« Faire de la médiation par le rire en science, permet de toucher et de faire venir des publics qui peuvent ne pas être séduits par les sciences initialement, mais qui aiment rire »

Kévin Fauve, directeur de l’association ART’M souhaite mettre les sciences à la portée de tous par la création et la diffusion d’outils de culture scientifique itinérants. Il raconte la conception de l’exposition “Rire- La science aux éclats” qui ouvrira ses portes en février 2021 au Musée de l’Homme à Paris, puis en avril 2021 à la Cité de la Voile Éric Tabarly à Lorient.

Pourquoi une exposition sur le rire ?

Le rire s’est naturellement imposé comme une thématique qui touche tout le monde. C’est un phénomène quotidien, international et universel, que l’on retrouve dans toutes les cultures, mais que l’on ne connaît pas très bien. L’exposition « Rire-La science aux éclats » se veut pédagogique et ludique, avec la mise à disposition du visiteur différents médias (vidéos, jeux sur tablettes, jeux de société, créations artistiques), qui permettent de toucher tous les publics. Huit thématiques différentes sont abordées : cela va du rire chez les animaux, à l’aspect contagieux et social du rire, en passant au rire dans le monde.

L’exposition aborde aussi la question du rire au travers des hypothèses et des découvertes des chercheurs et chercheuses qui travaillent sur ce sujet. Elle présente un état des lieux de la recherche sur le rire, car il existe de nombreux travaux sur le sujet. « Rire- La science aux éclats » tente de faire comprendre au public comment les chercheurs et chercheuses s’y prennent pour réaliser une expérience et en obtenir des résultats. Un des ateliers de l’exposition reprend l’un de ces protocoles de recherche, qui consiste à reconnaître le type de rire que l’on entend. Le visiteur est engagé à y participer, puis à l’analyser à l’aide des statistiques recueillies lors des utilisations précédentes, un score sur le nombre de rires qu’il est parvenu à reconnaître lui est donné à la fin.  

Est-il difficile de rire dans les musées ? 

On peut rire de tout, même en sciences. Il faut juste savoir doser l’humour et réfléchir à la manière de l’amener sans blesser personne. Il y a des sujets compliqués à aborder, comme la mort ou la sexualité, mais il est possible d’en rire. Je pense à l’exposition qu’a proposée l’Université de Franche-Comté Sciences arts et culture autour de la mort, et à celle du “Zizi sexuel” proposée en 2007 et 2014 par la Cité de la Science à Paris sur la sexualité. Ils ont montré qu’il était possible de traiter ces sujets avec humour.

Notre exposition “Rire- La science aux éclats », aborde principalement des notions de sciences humaines et sociales. Elle n’a que peu trouvé sa place dans la programmation des structures avec qui nous travaillons d’habitude. De nouvelles collaborations ont pu voir le jour avec des structures, peut-être plus enclines à traiter des thématiques liées aux sciences humaines et sociales. 

Comment faire rire dans une exposition ? 

Les médiateurs/trices sont l’une des clés de voûte de l’humour en médiation. Il y a beaucoup d’humour dans les musées et les expositions, si les médiateurs/trices aiment en faire et savent le manipuler. Qui dit présence d’humour, dit présence de personnes pour animer. Si nous ne pouvons financer l’intervention des professionnels de la médiation et de l’animation dans les musées, ce qui se passe de plus en plus souvent, nous perdrons une bonne dose d’humour. Une exposition, qu’elle soit interactive ou non, sans médiateur/trice, sera moins bien perçue par le public et moins drôle.

Lucile Amary

Source image: Fourni par Kévin Fauve


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search