« L’humour est important, il n’est pas indispensable mais risqué »

Attiré depuis toujours par les sciences et la compréhension des phénomènes paranormaux, qwrq (quark) se lance dans l’aventure de la vulgarisation scientifique il y a 5 ans, avec sa chaîne  Mycéliums. Zoom sur son travail et sur la place de l’humour dans ses productions.

En quoi consiste votre chaîne YouTube ?

Mycéliums est une chaîne qui identifie et analyse les arguments d’un discours, des plus acceptables aux moins recevables pour aider à se forger une opinion sur la validité des propos avancés/énoncés. Lors d’une discussion informelle, il est difficile de vérifier tous les dires de son interlocuteur car on se base le plus souvent sur son ressenti pour les évaluer. Or il est essentiel dans un discours de savoir identifier des sophismes et des arguments fallacieux. Mycéliums souhaite montrer comment effectuer un pré-tri rapide de l’information et distinguer les arguments valides de ceux « moisis », pour reprendre le terme employé par Richard Monvoisin qui m’a formé quand j’étais en études à Grenoble. Ces derniers pénètrent en profondeur dans les esprits, comme le mycélium ce réseau de racines blanches qui se répand dans le sol de la forêt. Je souhaitais que ma chaîne parle des « moisissures argumentatives » d’où son nom Mycéliums.

Quelle importance accordez-vous à l’humour dans vos vidéos ?

En zététique, je trouve très important de dédramatiser, de montrer qu’il n’y a pas besoin de faire tout un plat lorsqu’un évènement mystérieux survient. J’incite les gens à rire pour montrer que ce n’est pas grave, qu’on a le droit d’en rigoler. A la fin du film Qui veut la peau de Roger Rabbit (1988, Robert Zemeckis), l’un des personnages dit que « finalement le rire est l’arme la plus forte qui soit ». Je partage totalement cette idée. Le rire et l’humour permettent de véhiculer beaucoup plus de messages que le sérieux et le drame. Lorsque quelqu’un est sérieux, on se souvient qu’il est sérieux. Lorsque quelqu’un fait des blagues ou tourne des arguments en dérision, on se souvient pourquoi c’est drôle mais aussi de la mécanique, de la démarche qui montre que cela n’a pas de sens.

Pensez-vous que l’on puisse « rire de tout » en science ?

Cela dépend. Je m’autorise à rire des arguments qui sont risibles mais pas des personnes qui y croient. Je ne rirai pas du malheur ou de la détresse d’une personne non plus. Si je devais faire un épisode sur la santé et sur le traitement des cancers, j’essaierai de rire des arguments des médecins et des charlatans qui vendent leur thérapie comme miraculeuse. En revanche, à aucun moment, je ne rirai ni des patients qui souffrent, ni de leur choix de traitement aussi absurde soit-il. Le but de mes vidéos est d’amener les gens à se poser les bonnes questions, pas de me moquer de ceux dont l’esprit a été moisi par de mauvais arguments. Néanmoins, j’essaye de contrebalancer certains discours hyper dramatiques, sérieux et inquiétants. Dans ma vidéo sur le compteur électrique Linky, certains communicants parlent d’apocalypse, de fin du monde, de destruction, alors que dans les faits, ce qu’ils disent n’a aucun sens et est plutôt rigolo.

Votre humour est-il apprécié ?

Mon humour peut faire grincer des dents car souvent je fais de l’humour exclusif, c’est-à-dire au détriment de quelque chose ou de quelqu’un. J’ai eu des retours positifs cela dit sur mon humour, je considère donc qu’il y en a la bonne dose. Malgré tout, j’ai identifié trois catégories de publics plus réticents. Ceux qui ne me trouvent pas drôle. Ceux qui trouvent qu’il ne devrait pas y avoir d’humour dans mes vidéos. Et ceux qui trouvent qu’il y en a trop ou qu’il est trop corrosif. Ils considèrent que je suis moqueur et ils apprécieraient un humour plus sobre. J’essaye de ne pas être trop excessif sinon mon public évoluerait. Il s’intéresserait moins aux faits qu’à mes blagues. J’aimerais faire de l’humour plus inclusif, de l’humour absurde par exemple, qui n’attaque personne. Mais cela paraît compliqué à mon échelle.

Elise Helfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search