Veni, non vidi, vici

Crédit photo : Georges Becker. Three wise monkeys. Pexels

Aujourd’hui seuls 10 à 15% des aveugles lisent le braille, malgré son invention il y a plus de 200 ans. Traduire cartels et panneaux dans les musées est donc insuffisant pour les rendre accessibles. Comment adapter alors les contenus et les dispositifs de médiation pour le public déficient visuel ? Rencontre avec Isabelle Bulle, référente handicap des musées de Strasbourg, et Camille Duret, chargée de coordination de projet muséologique au musée Zoologique de Strasbourg.

Depuis la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, tous les établissements recevant du public, dont les musées, ont l’obligation d’être accessibles à tous. Ces établissements, tout comme les services de transports collectifs, ont disposé d’un délai de 10 ans pour se rendre accessibles physiquement. En 2015, toutes les structures encore non accessibles se sont inscrites à l’Agenda d’Accessibilité Programmée, leur octroyant un délai supplémentaire de 3 à 9 ans, sous peine d’une sanction de 45 000€. Malgré cette réglementation forte, Isabelle Bulle insiste : « Encore aujourd’hui, l’une des plus grandes difficultés pour les déficients visuels est déjà de pouvoir venir au musée ! ».

Même si la loi de 2005 renforce les obligations liées à l’accessibilité physique, elle s’attaque également à une question plus épineuse, celle de l’accessibilité du contenu. Elle contraint légalement les concepteurs de musées et d’exposition à rendre leurs contenus accessibles. A l’échelle du musée, cette obligation a des répercussions dans tous les domaines de l’espace, du mobilier, de l’éclairage, de la signalétique graphique, c’est-à-dire sur l’ensemble des dispositifs.

Le guide de référence « Exposition et parcours de visites accessibles », produit par Le Ministère de la Culture et de la Communication en 2017, préconise une conception des musées dite « universelle ». Elle consiste à regrouper, au sein d’une exposition, plusieurs approches multi sensorielles afin de pouvoir intégrer toute la diversité des publics, y compris déficients visuels. Chaque dispositif, de par sa spécificité : visuelle, textuelle, auditive…, n’est pas accessible à tous. « Il y a un consensus sur la nécessité de faire une conception universelle », confie Camille Duret, mais cela implique de repenser tout différemment : de la conception à la conservation en passant par l’aménagement des visites et des dispositifs. Cependant, s’intéresser aux handicaps est bénéfique pour l’exposition elle-même puisqu’une réflexion, plus pointue, est alors menée sur la taille des caractères, la lisibilité de la signalétique, la syntaxe ou encore sur la longueur d’un contenu. Ce travail sert aussi bien le public voyant que non voyant car « le langage d’une exposition est un langage oral. Il faut comprendre directement l’information » explique Camille Duret.

La voie classique en termes d’accessibilité est de réaliser un parcours puis d’y ajouter des éléments pour l’adapter à un public handicapé. « Ces éléments sont spécifiques et discriminants ! Ils ne donnent pas accès à la même histoire » soulève Camille Duret. Certains musées, comme ceux de Strasbourg, organisent des visites guidées spécialement dédiées au public malvoyant. La Cité des Sciences, quant à elle, prône un parcours libre et autonome des visiteurs. D’ailleurs, elle intègre dans ses expositions de nombreuses traductions en braille « pour qu’ils [les malvoyants] ne perdent aucun contenus » souligne Carole Roudeix, chargé d’accessibilité pour les déficients visuels à Universciences. Pourtant, pour Camille Duret, cela ne peut suffire car peu d’aveugles sont capables de lire le braille : « son utilisation [du braille] ne peut être que réduite, par exemple au nom d’un spécimen ou d’une consigne ».

Il est parfois difficile de ne pas utiliser des dispositifs visuels intéressants mais non accessibles aux non-voyants. Malgré tout, des alternatives voient le jour avec un accent fort sur les sens du toucher et de l’ouïe. Par exemple, le Musée Zoologique de Strasbourg réfléchit actuellement à la création d’une copie d’un loup naturalisé dans des matériaux spécifiques pour l’appréhender par le toucher et en identifier facilement chaque partie. Les déambulations avec casques se banalisent en général dans tous les musées. « De nombreux musées strasbourgeois proposent des audioguides et des audiodescriptions parfois multilingues » mentionne Isabelle Bulle. Un choix pas forcément bienheureux pour les déficients visuels, car beaucoup se repèrent grâce aux sons ambiants. « Un casque risquerait de les couper de l’environnement sonore du musée » argumente Camille Duret. La multiplication des dispositifs audio risque aussi de rendre les visites plus pénibles car l’écoute requiert une grande concentration. Dans un lieu potentiellement bruyant, elle n’en devient que plus fatigante. De nouvelles approches auditives, plus originales, sont proposées au Palais de la Découverte. A l’entrée de chaque salle, des reportages radiophoniques introduisent la thématique abordée afin de favoriser la compréhension pour le public malvoyant.

Comme les contenus visuels posent le plus de problèmes aux concepteurs d’exposition, leur transposition en relief, même si elle est complexe, est souvent envisagée. Les graphistes doivent fournir assez de contexte pour que l’on puisse comprendre ce que l’on touche. Il est difficile de savoir quel contenu peut intéresser le public malvoyant et quelle information il en retire. Le musée Zoologique de Strasbourg fait donc appel à des associations de non-voyants pour la construction de ses nouveaux parcours muséaux. S’ajoute à la question de la pertinence, celle de la conservation de des dispositifs appréhendables par le toucher. Ces derniers se détériorent beaucoup plus vite au cours du temps que des dispositifs classiques.

Un dispositif de médiation unique et accessible à tous n’existe pas. Un lourd travail est fait au niveau des musées, à toutes les étapes de la conception, pour intégrer et faire cohabiter différents dispositifs multisensoriels au sein d’un même parcours afin d’améliorer leur accessibilité aux publics handicapés.

Par Elise Helfer

Sources

(AFP, 2009) AFP (2009). Seulement 10 à 15% des aveugles lisent le braille. In : handicap.fr. [En ligne]. Disponible sur :7<https://informations.handicap.fr/a–2732.php#:~:text=%22Sur%20environ%20100.000%20aveugles%2C%2015,des%20technologies%20pour%20non%2Dvoyants.>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search