Un rire dangereux : le gaz hilarant

L’utilisation du protoxyde d’azote est en forte hausse depuis la crise sanitaire, pour rechercher un moyen d’évacuer le stress. Mais ce gaz présente énormément de risques.

Le rire est généralement bénéfique pour la santé, naturel ou forcé, sa libération d’endorphines peut provoquer du plaisir, une diminution de la douleur, ou une relaxation, particulièrement recherchées en temps de crise et de confinement.  Le protoxyde d’azote, plus connu sous le nom de gaz hilarant, est aujourd’hui le 3e produit psychoactif le plus utilisé chez les étudiants. Ses vertus euphoriques, son effet rapide et fugace incitent à une consommation répétée et à plus forte dose.

Le gouvernement et l’ANSM préconisent davantage de sensibilisation auprès des jeunes pour diminuer le nombre de consommateurs de protoxyde d’azote. Cependant, il n’existe pas encore de réglementation claire pour le protoxyde d’azote. Son attractivité est principalement liée à son accessibilité en plus de son prix.

Plusieurs campagnes de sensibilisation aux risques du produit ont été lancées dans les établissements scolaires et d’études supérieures, ainsi que sur les réseaux sociaux (Instagram, Twitter, LinkedIn…) pour toucher les jeunes. La sensibilisation autour de ces substances est toujours difficile, le gaz en lui-même n’est pas interdit mais son usage détourné est dangereux. La MILDECA1 propose alors des supports de communication tels que des affiches ou des vignettes en libre-service, à distribuer dans les associations, collectivités locales, encadrants ou autres ou bien sur les réseaux sociaux. Ces supports ne sont pas uniquement centrés sur les risques générés mais donnent également des conseils sur comment agir en fonction de la situation et qui contacter. Delta France associations propose également des campagnes de sensibilisation sur le sujet. De plus, la consommation excessive du N2O est effectivement un problème pour les mineurs, mais les principales victimes sont de jeunes adultes, ce qui peut aussi compliquer cette sensibilisation.

Son utilisation s’est encore accrue depuis le déconfinement et l’âge des usagers ne ferait que diminuer. Le N2O, est utilisé à des fins « récréatives », selon la formule en usage puisqu’elle provoque une distorsion des perceptions. Mais cette substance comporte bien d’autres effets secondaires, beaucoup moins séduisants.

À l’origine, ce gaz est utilisé en médecine pour les anesthésies. Il est aussi employé dans les aérosols, ou dans les siphons à chantilly. Disponible en vente libre, il est possible de l’acheter sous forme de cartouches. Les consommateurs de protoxyde d’azote insèrent ces cartouches dans un siphon à chantilly et gonflent avec le gaz des ballons de baudruche, qu’ils respirent, de la même façon que l’hélium. Cette intoxication se fait donc par voie orale. 

Les principaux risques engendrés sont l’asphyxie due au manque d’oxygène, la perte de connaissance, des brûlures liées à la température du gaz, les vertiges et les chutes. Avec une consommation régulière et à forte dose, des risques beaucoup plus sévères apparaissent : troubles neurologiques, psychiatriques, cardiaques… Le protoxyde d’azote est souvent associé à d’autres substances psychoactives, ce qui augmente considérablement les effets indésirables.

MILDECA1 : Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives

Manon Villard

Source image : Denis Charlet, Science et avenir

Références :

Vildrite, Elodie. (2020). « Certains inhalent des centaines de cartouches par jour » : L’Anses alerte sur les dangers du gaz hilarant. France Inter. (en ligne). Disponible sur :<https://www.franceinter.fr/certains-inhalent-des-centaines-de-cartouches-par-jour-l-anses-alerte-sur-les-dangers-du-gaz-hilarant>

Vigil’Anses n°11- Le bulletin des vigilances de l’Anses. (2020). Protoxyde d’azote : un gaz hilarant aux séquelles neurologiques loin d’être drôles. Vigilance des produits chimiques. (en ligne). Disponible sur :                < https://www.anses.fr/fr/system/files/VigilAnsesN11_Juin2020_VPC_Proto.pdf>

INRS. (2018). Protoxyde d’azote. Fiche toxicologique n°267. (en ligne). Disponible sur : <https://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_267>

ANSM. (2020). De nouveaux chiffres sur l’usage détourné de protoxyde d’azote (« gaz hilarant ») pour éclairer les autorités sanitaires-Communiqué. (en ligne). Disponible sur : <https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Communiques-Communiques-Points-presse/De-nouveaux-chiffres-sur-l-usage-detourne-de-protoxyde-d-azote-gaz-hilarant-pour-eclairer-les-autorites-sanitaires-Communique>

Drogues. Gouvernement. (2020). L’usage détourné du protoxyde d’azote, une pratique à risques de plus en plus répandue. (en ligne). Disponible sur : <https://www.drogues.gouv.fr/actualites/lusage-detourne-protoxyde-dazote-une-pratique-risques-de-plus-plus-repandue#:~:text=Le%20protoxyde%20d’azote%20c,par%20exemple)%20ou%20de%20bonbonnes.&text=Il%20existe%20par%20ailleurs%20du%20N2O%20%C3%A0%20usage%20m%C3%A9dical%20(anesth%C3%A9sie>

JML. (2020). Vers une interdiction « pure et simple » du gaz hilarant ? L’Est Républicain. (en ligne). Disponible sur : <https://www.estrepublicain.fr/sante/2020/09/07/vers-une-interdiction-pure-et-simple-du-gaz-hilarant>

Rosier, Florence. (2020). Le rire, formidable « pompe à endorphines » pour temps de crise. Le monde. (en ligne). Disponible sur :       <https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/11/23/le-rire-formidable-pompe-a-endorphines-pour-temps-de-crise_6060837_1650684.html>

ANSM. (2018). Compte rendu de séance. Comité technique des Centres d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance- CT022018023. (en ligne). Disponible sur : <https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/ce8ce8158f1d0a7427961adc5d9bc54b.pdf>

Delta France Associations (2020). Campagne de prévention et de réduction des risques du protoxyde d’azote auprès des étudiants de France. (en ligne). Disponible sur : 

<http://www.codes04.org/_depot_arkcms_codes04/_depot_arko/articles/981/campagne-de-prevention-et-reduction-des-risques-du-protoxyde-d-azote-aupres-des-etudiants-de-france_doc.pdf>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search