques roses imprimés de poneys. Une petite touche d’humour qui contraste avec la discussion sérieuse qui va débuter.

Ces expertes en virologie travaillent sur le virus de l’hépatite C. Dans l’enceinte du bâtiment datant de 1912, des laboratoires de hautes sécurités conservent d’autres souches de virus dangereux comme le HIV ou le SARS-CoV-2. Elles nous expliquent que le virus de l’hépatite est capable de se cacher sous des lipides et qu’il mute beaucoup. Son étude est indispensable avant d’envisager l’élaboration d’un vaccin.

L’étude du SARS-CoV-2 se focalise surtout sur sa protéine de surface, qui représente l’information principale pour que le système immunitaire reconnaisse le virus. La recherche sur le virus se fait en parallèle de la mise au point d’un vaccin. Une recherche accélérée, mais pas bâclée. Aux vues de la crise sanitaire actuelle qui sévit dans le monde depuis près d’un an, des moyens financiers importants, souvent rares dans la recherche, sont déployés. La cohésion des laboratoires, le développement des technologies scientifiques et la précision des savoirs font que les recherches sur le SARS-CoV-2 avancent vite. « La protéine de surface du SARS-CoV-2 a été décrite en à peine quatre semaines alors qu’en temps normal cela nécessite plusieurs mois. C’est un gain de temps considérable » s’enthousiasme Clara Ponsolles. 

Le gouvernement français avait au départ l’espoir d’atteindre l’immunité collective. « Si on se base sur les chiffres des personnes infectées ces dernières semaines, il faudrait compter minimum 4 à 5 ans afin que 70% de la population soit immunisé » souligne cependant Clara Ponsolles qui a la certitude qu’un vaccin est indispensable, même s’il n’arrivera qu’au début de l’année 2022.

Les chercheuses se lèvent et déambulent dans les couloirs de l’institut ornés d’images et dessins humoristiques comme le poster de lama portant des lunettes de soleil placé sur le devant d’une porte de bureau. Une ambiance sérieuse, mais décontractée y règne. En effet, le bâtiment de plus de 2000m² abrite des équipes en Virologie, en Parasitologie et en Bactériologie. Un peu plus loin dans le couloir, un grand tableau historique attire l’œil. La peinture encadrée or dépeint le petit Joseph Meister, entourée de sa famille, se faisant vacciner contre la rage par Pasteur après avoir été mordu par un chien. Une perception idyllique de la vaccination sous Paster que les chercheurs aimeraient retrouver dans ce contexte de crise sanitaire du SARS-CoV-2

En longeant les laboratoires, la conversation continue et quand il est question de la méfiance de la population vis-à-vis du vaccin, les réactions à l’intérieur du laboratoire ne se font pas attendre. Des vaccins sont disponibles dans certains pays comme la Russie ou la Chine où la population se fait déjà inoculer la dose. Au Brésil, un décès lors d’un essai clinique a été récemment recensé. Les chercheuses assurent que chaque pays suit un protocole différent et qu’en France, les contrôles sont systématiques à chaque étape de production. Le moindre questionnement ou problème se pose, et tout est arrêté immédiatement et étudié. Si le vaccin est mis sur le marché, c’est qu’il n’y a aucun doute sur sa dangerosité. 

En se rapprochant de la sortie de l’institut, Emilie Crouchet raconte qu’un membre de sa famille ne voulait pas se faire vacciner. En tant que scientifique, elle lui a expliqué le principe d’un vaccin et les conséquences positives que celui-ci peut avoir sur la population « la personne s’est faite vaccinée rapidement » sourit la chercheuse. Comme quoi, une explication simple et scientifique vaut mieux que les recherches personnelles et les fakes news qui tournent sur internet. En France, le vaccin est vivement attendu. “25000 volontaires pour les essais cliniques du vaccin ont répondu présents en une vitesse impressionnante ” s’exclame Emilie Crouchet. Le rôle principal par la suite, sera celui des politiques et journalistes afin de faire une bonne pédagogie sur les vaccins pour que le maximum de la population soit immunisé.

Louise Charpentier


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search