Le silence autour de l’endométriose : le tabou des parties intimes ?

En mars 2020 a eu lieu, bien que peu médiatisée, la Journée mondiale contre l’Endométriose. Cette maladie gynécologique, peu connue du grand public, est néanmoins courante puisqu’elle touche une femme sur dix, soit 5% de la population mondiale. Les personnes atteintes sont victimes de douleurs si intenses qu’il leur est souvent difficile de mener une vie personnelle et professionnelle normale.

Josepha Goetz-Collinet est référente de l’association EndoFrance pour la région Grand-Est. Elle-même atteinte d’endométriose, elle insiste sur le fait que contrairement à ce que pensent les gens, les douleurs ne se limitent pas aux menstruations. Selon Josepha, « elles peuvent survenir à n’importe quel moment du cycle, ne pas toucher uniquement l’utérus, et être extrêmement intenses ». Pourquoi cette maladie, aussi handicapante soit-elle au quotidien, soit-elle si peu médiatisée comparée à d’autres pathologies féminines comme le cancer du sein ?

Tout d’abord, parce que l’endométriose fait mal, et le ressenti de la douleur dépend de chacun. Josepha Goetz-Collinet confie que « certaines personnes ne nous prennent pas au sérieux lorsque nous disons souffrir : elles pensent que nous exagérons ». L’ampleur de la maladie est donc minimisée, d’autant plus que ce sont des filles qui souffrent. Elle ajoute même que « la plupart des gens ne croient pas les femmes quand elles ont mal, car dans leurs têtes, nous nous plaignons souvent ». Ainsi, selon elle, le silence autour de la maladie ne viendrait pas du fait qu’il serait gênant de parler des parties intimes féminines. Le tabou serait la douleur. Dans la société actuelle, les femmes s’émancipent et veulent se montrer fortes au regard des autres. Alors que l’endométriose rend vulnérable ; une image que les femmes ne veulent pas renvoyer.

Pour le Docteur Frédéric Bévier, médecin généraliste à Estissac (Aube), la différence de médiatisation entre l’endométriose et le cancer du sein est due à la grièveté de la maladie. « On peut mourir d’un cancer, mais pas de l’endométriose » précise-t-il. Les campagnes de prévention sont très coûteuses pour l’Etat, et la priorité est donnée aux maladies les plus graves. D’après lui, toujours pas de lien avec le fait que le problème touche les parties intimes, car par exemple, « la campagne de lutte contre le SIDA, qui implique de parler de sujets tabous comme les rapports sexuels, a une très grande ampleur ». La communication autour des pathologies se déclinerait donc à l’échelle des risques encourus.

Pauline Soyer

Image – Freepik / katemangostar


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search