Un nouvel horizon sur Twitch ?

Principale plateforme de streaming, Twitch est la référence pour diffuser du contenu en direct, notamment dans le domaine des jeux vidéos. Couronnée de succès, elle se diversifie et accueille désormais des chaînes spécialisées dans la vulgarisation scientifique. Moins d’un an après le lancement de leurs chaînes Twitch dédiées au spatial, rencontre avec Alice Thomas, vulgarisatrice professionnelle indépendante, Whitney Jérôme, étudiante en génie mécanique à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, et Corentin Buti, ingénieur aérospatial chez Aerospacelab. 

Différents formats de vulgarisation sont expérimentés sur Twitch : des émissions-conférences, des émissions avec des invités ou sans, des jeux… Certains streamers invitent dans leurs émissions des professionnels ou des spécialistes d’une discipline comme Corentin Buti qui accueille dans son émission hebdomadaire « La Capsule » des invités issus du domaine spatial et discutent avec eux de leurs parcours, de leurs métiers et de leurs passions. D’autres misent sur la diversité de leurs contenus. Whitney Jerôme propose trois formats sur sa chaîne SpaceExplorerW : deux émissions sur l’actualité aérospatiale et en exploration spatiale et un live commenté sur les lancements de fusées. Alice Thomas, accompagnée de deux invités passionnés de spatial, propose quant à elle chaque mois un quizz avec des cadeaux à la clef. 

De nombreux atouts qui nécessitent un certain engagement

« Twitch est une plateforme pensée pour l’interaction directe entre le streamer et les publics » les trois vulgarisateurs s’accordent à le dire et y voient un avantage incontestable pour la vulgarisation scientifique. La plateforme favorise l’instantanéité et le dialogue notamment via son tchat qui permet de poser des questions ou de réagir avec des émoticônes personnalisables. Corentin Buti apprécie non seulement « le format live moins léché et plus naturel qu’un format vidéo » mais aussi la possibilité de corriger ses erreurs en direct. Il avoue cependant que « malheureusement ces contenus, plus longs, sont beaucoup moins prisés sur internet » car aujourd’hui en vulgarisation scientifique « tout est consommé rapidement ». Outre les avantages qu’offrent la plateforme, elle nécessite des ressources techniques (caméras, micros…) et un temps de préparation proportionnel à la difficulté du sujet abordé. « Plus de 3 semaines de préparation intense et la réalisation d’une maquette ont été nécessaires pour parler des moteurs de fusées » raconte Whitney Jerôme. Une volonté forte pour elle est d’apporter du contenu exclusif à ces internautes. Elle a par exemple interviewé des scientifiques à la Cité de l’Espace sur la mission mars 2020 et sur les combinaisons russes de sortie extravéhiculaires. 

Un avenir prometteur sur Twitch

La vulgarisation scientifique sur Twitch a le vent en poupe avec de nombreuses chaînes comme le Collectif Conscience, la chaîne ToutseComprend animée par Robin Isnard, le Café des Sciences pour ne citer qu’elles, même si elle n’est pas aussi développée en France que dans les pays anglo-saxons. Ces chaînes suscitent un regain d’intérêt depuis le premier confinement mais aussi grâce à des initiatives, insiste Corentin Buti, comme Science en live qui répertorie hebdomadairement tous les streams de vulgarisation. « Tout se fait encore à tâtons mais il y a une grande effervescence » confie Alice Thomas. De nombreux instituts de recherche s’orientent vers Twitch, notamment en raison de la situation sanitaire. L’agence spatiale française (CNES) a déjà lancé sa propre chaîne où elle adapte en ligne des rencontres comme les Mardis de l’espace originellement organisées dans des bars parisiens. L’Institut d’Astrophysique de Paris a proposé une diffusion pour l’édition 2020 de la Nuit de l’Astronomie en partenariat avec Alice Thomas et sa chaîne. Whitney Jerôme, quant à elle, observe d’un œil plus réticent le succès grandissant de la plateforme et la multiplication des streamers scientifiques. Elle déplore notamment ceux qui surfent sur la vague Twitch pour profiter de son essor mais sans la connaître et sans proposer un format dédié. Selon la jeune femme, malheureusement beaucoup de nouveaux streamers néglige la culture Twitch pourtant très présente. « Se renseigner sur la plateforme en amont est indispensable » ajoute-t-elle. 

Propos de Corentin Buti, Alice Thomas, Whitney Jerôme recueillis par Elise Helfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search