Edito – Orgueil et fausseté

Quand le philosophe italien Maurizio Ferraris parle de la post-vérité comme « essence de notre époque », c’est en la définissant comme « l’alliance entre le pouvoir d’internet et la plus ancienne des pulsions humaines, celle d’avoir raison à tout prix ».

Le pouvoir d’internet est aussi sa malédiction. Vitesse et force de frappe médiatique mis à la disposition de chacun, un rêve pour lanceur d’alerte qui vire au cauchemar lorsqu’entrent en jeu les travers humains. Dans un monde où l’anticonformisme du dimanche vire au complotisme criard, et où la politique ne s’embarrasse plus vraiment de morale tant que la véracité fait mouche, la fake news est monnaie courante chez les marchands de doute.

La fake news, la « fausse nouvelle », celle qui tache par son énormité et éclabousse juste ce qu’il faut de beau monde pour se faire connaître. Rien de tel qu’un fait divers croustillant à propos d’une célébrité controversée – fusse-t-elle la Science – pour appâter le pigeon avec la couleuvre qu’on lui fera avaler, non sans la saupoudrer de publicités, autant que faire se peut.

L’idée peut faire sourire et il est vrai que la remise en cause de la rotondité de notre bonne vieille planète bleue commence à prendre des allures de running gag. Pourtant, le décuplement du nombre de cas de rougeole aux États-Unis, atteignant un cap inégalé depuis 30 ans et conséquence du mouvement antivaxx, ou encore le discours du Président Donald Trump au sujet de soi-disant cancers liés au bruit éolien, masquant un discours politico-climatosceptique bien plus sérieux, ne sont pas des exemples à négliger.

L’ignorance et la crédulité sont des armes que l’hubris autant que la politique rendent dangereuses. Le joyeux monde de la contestation anti-scientifique made in Internet est aujourd’hui malheureusement aussi développé que protéiforme, car l’ère de l’information est aussi et paradoxalement celle du doute.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search