« Le taux de vaccination ne dépend malheureusement pas de notre motivation à protéger les patients, mais de l’actualité »

Valérie Tessé Ferrando, médecin généraliste à Rhérier (Ille-et-Vilaine), évalue la perception de la vaccination parmi sa patientèle dans le contexte de la crise sanitaire liée au COVID.

Valérie Tessé, médecin généraliste en Ille-et-Vilaine

Quel est l’avis de vos patients sur la vaccination ?

Les fake news largement diffusées sur internet, la médiatisation (utile, mais très anxiogène) des scandales sanitaires comme le sang contaminé ou les traitements hormonaux cancérigènes, ont entrainé une défiance de la population contre la médecine en général et les vaccins plus particulièrement. Sûrement parce que c’est quelque chose que l’on « injecte » dans votre corps. En 2009, la gestion chaotique de la vaccination contre la grippe H1N1 entrainé un rejet massif de la vaccination anti grippale en particulier. Néanmoins les patients étaient très demandeur de la vaccination homéopathique, preuve qu’ils reconnaissent quand même une utilité à se protéger contre le virus de la grippe. La médiatisation à outrance du taux de mortalité du COVID, les images choc des services hospitaliers submergés, l’absence de traitement, a complètement inversé la tendance. Les patients se ruent actuellement sur la vaccination anti grippale, à défaut d’autre chose.

Il y a donc un changement dans la manière dont vos patients perçoivent les vaccins ?

Je n’ai pour l’instant vu aucune différence à l’échelle de ma patientèle, sauf concernant le vaccin anti grippal. Les patients ont peur du COVID et peur que l’infection soit plus grave, cumulée à celle de la grippe. En outre, toute annonce de pénurie possible augmente les demandes…

Quels sont les facteurs qui déterminent le regard des patients sur les vaccins ?

L’âge, c’est évident. La génération actuelle des 20/30 ans est méfiante, désireuse de prendre sa santé en main, de connaître pour chaque vaccin proposé le rapport bénéfices/risques, ce qui est une bonne chose si on ne tombe pas dans l’excès inverse. Les « anti-tout » mettent leur vie en danger et, ce qui est plus grave, celle de leurs enfants. Les anciens sont tous persuadés de ne pas supporter le vaccin anti grippal, jusqu’au jour où ils ont une forte grippe ou sont atteints d’une pathologie grave cardiaque, cancéreuse ou autre. À ce moment, ils se font vacciner facilement.

Avez-vous l’impression de pouvoir influencer vos patients concernant la question des vaccins ?

Nous avons très clairement une influence décisionnelle. Les patients ont besoin de l’avis de leur médecin, ne sachant pas souvent quoi faire de la surinformation perpétuelle. Lorsqu’un doute émerge sur l’innocuité d’un vaccin et que ce doute est largement médiatisé, nous sommes obligés d’expliquer, de rassurer, de convaincre. Nous devons aussi respecter leur délai de réflexion, ce qui est très chronophage et oblige souvent à différer le vaccin de plusieurs mois voire plusieurs années. Certains médecins peuvent « jeter l’éponge ».

Que pensez-vous de la prime à la performance, qui consiste à accorder une rémunération supplémentaire aux médecins qui atteignent des objectifs de vaccination fixés ?

Elle est totalement inutile. Les médecins pro-vaccins, depuis de très nombreuses années, expliquent à chaque automne, proposent et vaccinent. Le taux de vaccination ne dépend malheureusement pas de notre motivation à protéger les patients, mais de l’actualité. La grippe H1N1, les scandales sanitaires, les polémiques sur l’Hépatite B ont fait chuter ce taux et le COVID cette année va exploser nos performances. 

On parle de plus en plus d’un vaccin contre le coronavirus qui arrivera très bientôt. Qu’en pensez-vous ?

Il ne sera sans doute pas possible d’avoir un vaccin avant l’été, voire l’automne prochain. Les laboratoires sont obligés d’annoncer des avancées significatives pour décrocher des financements et les politiques veulent rassurer les populations. Il reste beaucoup de phases de test pour aboutir à un potentiel vaccin. Il serait contre-productif de sortir un vaccin dont on n’a pas vérifié sérieusement l’efficacité et l’innocuité. Le rejet de la population serait terrible. Bref, il vaut mieux s’astreindre aux gestes barrières cet hiver.

Marine Cozzolino


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search