Edito- Sommes-nous aliénés ?

« L’opinion pense mal, elle ne pense pas : elle traduit un besoin en connaissances » nous explique le philosophe des sciences Gaston Bachelard. Pourtant c’est bien l’opinion qui règne et guide nos institutions. Au moment où la transition vers une société décarbonée devient essentielle, il a été décidé de réduire de 25% la part du moyen de production d’électricité le moins émetteur de gaz à effet de serre, le nucléaire. Pourquoi ce choix ? Alors que le GIEC préconise, dans l’un de ces derniers rapports, l’utilisation du nucléaire pour limiter les impacts du réchauffement climatiques. Réponse : L’opinion, car en 2017 plus de 50% des français pensent que les centrales nucléaires contribuent à l’effet de serre.  Le nucléaire est un sujet qui cristallise tellement d’affects négatifs, que les simplifications sont légions et permettent l’opération suivante : nucléaire = mal, réchauffement climatique = mal, donc nucléaire = réchauffement climatique.

Souffririons-nous d’une aliénation particulière, une aliénation technique, qui nous empêche de comprendre le fonctionnement propre de la production d’énergie ? Aurions-nous un excédent d’opinions et un déficit de culture scientifique. Comment en sommes-nous arrivés là ? Est-ce irréversible ?

La fin de la citation de Bachelard peut toutefois donner du baume au cœur, car l’opinion « traduit un besoin de connaissance ». Donc la situation peut se transformer, si les moyens sont mis pour faire émerger une extension du savoir et de la culture scientifique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search