Communication de crise : la leçon n’a pas été apprise

Le 26 septembre 2019, un incendie d’origine inconnue touche l’usine Lubrizol Seveso de Rouen. Le premier communiqué tombe plusieurs heures après : il n’y a pas de danger aigu d’après le Ministre de la transition écologique. Dès le lendemain, la Ministre de la Santé évoque pourtant la pollution.

Des divergences d’opinions au sein de l’Etat,  une absence d’informations. Bref, il s’agit encore d’une mauvaise gestion de crise. Malgré de nombreux scandales déjà survenus, la communication de crise n’est toujours pas maîtrisée.

Des substances qui pourraient être cancérogènes sur le site Seveso de Rouen, mais qui n’auraient peut-être pas brûlé, voilà l’état de certitude dans lequel nous nous trouvons. La publication tardive de listes des produits contenus dans l’usine n’aide pas. Le directeur de Normandie Logistique fait son mea culpa : « Fallait-il fournir une liste approximative ou quelque chose de contrôlé et vérifié ».  Mais cette surabondance d’informations, qui se veut prôner la transparence totale, n’apporte en réalité que peu de données. De plus, de nombreuses informations sont codées rendant peu clair le contenu pour le public. 

Quitte à se contredire,  certains gérants de crise deviennent les porte-paroles des scientifiques, déformant leur propos au passage. Les associations expertes ayant un avis éclairé ne sont pas consultées ou relayées pour partager leur savoir. La couverture médiatique de Jacques Chirac masque l’événement et renforce la sensation d’un complot. Les réseaux sociaux sont boudés, alors que presque la moitié de la population française les emploie. Déjà en 2013, suite à un incident dans la même usine, un rapport sur la gestion de crise préconisait l’usage de différents supports et acteurs. La leçon n’a pas été retenue ! En plus d’une communication déplorable, de mauvaises actions sont réalisées. Depuis le début, tous les risques sanitaires n’ont pas été pris en compte (contact cutané, ingestion, inhalation) et les démarches pour évaluer les risques environnementaux et sanitaires à moyen et long terme sont quasiment inexistantes. Un problème majeur réside dans l’ignorance des effets des mélanges de substances. Il devient donc difficile de mener des actions pertinentes quand on ne sait pas ce que l’on combat.

Carole Mainguy

Image : Par Daniel BRIOT — https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=83125506


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search