Critique du making-of de la série Star Wars The Mandalorian

Après le succès de la série The Mandalorian, Disney a diffusé son making-of à l’occasion de la journée mondiale de Star Wars en mai dernier. Un an après sa sortie, retour sur ce documentaire consacré aux coulisses du tournage de la première saison et plus particulièrement sur son contenu scientifique.

Durant les huit épisodes de ce making-of, différents aspects de la série sont examinés. Chaque épisode suit la même structure. Différents membres de l’équipe de tournage discutent autour d’une table. Ils sont coupés par de courtes interviews, des scènes inédites et des prises de vues du tournage. Tous les épisodes semblent vouloir jouer sur l’émotion et s’adresser principalement aux fans de Star Wars en leur donnant ce qu’ils veulent. Le travail d’équipe et d’entraide est mis en avant tout en soulignant bien que chaque épisode a son réalisateur particulier. Après s’être présentés, les six réalisateurs de la série (Jon Favreau, Dave Filoni, Deborah Chow, Rick Famuyiwa, Bryce Dallas Howard et Taika Waitit) racontent leurs parcours et précisent les épisodes qu’ils ont réalisés tout en rappelant les difficultés et les joies qu’ils ont rencontré, ainsi que leur passion pour Star Wars et leur travail. 

Les anecdotes de tournage sont au centre de tous les épisodes afin de, là encore, jouer sur l’émotion. Tout est fait pour rappeler que la série The Mandalorian regorge de clins d’œil à l’univers de Star Wars. Les allusions à des caméo ou à la reprise de scènes et de personnages très secondaires des films Star Wars s’enchaînent (les Blurrgs du show Ewoks, un personnage Ugnaughts de la cité des nuages de l’épisode V, la boule de torture de l’épisode IV, un AT-ST de l’épisode VI, la célèbre cantina de Tatouine, la présence du droïde R5D4 refusé par Luke dans l’épisode IV dans cette même cantina, etc.). 

Mais la partie qui intéressera assurément le spectateur est celle consacrée aux effets spéciaux. Jon Favreau ayant travaillé sur les récentes adaptations en films du Livre de la Jungle et du Roi Lion a pu appliquer les effets spéciaux développés dans ces films au Mandalorian. L’expérience chez Pixar de Dave Filoni est également précieuse. The Mandalorian est la première production à utiliser le rendu en temps réel et un mur vidéo pour le décor et les reliefs dès la prise de vue. Il s’agit d’une grande salle au mur et plafond recouvert de LED : le Volume. Cela permet une projection d’environnement dont le contenu change avec les mouvements de la caméra. L’idée est inspirée de la technologie des jeux vidéo dans laquelle la parallaxe est maintenue. D’après les réalisateurs, ce procédé cumule beaucoup d’avantages par rapport au fond vert : les lumières LED éclairent les acteurs ce qui évite de retravailler la lumière a posterioriet le montage peut se faire le jour même ce qui permet de corriger et de retourner certaines parties rapidement si besoin, car le rendu ne nécessite pas de longs traitements. Enfin, le principal avantage est pour les acteurs qui se retrouvent en immersion dans le décor et n’ont pas à l’imaginer comme dans le cas du fond vert. Tous voient la même chose ce qui leur permet d’être plus synchronisés. 

À la réception du script, un storyboard au crayon est réalisé, il contient des dialogues temporaires et des planches de dessins très simples. L’étape suivante consiste à réaliser une prévisualisation afin d’obtenir une maquette des séquences à venir. Ça ne se fait d’habitude pas pour l’ensemble d’une production, mais le « Volume » oblige à prévisualiser. En effet, tout doit être prévu afin de préparer la construction des images projetées et minimiser la création de décors.

Mais The Mandalorian reprend également des effets spéciaux plus traditionnels, dit physiques, comme les marionnettes, l’animatronic ou les masques en animatronic. L’actrice de Kuiil en porte un : ses sourcils et sa bouche sont donc actionnés à distance par une équipe spécialisée lorsque le personnage s’exprime. Le charme des effets physiques est évoqué mainte fois, le meilleur exemple en est la marionnette de bébé Yoda. On apprend qu’après beaucoup de tentatives de le dessiner, il fallut 3 mois à l’équipe pour en réaliser une marionnette convaincante. Celle-ci est pilotée à distance, et il faut quatre personnes pour cela, une pour ses yeux, une pour ses oreilles et sa bouche, une pour animer sa marche et les mouvements de son corps, et une pour les mouvements de sa tête.

Le robot IG11 est également réel. La plupart des animaux sont réalisés en stop motion. Quelques miniatures, des modèles réduits sont également utilisés, en particulier pour les vaisseaux bien que leur prix soit élevé.

Les making-of de la série The Mandalorian entrent dans l’intimité de l’équipe de tournage, cumulant interview, anecdotes et explications techniques. L’émotion est au cœur de ce making-of, mais peu de place est laissée à la vulgarisation des techniques concernant les effets spéciaux. En effet, le seul épisode qui en parle réellement semble plus nous servir une publicité Disney sur la technologie du Cube que nous fournir une réelle explication critique à son sujet. Les acteurs eux-mêmes semblent penser que la profondeur de leur personnage est incomparable, tout comme les réalisateurs qui ne cessent de nous rabâcher que le Cube est révolutionnaire. Ce making-of tient donc plus d’une succession de témoignages louant les bénéfices d’une technologie exclusive à Disney dont l’attrait repose sur le fan service que d’un véritable documentaire cinématographique.

Isabeau Bertrix

Source image: Disneyphile


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search