Chercheur, pilote et champion du monde

La deuxième édition de la Nanocar Race est en cours de préparation, et devrait se tenir dans le courant de l’année 2022. Cette course de molécules qui s’est disputée pour la première fois en 2017 à Toulouse a été remportée par une équipe suisse menée par Rémy Pawlak. Rencontre avec le champion du monde en titre de la plus petite course de l’Histoire des Sciences.

Dimanche matin, les rayons du soleil se reflètent dans les vitres de l’institut de physique. Rémy Pawlak est seul dans le bâtiment désert. Un masque aux couleurs de l’université de Bâle lui barre le visage. Il ouvre une porte sur laquelle on lit : « Accès réservé au personnel autorisé » puis s’enfonce sous terre par un escalier étroit en expliquant : « Nos laboratoires sont au sous-sol. Comme nous utilisons des appareils ultrasensibles, cela nous permet de nous isoler au maximum des vibrations. »

Au bout d’un dédale de couloirs, le chercheur pénètre dans une grande pièce éclairée au néon et se poste devant une impressionnante machine. Faite de métal, reliée par d’innombrables câbles à autant d’écrans de contrôle, la bête impose le respect. Il s’agit d’un microscope à effet tunnel, qui permet non seulement d’observer la matière au plus près mais également de manipuler les atomes et les molécules qui la composent. Rémy Pawlak hausse la voix pour couvrir le bourdonnement des pompes qui maintiennent l’appareil sous vide : « C’est sur le même genre de microscope que mes coéquipiers et moi-même avons remporté la course ! » Pendant la compétition, les scientifiques en lice avaient pour défi de faire slalomer une molécule sur une piste faite d’or d’une longueur de 100 nm. Le nano-bolide de l’équipe suisse s’impose après 6h30 d’efforts.

Un temps conséquent pour parcourir une distance 1000 fois inférieure à l’épaisseur d’un cheveu. Cela peut paraître anecdotique, pourtant, l’exploit est réel. Pour piloter sa molécule, Rémy Pawlak doit la faire vibrer en lui injectant un courant électrique grâce à une pointe de tungstène ultrafine dont l’extrémité est formée d’un unique atome. « Cette opération est particulièrement délicate car une molécule classique peut bouger dans une direction tout à fait aléatoire. Nous avons donc dû concevoir notre véhicule de manière à pouvoir le diriger de manière contrôlée ». Le chercheur désigne au mur une image de la molécule en question. « En plaçant la pointe du microscope sur ces parties de la nanovoiture on peut négocier n’importe quel virage ! »

Sur un petit bureau encombré, trône le trophée symbole de la victoire du chercheur. D’un air détaché, ce dernier affirme : « Je suis fier d’avoir gagné, mais ce n’était pas mon but premier lorsque j’ai décidé de me lancer dans cette aventure. » La première Nanocare Race a été un évènement dans le milieu des nanosciences mais également dans le paysage médiatique. Plus de 100000 personnes ont suivi la course en direct sur YouTube. « C’est rare de toucher autant de monde dans mon métier, je ne pouvais pas manquer cette opportunité » .

En plus des heures passées dans son laboratoire pour préparer la course, Rémy Pawlak a du consacrer beaucoup d’énergie à rechercher des sponsors et à répondre aux journalistes. « Voir ses recherches publiées dans une revue scientifique est un aboutissement pour un chercheur. Mais cela fait partie de notre quotidien. En revanche, voir son travail relayé par la presse c’est une réelle consécration. » Une pile de revues et de journaux négligemment déposée sur une étagère appuie ses propos. Le Red Bulletin, Science et Vie Junior, Le Temps, et plusieurs quotidiens régionaux, sont autant de témoignages de la notoriété de la course. Ultime reconnaissance, Le Monde tire le portrait du nano-bolide suisse et en fait, aux côtés d’une photo de Thomas Pesquet à bord de l’ISS, une des 24 images scientifiques de l’année 2017. « Notre équipe n’est pas forcément citée mais notre molécule est devenue une vraie star. Ça me suffit ! » rit Rémy Pawlak.

Sur un ton plus sérieux il souligne tout de même que « le milieu de la recherche scientifique est hyper concurrentiel » et que « tout ce qui permet de se détacher du lot est bon à prendre. » Et en effet, le chercheur est aujourd’hui l’un des rares scientifiques à pouvoir accoler à son titre de docteur celui de champion du monde. Pourtant, il ne tentera pas le doublé lors de la prochaine édition. En désignant plusieurs grosses caisses de transport qui s’agglutinent au centre de la pièce, il confie : « Nous avons récemment décroché plusieurs financements qui nous ont permis de nous offrir un nouveau microscope encore plus performant. Il vient d’arriver. Je vais consacrer beaucoup de temps à le mettre en route c’est pourquoi je ne peux pas préparer la course. Mais je compte bien prendre ma revanche s’il y a une troisième édition ! »

Sara Freund


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search