« On ne peut pas étudier un phénomène qu’on ne connaît pas, ça revient à se demander si le Père Noël glisse plus vite dans la cheminée si on met de la vaseline »

Entretien avec Florent Martin, vice-président de l’Observatoire Zététique de Fontaine, une association promouvant l’esprit critique et la méthode scientifique, notamment dans le cadre d’investigation sur des phénomènes réputés paranormaux.

Qu’est-ce que la zététique ? Qu’est-ce qui la distingue du doute cartésien ou du scepticisme ?

Le biophysicien Henry Broch la définit comme « l’art du doute », et le philosophe Émile Littré comme « l’hygiène préventive du jugement ». Ce n’est pas une science, c’est une pratique transdisciplinaire : elle emprunte à la science sa méthodologie ; aux statistiques les calculs de probabilités pour savoir si les phénomènes s’intègrent ou pas dans le monde « normal », à la psychologie pour savoir pourquoi les gens réagissent et croient à certains phénomènes réputés paranormaux. Enfin, elle doit à la philosophie sa position sceptique au sens grec du terme : qui examine, qui refuse de se poser la question en termes de croyance. En fait, c’est le doute cartésien raisonnable : les philosophes doutent de tout, mais les zététiciens se permettent de ne plus douter à propos de certaines choses, celles qui sont démontrées par la méthode scientifique.

Vous évoquiez le paranormal, pourriez-vous le définir ?

Ce n’est pas un mot qu’on utilise tel quel : on lui préfère « prétendu paranormal » ou « allégué paranormal », car un fait ne peut pas être paranormal à partir du moment où il est connu, observé, répétable, reproductible. Par exemple on a longtemps attribué aux éclairs une origine divine, alors qu’on sait aujourd’hui qu’il s’agit d’électricité, d’un phénomène physique qu’on peut décrire par des équations. Ce qu’on appelle paranormal c’est l’ignorance – si une personne ne peut pas expliquer le phénomène du tout – voire l’anecdote qui se cache derrière le phénomène – si elle donne une explication mystique à un phénomène incompréhensible pour elle.

Comment étudie-t-on le paranormal avec une méthode scientifique ?

On cherche la preuve véritable : on ne peut pas étudier un phénomène qu’on ne connaît pas, ça revient à se demander si le Père Noël glisse plus vite dans la cheminée si on met de la vaseline. De mauvais scientifiques viendront avec tous leurs appareils et regarderont quelle aiguille bouge. En zététique, on cherche d’abord à comprendre l’origine et la nature du phénomène, notamment déterminer si c’est le fruit du hasard. C’est la seule manière de le faire scientifiquement : ne placer un instrument de mesure que quand on sait quoi mesurer. C’est un sérieux problème méthodologique qu’on voit dans un certain nombre de publications, et ça revient à définir les hypothèses a posteriori. Malheureusement, cette méthode scientifique ne s’apprend pas à l’école, ou très mal. Les pseudo-sciences veulent le crédit de la science mais sans se soumettre à ses contraintes. 

Comment expliquez-vous la popularité de certaines pseudo-sciences ?

Par l’effet « Canada Dry » : utiliser le vocabulaire de la science, des mots comme « magnétisme » ou « quantique », mais qui ne veulent pas dire ce qu’ils veulent dire. Dans le cas des thérapies, on constate aussi un effort considérable pour faire le lien entre satisfaction client et guérison : si le patient se sent bien, c’est qu’il est guéri. En science, on se méfie des témoignages, on préfère les mesures objectives. Les expériences scientifiques sur l’homéopathie par exemple ne disent pas que les gens ne sont pas satisfaits, elles disent juste que le taux de satisfaction ne baisse pas quand on remplace par un placebo. Les pseudo-sciences c’est le raisonnement scientifique à l’envers : on fait une hypothèse et on instrumentalise la science pour tenter de trouver des faits qui corroborent cette hypothèse. On appelle ça l’effet bi-standard et c’est un paradoxe de beaucoup de pseudo-sciences. 

Guilhem Fuchs

Image : Freepik / Rawpixel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search