« En médiation ça apprend beaucoup de choses de voir comment les controverses scientifiques ont émergé et ont été résolues »

La pandémie actuelle de COVID19, a suscité et suscite encore de nombreuses controverses. Thibault Latrille, l’un des fondateurs de la plateforme participative autour des controverses scientifiques, ControverSciences, créée en 2015, explique l’intérêt et la difficulté d’aborder les controverses. 

Pourquoi avoir créé ControverSciences ?

Il n’existait pas de plateforme participative spécialisée sur les controverses scientifiques.  La forme de Wikipédia n’est pas vraiment adaptée à ce genre de contenu. Une controverse scientifique est une question à laquelle les scientifiques n’arrivent pas à répondre, soit par manque de données, soit parce qu’ils sont en désaccord sur l’interprétation des faits.           

L’objectif de ControverSciencesest de rendre accessibles et visibles des publications scientifiques, à des personnes qui n’ont pas l’habitude, le temps, ou les compétences techniques nécessaires pour les lire, mais que le sujet intéresse. Le but est que ceux qui contribuent soient des personnes qui connaissent bien ces papiers scientifiques comme les étudiants et les chercheurs. Nous avons pensé qu’ils aimeraient expliquer des articles scientifiques pour que d’autres personnes y aient accès.

Comment gérez-vous les contributions ?

Le site est construit de sorte que seules les personnes vraiment motivées puissent contribuer. C’est un processus relativement contraignant : la publication est longue et difficile, (analyse et synthèse des articles, limitations du nombre de caractères…). Cette barrière décourage certaines personnes, mais c’est un choix délibéré pour s’assurer de la qualité des contributions. Le revers de la médaille est la difficulté à trouver des contributeurs. Notre plus grand problème reste cependant le manque de visibilité du site qui limite l’arrivée de nouveaux contributeurs.

Peut-on faire la médiation des controverses scientifiques dans les musées ?

C’est possible, les controverses scientifiques ont souvent un déroulement similaire. Il serait intéressant de faire de la médiation sur leurs histoires et leurs parcours, par exemple sous la forme d’expositions temporelles. De montrer comment et pourquoi elles naissent, et comment elles sont résolues. Cela permettrait aussi de mieux comprendre les controverses actuelles. Il peut néanmoins être compliqué de faire de la médiation à propos de certaines controverses en raison de leur faible impact sociétal et du faible intérêt qu’elles suscitent.  

Les médias participent-ils à la mauvaise compréhension et à l’envenimement de certaines controverses ?

Le mode de fonctionnement des médias pose problème : ils recherchent pour faire le buzz certaines informations, afin d’augmenter leur nombre de vues. Or les controverses sont très efficaces pour cela. Les outils de communication utilisés par les médias (réseaux sociaux…) ne sont pas anodins. Leur design influence énormément le comportement des utilisateurs. Ils encouragent les réactions à chaud, et ne permettent pas la prise de recul et l’empathie, ce qui peut donner de l’ampleur à un sujet en peu de temps. Si la possibilité de réagir est plus compliquée et plus longue, comme sur ControverSciences, cela en dissuadera beaucoup de donner leur avis.

Lucile Amary

Source image: ControverSciences


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search