Fullmetal alchimist une œuvre réflexive ?

Bien que la série se soit achevée depuis sept ans, elle reste une des références en termes de mangas. En 2019, dans plusieurs villes japonaises, certains cafés organisent des soirées privées à en son honneur.

Fullmetal alchemist, série de qualité, occupe encore aujourd’hui une place toute particulière dans le cœur des fans. Elle est assez unique dans sa capacité à présenter les grandes interrogations qui reviennent dès qu’il est question de science. C’est une série divertissante et bien construite qui pose, en fond, de véritables questionnements sur la science. Ses limites éthiques, son instrumentalisation, les motivations des scientifiques et, parfois, une critique de leur arrogance.

La scène d’ouverture du manga contient à elle seule les thématiques de la série. Un prêtre abuse de l’alchimie pour assurer sa place auprès de ses fidèles. Par ce biais, il réalise des « miracles » qui n’ont en fait rien de divin. On retrouve une opposition assez évidente entre science et religion et la question d’une potentielle manipulation des masses par la science en opposant sachant et profane. Les vrais alchimistes sont présentés comme des gens cherchant à découvrir le fonctionnement du monde, à atteindre la Vérité. Pourtant cette Vérité est multiple, chaque être possède la sienne, représenté par une porte intérieure.

Les enjeux sont de différents ordres selon les motivations des personnages et leur vécu personnel. La question centrale de l’œuvre reste l’un des interdits en alchimie « il est interdit de créer ou faire revivre un humain ». Cette loi éthique/morale du manga l’accompagne tout du long et pose des questionnements sur le scientifique qui cherche à s’approcher de dieu. Est-ce légitime ? Est-ce moral ? La barrière entre moralité et immoralité est ténue.

Tout au long de la série, l’alchimie est utilisée pour le bien comme pour le mal, à l’image de la science, c’est une technique neutre dont les conséquences ne dépendent que des motivations de son utilisateur. Selon les personnages, une multitude d’actes sont explorés : la guérison, la vengeance, une quête personnelle, la recherche de pouvoir.

On retrouve aussi des interdits, que l’on peut comparer avec nos règles éthiques de la science. L’alchimie offre des possibilités quasi infinies tant que le principe « d’échange équivalent » est respecté. Un questionnement fort est l’instrumentalisation de l’alchimie par l’armée et le gouvernement. Le parallèle avec la seconde guerre mondiale est aisé. A l’image des scientifiques, certains alchimistes se posent la question de la morale de leur activité, car éloignée de leur propre volonté. D’autre à l’inverse profite de la guerre pour exprimer leur folie et prennent plaisir à tuer sur ordre. Le côté humain et moral est survolé mais très présent ce qui permet au lecteur de se créer un avis par lui-même. L’expérimentation est le deuxième point très présent au cours des chapitres. Pour le prestige et conserver un statut, un alchimiste crée une chimère en transmutant un animal et un humain. Cette scène extrêmement marquante montre que ce n’est pas le processus qui est condamné, les chimères animales existent et sont utilisées, mais bien la motivation et la dérive de ce personnage.

Le gros avantage de cette série c’est qu’elle ne critique pas fermement l’alchimie, mais laisse au lecteur toutes les clés pour réfléchir s’il le souhaite. Tout les choix des personnages sont expliqués et sont cohérents.

Chloé Ronjon

Image : Deviantart / tonyp2121


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search