L’hygiénisme du XIXe siècle et la crise sanitaire de 2020 : quelles similitudes ?

A l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène des mains, le 5 mai 2021, le mouvement hygiéniste est remis à l‘honneur.

Le mouvement hygiéniste naît au XIXème siècle. Avec l’essor des villes, l’hygiène urbaine devient tout particulièrement un sujet d’intérêt public. L’hygiénisme devient une idéologie nationale et est associé à l’idée d’ordre et régularité. Ce mélange entre morale, politique et science est la marque de fabrique de l’hygiénisme.  Aujourd’hui on trouve des traces d’un retour de ce mouvement qui a largement marqué la société dans laquelle nous vivons. Jackie Pouzin, professeur d’histoire géographie, et Philippe Pelletier, enseignant-chercheur géographe, dans leurs articles Covid-19, le retour de l’hygiénisme et La crise du Covid-19 : Regard(s) Critique(s), pensent que la société qui nous attends, en raison de la crise sanitaire actuelle, sera néo-hygiéniste. Le mouvement hygiéniste et la situation sanitaire actuelle sont très liés. Les principales similitudes tournent autour de trois points : la notion de guerre, de l’aménagement urbain et du vivre-ensemble.

De nombreuses rhétoriques actuelles rappellent en effet les débuts du mouvement de l’hygiénisme. La question de la lutte ou de la guerre. Les propos du directeur du Bureau municipal d’hygiène de Lyon sur la typhoïde de 1891 sonnent étrangement familiers : « Si nous ne possédons pas encore un vaccin qui puisse lui être opposé, nous connaissons suffisamment aujourd’hui ses modes de propagation pour pouvoir entamer une lutte dans laquelle, si nous le voulons, nous serons les vainqueurs ». Les gestes barrières et le port du masque aujourd’hui préconisés pour limiter les risques de propagation renvoient aux interdictions de cracher dans la rue.

Les discours publics, comme ceux de Jérôme Dubus, conseiller de Paris (LREM), insistent également comme hier sur l’importance de repenser l’aménagement des espaces urbains. Les hygiénistes du XIXème, rappelle Stéphane Frioux, maître de conférences d’histoire contemporaine, pensaient que la « solidarité sanitaire de la société et du pays tout entier est un fait établi ». Emilie Guitard et Virginie Milliot qui ont travaillé sur le sujet ajoutent également que même si le sens en lui-même de la propreté change en fonction du contexte, «sa mise en œuvre révèle toujours des modalités de cohabitation urbaine ». Et c’est bien ce qui se passe aujourd’hui. La question de la cohabitation, point clé des mesures sanitaires hier est redevenue centrale.

La notion du vivre-ensemble est aussi un point commun important entre ces deux époques. La société doit être unifiée pour faire face aux virus. Dans sa croyance en l’existence de bactéries, au XIXème siècle, organismes si petits qu’ils sont invisibles et inodores. Dans la confiance envers les mesures de confinement imposé aujourd’hui. Dans les deux cas, l’éducation et la sensibilisation sont alors des facteurs clés pour faire face aux enjeux sanitaires. 

Pour Stéphane Frioux, les discours du 19eme étaient tout à la fois pessimistes sur l’état sanitaire et militant pour influencer les décisions politiques. Il faut se « [soumettre] aux enseignements actuels de la science ». 

Enfin, le mouvement hygiéniste et la crise sanitaire se rejoignent sur la notion de biopouvoir. Le biopouvoir, selon Michel Foucault, remplace peu à peu une politique centrée sur la mort et devient une entité cherchant à contrôler, gérer et surveiller la vie elle-même. Ce rapprochement entre politique et biologie donnera alors naissance au « biopouvoir », observable aujourd’hui. Cette appropriation de la science peut devenir un problème important lorsque les discours scientifiques ne s’accordent pas, ou que les connaissances sur le sujet sont restreintes.

Manon Villard 

Source image : Pixabay

Références : 

Stéphane Frioux (2013). L’environnement urbain, un défi sanitaire au cœur de la « Belle époque ». Les batailles de l’hygiène, p.17-54. (en ligne). Disponible sur : <https://www.cairn.info/batailles-de-l-hygiene–9782130617860-page-17.htm >

Victoria Chantseva. (2020). Normes de l’éducation de la « propreté » en France au XXème siècle. La Revue Internationale de l’Education Familiale n°47. (en ligne). Disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-la-revue-internationale-de-l-education-familiale-2020-1-page-169.htm?contenu=plan>

Emilie Guitard, Virginie Millot. (2015). Les gestes politiques du propre et du sale en ville. Ethnologie Française, p. 405-410.  (en ligne). Disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2015-3-page-405.htm>

Nadia Taïba. (2014). Du corps à la maison : qu’est-ce qu’être propre ? Entretien avec Monique Eleb. Sens-Dessous, p. 15-24. (en ligne). Disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-sens-dessous-2014-1-page-15.htm>

Annie Tschirhart. (2008). Rôle et évolution de l’hygiène scolaire dans l’enseignement secondaire de 1800 à 1910. Carrefours de l’éducation, p. 201-2013. (en ligne). Disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-carrefours-de-l-education-2008-2-page-201.htm>

Jackie Pouzin. Covid-19 : le retour de l’hygiénisme. Approche historique de l’hygiène publique de France. Lycée Vadepied, Evron. (en ligne). Disponible sur : <https://storymaps.arcgis.com/stories/5d628abe8c4d474e9789b6a98136bc9b>

Philippe Pelletier. (2020). La crise du Covid-19 : Regard(s) critique(s). Réseau des Géographes Libertaires. Hypotheses. (en ligne). Disponible sur : <https://rgl.hypotheses.org/903>

Katia Genel. (2004). Le biopouvoir chez Foucault et Agamben. (en ligne). Disponible sur : <https://journals.openedition.org/methodos/131#tocto1n4>

Louis Philippe Blanchette. (2006). Michel Foucault : Genèse du biopouvoir et dispositifs de sécurité. (en ligne). Disponible sur :

< https://www.lex-electronica.org/files/sites/103/11-2_blanchette.pdf>

Luca Paltrinieri. (2013). Biopouvoir, les sources historiennes d’une fiction politique. Revue d’histoire moderne et contemporaine numéro 60, pages 49 à 75. (en ligne). Disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2013-4-page-49.htm?contenu=article>

Frédéric Keck. (2003). Des biotechnologies au biopouvoir, de la bioéthique aux biopolitiques. Multitudes numéro 12, pages 179 à 187. (en ligne). Disponible sur : <https://www.cairn.info/journal-multitudes-2003-2-page-179.htm#s1n3



Citer ce billet
manonvillard (2021, 2 mai). L’hygiénisme du XIXe siècle et la crise sanitaire de 2020 : quelles similitudes ? Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt8z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search