« C’est l’accès aux ressources qui fera évoluer l’enseignement »

Entre désir de lutter contre les fake news et volonté académique, l’enseignement de l’esprit critique se développe en milieu scolaire. Rencontre avec Éric Trehiou et Thomas Waag, professeurs de SVT respectivement au lycée à Mulhouse et au collège à Fessenheim.

D’où vous est venue l’idée d’enseigner l’esprit critique au collège et au lycée ?

Eric Trehiou : Nous avons eu un cycle de conférences avec un chercheur de l’université de Toulouse, Dominique Larrouy, sur la pensée critique. L’idée était au départ de former l’ensemble des professeurs de SVT de l’académie de Strasbourg. Nous avons par la suite formé un groupe de travail, mis en place pour proposer des ressources pédagogiques. Tout cela a été à l’initiative de notre IA-IPR (Inspecteur d’Académie-Inspecteur Pédagogique Régional) de SVT. C’est une manière de fonctionner assez habituelle dans l’éducation nationale. Les inspecteurs nous connaissent, en tant que professeurs, ils voient ce que nous pouvons faire et quelles ressources nous pouvons développer.

Quel type d’enseignement dispensez-vous en lien avec l’esprit critique ?

ET : Il y a globalement plusieurs axes. Nous donnons des outils afin de distinguer le vrai du faux, de pouvoir faire des choix éclairés par rapport à tout ce que nous pouvons trouver sur internet. Au sein de la discipline nous allons montrer comment la science peut faire ces choix.

Thomas Waag : Nous partons déjà d’outils assez simples. Comment établir des graphiques, utiliser des corrélations, voir le niveau de preuve, ce qu’est une étude épidémiologique… Il y a pas mal de méthodes déjà, même au collège.

Comment vos collègues s’investissent-ils dans cette démarche ? Y a-t-il des réticences ?

ET : Il n’y a pas de réticence, mais au contraire. Les inspecteurs font en sorte que tout le monde soit sensibilisé à l’esprit critique. Au départ, l’inspection laissait le choix aux volontaires, mais depuis deux ans les professeurs restants ont été inscrits. Durant l’année scolaire 2019, nous avons formé une cinquantaine de collègues avec des ressources mises en ligne. Nous comptons recommencer cette année. Nous essayons de vraiment d’accompagner les élèves sur la durée, car des études ont montré que si nous n’en faisions qu’un tout petit peu, cela pouvait être contre-productif.

Vous basez-vous sur des études pour établir vos ressources pédagogiques ?

ET : Oui, nous nous basons sur des articles scientifiques et nous voyons que tous les chercheurs se basent eux-mêmes sur de très nombreux travaux. Il est important de dire aux élèves qui se destinent à des carrières scientifiques que les idées se forment à partir de ce qui a été fait précédemment et qu’elles ne viennent pas de nulle part.

À votre avis, à quoi ressemblera l’enseignement de l’esprit critique dans les années 2020 ?

ET : Cela fait longtemps que les préconisations des institutions tendent vers un enseignement généralisé de l’esprit critique. Mais il n’y a pas forcément eu beaucoup de moyens et donc peu de choses mises en œuvre. Il est difficile de prévoir ce qu’il va se passer à l’avenir, mais au niveau des sciences cognitives, qui expliquent les mécanismes de la pensée, des avancées sont palpables. L’intervention des sciences cognitives permet de faire comprendre aux élèves quels automatismes de pensées peuvent les faire tomber dans des pièges.

TW : Je ne pense pas que l’enseignement de l’esprit critique passera seulement par les programmes ou les actions politiques. C’est l’accès aux ressources qui fera évoluer l’enseignement. Il y a de plus en plus d’articles en ligne disponibles gratuitement et se former est plus facile en ayant accès aux données. À l’heure actuelle, si nous cherchons sur internet ou dans les manuels scolaires, il y a peu de contenu qui s’appuie sur des données scientifiques pures. Je pense qu’il s’agit là de l’enjeu de l’avenir.

Clara Barrau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.