Un Escape Game qui n’échappe pas à la science

Julie Morgen, chargée de projet en médiation culturelle au Jardin des Sciences à Strasbourg, a conçu, avec deux collègues (Barbara Gollain et Lauréline Le Chevalier), un escape game sur le thème de la géologie. Elle revient sur les raisons de son succès ainsi que sur la place des sciences dans l’énigme.

Comment expliquer le succès de votre escape game ?

Depuis quelques années, l’escape game est une forme de divertissement qui revient fréquemment. Le bâtiment de géologie dans lequel travaille Barbara Gollain (ndlr: Elle est chargée de collections muséales universitaires au musée de minéralogie) dégage une atmosphère qui rappelle l’aventure. Comme j’avais déjà participé à l’élaboration d’une soirée enquête, nous avons pensé que c’était un lieu idéal pour ce type de jeu. À mon avis, c’est la dimension de divertissement qui a attiré les gens. Ils ne sont pas venus car nous allions parler de la géologie du Rhin supérieur. En s’inscrivant, tout ce qu’ils savaient c’est qu’une chercheuse s’était fait voler son disque dur et qu’il s’agissait de le retrouver : finalement, nous leur donnions peu d’éléments sur le thème. Nous avons eu beaucoup d’inscriptions, tout simplement car les escape games sont tendances et que celui-ci était gratuit.

Quelle part avez-vous donné à la science lors de la conception de l’énigme ?

Nous étions conscientes qu’il s’agissait d’un jeu, mais nous ne voulions pas nous cantonner à la dimension de divertissement. Il fallait des aspects scientifiques solides pour faire un lien direct avec la recherche, si possible partir d’informations issues de laboratoires de l’Université de Strasbourg. Il ne s’agissait pas de creuser beaucoup car nous savions que la dimension ludique prenait le dessus. Ce n’était pas un moment où on allait « apprendre en s’amusant » comme le disent tous les jeux éducatifs. Cependant, une fois le jeu terminé, nous voulions faire un petit débrief avec les participants. Ce petit côté « en savoir plus » permet de réaffirmer la dimension de médiation scientifique du dispositif, sans alourdir le jeu. L’objectif est qu’à travers l’escape game, les joueurs comprennent à quel point les disciplines scientifiques nous entourent : elles sont présentes à plein de niveaux, sur des thématiques auxquelles on ne pense peut-être pas au premier abord.

Pauline Soyer

Image – Freepik / macrovector


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search