Humour et Sciences, et si ça fonctionnait ?

Peut-on transmettre des notions scientifiques avec humour ? Pour le Science Comedy Show, la réponse est définitivement oui ! Né de la volonté de reproduire le format du concours « Ma thèse en 180s », le Science Comedy Show est une troupe de théâtre scientifique composée de docteur(e)s et de doctorant(e)s en sciences naturelles, dures, ou sociales., Sophie Yvon et Quentin Schoen, deux de ses membres actifs, expliquent qu’une information est mieux retenue et mémorisée lorsqu’elle est associée à une émotion. Le rire peut être un excellent catalyseur. Les salles de spectacle, que la troupe arrive à remplir régulièrement, en témoignent. Le rire est une émotion positive, de partage. On a réellement compris une notion quand on est capable de la réexpliquer. « Généralement, les gens sont contents d’avoir appris quelque chose et d’en avoir rigolé. On a gagné si, quand on fait un spectacle le vendredi soir, le dimanche midi au repas de famille quelqu’un est capable de réexpliquer les notions que nous avons présentées », dit Quentin Schoen.

Mais ce format est encore peu utilisé lors de spectacles scientifiques. Ainsi, la volonté première du Science Comedy Show est de rompre avec l’image très formelle et parfois ennuyeuse des conférences scientifiques et d’y ajouter des anecdotes mémorisables pour faciliter le processus de mémorisation du public. Les retours du public du Science Comedy Show permettent à la troupe d’adapter le spectacle. 

Une étude réalisée en 2012 par deux chercheurs en gestion de l’Université de Caroline du Nord à Wilmington et un psychologue de l’Université internationale de Floride à Miami suggère que l’humour permet également en milieu professionnel, d’être plus performant, de mieux gérer le stress et d’avoir une solide cohésion de groupe. Ceci peut aisément s’appliquer à la dynamique prof-élèves lors de cours de sciences. Les notions scientifiques seraient ainsi mieux assimilées en l’absence de stress et de schémas d’apprentissage classiques. C’est également ce que suggère une étude parue en 2011 « A study of laughter in science lessons », qui analyse les fonctions du rire dans la classe d’un professeur de sciences débutant tout au long de sa première année d’enseignement. Elle démontre le caractère interactif du rire qui compense le sérieux de la discipline. Le rire permet de renforcer la complicité et la solidarité entre l’enseignant et ses élèves, ainsi qu’entre les élèves ce qui permet de s’affranchir de la notion de compétition puisque l’ensemble de la classe se retrouve dans l’humour.

Toutefois, l’humour a certaines limites. Il se doit d’être dosé avec parcimonie et respect pour ne pas blesser la personne ciblée par la blague. Sophie Scott, neuroscientifique cognitive à l’University College London rappelle les règles simples : « Assurez-vous de ne pas harceler quelqu’un, les plaisanteries peuvent être de l’intimidation. Et dire simplement “je plaisantais” ne répare pas tout ».

De son côté, le Science Comedy Show n’hésite pas à parler de thèmes tels que le cancer de la prostate ou celui du poumon. Dans le premier cas, ils choisissent de représenter la tumeur par un acteur déguisé en lapin rose, et de la faire discuter avec un acteur interprétant un médecin. On pourrait croire à une plaisanterie, mais ce sketch fonctionne très bien. Le visuel et l’humour clownesque sont efficaces pour faire passer un message avec deux niveaux de lecture, ce qui rend le spectacle accessible aux adultes comme aux enfants.

Pour parler du cancer du poumon, la troupe a un numéro très différent, axé sur l’utilisation d’un humour noir, poétique et angoissant. Les rires sont alors gênés et le public peut prendre du recul sur un thème tabou. Sophie Yvon explique « Certains chercheurs nous disent qu’ils n’auraient jamais cru qu’on aurait pu faire un spectacle sur ça». L’important est de ne pas dénaturer le sujet et de rester cohérent. Pour cela la troupe n’hésite pas à présenter leurs sketchs à des professionnels en amont lorsque le sujet traité n’est pas du ressort de leur spécialité scientifique.

Le jeune public est une cible importante pour l’humour scientifique, et une cible difficile. Quentin Schoen explique qu’il est très important de travailler sa gestuelle et ses blagues afin de ne pas paraître ringard auprès des jeunes. Mais, malgré cette difficulté, il semble que l’humour fonctionne très bien auprès des jeunes comme en témoigne le format ludique utilisé par nombre de youtubeurs scientifiques qui utilisent les blagues pour dynamiser leur contenu et mieux faire passer leurs notions. 

Isabeau Bertrix

Références : 

(Pinto et al., 2013) Pinto, B., Marçal, D., Vaz, S. G. (2013). Communicating through humour: a project of stand-up comedy about science. Public Understanding of Science. (en ligne). Disponible sur :

<https://www.researchgate.net/publication/259271943_Communicating_through_humour_A_project_of_stand-up_comedy_about_science>

(Downs et al., 2009) Downs, V.C, Javidi, M.M., Nussbaum, J.F. (2009). An analysis of teachers’ verbal communication within the college classroom: use of humor, self-disclosure, and narratives. Communication Education.(en ligne). Disponible sur: 

<https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/03634528809378710 >

(Roth et al., 2011) Roth, W.M., Ritchie, S.M., Hudson, P., Mergard, V. (2011). A”Study”of”Laughter”in”Science”Lessons. Journal of Research in Science Teaching.(en ligne). Disponible sur :<https://eprints.qut.edu.au/41953/1/41953.pdf >

Dance, Amber. (2018). Why laughter in the lab can help your science. (en ligne). Nature.Disponible sur: <https://www.nature.com/articles/d41586-018-03802-4>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search