Edito – L’humour s’invite dans les sciences

Dissiper la nébuleuse scientifique par le rire

Moins de 10 jours avant le premier anniversaire du déconfinement français, le 2 mai a lieu la journée internationale du rire. Autant dire une bouffée d’air frais, après plus d’un an de discours politiques et scientifiques inquiétants et alarmants, et de décomptes jour après jour du nouveau nombre de cas, d’hospitalisations et de morts. Malgré la confiance, à priori inébranlée, des français en la science, une étude datant de juin 2020 met en évidence que 70% des français trouvent la science compliquée à comprendre et voire même élitiste à 57%, malgré les prises de parole médiatiques répétées lors de la crise sanitaire. Un constat similaire, et pour le moins préoccupant, à celui d’une étude homologue réalisée l’année précédente. « Une science utile mais parfois hermétique… » conclue-t-elle en 2019. La médiation des sciences a donc encore un bonhomme de chemin à faire pour modifier ces perceptions. Depuis des années et encore aujourd’hui, les structures de médiation scientifique font de la science ludique et pédagogique leur credo. En 2010, 77% des enseignants-chercheurs pensaient que le caractère ludique d’un événement de communication était une « bonne chose ». Au vu des chiffres 10 ans après, cette injonction n’a peut-être pas été aussi profitable qu’on ne le pensait. En 2019, 78% des français de moins de 50 ans considèrent que les vidéos YouTube de vulgarisation scientifique permettent de renforcer la confiance en la science. Bon point pour la médiation des sciences alors, mais comment expliquer ce succès ? En partie grâce à une bonne dose d’humour et d’autodérision. Fort est à parier que pour rester attractive la science devra elle aussi devenir poilante !  Manier humour et science sans tomber dans la moquerie pure et la mesquinerie est tout un art, pas toujours maîtrisé, mais qui vaut la peine d’être tenté. Qu’on se le dise, une partie de l’avenir de la vulgarisation reposera sur la capacité des structures institutionnelles et des musées à lâcher la bride et à s’essayer au rire, non sans quelques contraintes fortes.  

Par Elise Helfer 

Sources

(Lévy et al., 2020) Lévy, J.D., Bartoli, P.H., Hauser, M. (2020). La confiance des français dans la science _ Vague 2. Haris Interactive. (En ligne). Disponible sur : <https://harris-interactive.fr/opinion_polls/la-confiance-des-francais-dans-la-science-vague-2

(Lévy et al., 2019) Lévy, J.D., Bartoli, P.H., Hauser, M. (2019). La confiance des français dans la science. Haris Interactive. (En ligne). Disponible sur : <https://harris-interactive.fr/opinion_polls/la-confiance-des-francais-dans-la-science/ >

(Crettaz von Roten et al., 2010) Fabienne Crettaz von Roten, Olivier Moeschler (2010). Les relations entre les scientifiques et la société. Sociologie, p45-60. (En ligne). Disponible sur :  <https://www.cairn.info/revue-sociologie-2010-1-page-45.htm>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search