« Les universités françaises ont un service handicap, mais c’est bidon. »

Dr Bachir Kerroumi est chercheur à l’école des ingénieurs de la ville de Paris. Responsable du programme « La résilience urbaine inclusive », il est également président de l’association Guinot pour la formation professionnelle des personnes aveugles et malvoyantes. Il est lui-même aveugle depuis l’âge de 18 ans.

L’accessibilité aux personnes aveugles ou malvoyantes a-t-elle évolué à l’université ?

En France, le monde universitaire n’a pas beaucoup évolué. Il y a trente ans, je n’avais pas toujours accès aux documents universitaires. Pendant mon DEA de maths par exemple, pour accéder à un livre, il fallait que je le rachète et que j’aille demander à une association de trouver un prof de maths à la retraite pour qu’il m’enregistre le livre… Aujourd’hui, ce n’est pas mieux. Les documents fournis sont souvent des PDF de documents scannés qui sont donc inaccessibles. Il n’y a pas non plus d’adaptation spécifique prévue à l’université. À la bibliothèque, si je veux consulter un livre, il n’y a pas de machine à lire sur place. Je ne connais qu’une exception : à Lyon, l’INSA a adapté ses BU aux non-voyants et malvoyants. Du côté enseignant, ce n’est pas mieux : quand je suis sollicité pour donner un cours, on ne me fournit aucune aide technique !

Qu’est-ce qui est fait pour rendre l’université plus accessible aux personnes aveugles et malvoyantes ?

Les universités françaises ont un service handicap, mais c’est bidon. En général, le salarié administratif doit aider les personnes handicapées, recevoir les associations etc. Mais il n’a aucun pouvoir en ce qui concerne la pédagogie. Au Royaume-Uni, le métier de développeur de l’accessibilité pédagogique a été créé il y a 20 ans. Son rôle est de rendre les documents accessibles et de former les professeurs. Il appartient au corps pédagogique, ce qui fait qu’il est écouté par les professeurs.

C’est donc beaucoup mieux à l’étranger ?

Je voyage beaucoup, et j’ai pu constater qu’il y a de grandes différences d’accessibilité entre la France et d’autres pays. Le plus évolué en la matière est le Royaume-Uni, qui a 30 ans d’avance sur nous. Aux États-Unis, les universités n’ont qu’à contacter les éditeurs pour avoir des documents adaptés. Ces différences reflètent la politique du handicap, les États-Unis appliquent simplement la loi qu’ils ont votée, pas la France. Parce que oui, il y a une réglementation, en théorie tout doit être accessible, mais en réalité la loi du 11 février 2005 n’est pas appliquée. Il n’y a de toute façon pas d’instance de contrôle, aucune sanction n’est prévue.

La crise du Covid, qui a chamboulé l’université et a amené un certain nombre de cours à se tenir à distance a-t-elle changé les choses en ce qui concerne l’accessibilité ?

Les choses ont changé, en mal. Les dispositifs d’enseignement à distance sont souvent du bricolage plus ou moins bien fait selon les moyens des universités. Ils sont particulièrement inadaptés pour les déficients visuels, qui se sont retrouvés complètement isolés. Les logiciels de e-learning ne sont pas du tout adaptés. Ils sont gérés dans des fenêtres graphiques qu’un logiciel utilisé par une personne non voyante ne pourra pas suivre, et en général ils sont prévus pour une utilisation avec une souris, alors que nous n’utilisons que le clavier. On peut changer le paramétrage, mais il faut l’aide d’un informaticien pour ça.

Alors quelles sont les priorités pour rendre l’université plus accessible ?

Dans l’idéal, il faudrait appliquer la « conception universelle » partout, ça suffirait ! Cette méthode de conception prévoit dès le départ une utilisation par des personnes non voyantes, c’est prévu dans le cahier des charges. C’est très développé au Canada. En France, les logiciels sont conçus pour des personnes qui n’ont pas de problème, parce qu’on ne se préoccupe pas des minorités. Malheureusement, les universités n’ont déjà pas assez de moyens pour fonctionner normalement, et l’accessibilité n’est pas perçue comme prioritaire, donc c’est mis de côté. C’est très rare de trouver un directeur de recherche non voyant, il y a une ségrégation concernant les avancements de carrières, les aveugles restent à des échelles plus basses. Pour le même parcours, ce sera beaucoup plus facile pour une personne voyante. Il y a une véritable exclusion sociale, mon cas est une exception.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search