Edito – Exploration spatiale et mediation

Seulement 11% des enfants américains rêvent d’être astronautes. Pour cause plus des des trois quarts se voient déjà vivre dans l’espace ou sur une autre planète dans le futur. Ont-ils raison ? Allons-nous bientôt vivre dans l’espace ? En fonction des médias, le discours sur l’avancée de nos technologies spatiales est plus ou moins réaliste. “La NASA, elle vend du rêve ! Elon Musk aussi : avec son projet SpaceX, c’est clairement dans sa stratégie, car de notre vivant on n’habitera pas sur Mars” déclarent des étudiants de l’International Space University que nous avons interrogés le 27 novembre 2019. “Par exemple, la NASA dit aller sur la lune en 2024 pour installer des colonies, mais on n’a pas les capacités ni les ressources pour cela”. Les principales limites pour vivre dans l’espace restent le budget, les technologies, notre capacité à réutiliser les ressources, connaître et limiter les effets de l’espace sur le corps humain, sans parler d’avoir une planète habitable. Notre vision est biaisée puisqu’il y’a “une démocratisation de l’espace”. En effet, il existe de nombreux films sur l’espace, et les astronautes sont, par ailleurs, très médiatisés : ainsi on peut vite confondre fiction et réalité. De plus, “les agences spatiales mettent plus d’argent dans la communication et les réseaux sociaux pour attirer les nouvelles générations”. Mais l’espace reste une immensité à explorer et de nombreux progrès et technologies sont encore nécessaires ! La médiation sur l’avancée de nos technologies spatiales est trop enthousiaste.

A vouloir vulgariser l’exploration spatiale, certains vendent des progrès technologiques quand ceux-ci ne sont encore que des théories. Par ailleurs, la plupart des enjeux de l’exploration spatiale reposent sur une volonté d’exploiter des ressources, ce qui est interdit par les traités des droits de l’espace. Les différents acteurs engagés dans la conquête de l’espace devraient être soumis à une déclaration des limites de leurs projets, et de leurs réelles intentions. Il faut que cette fausse démocratisation – cette médiation incomplète – de l’espace, cesse afin de réellement informer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search