Passer le temps en prison : les projets culturels

En prison, il est possible d’occuper son temps grâce à des projets culturels.  Si les projets artistiques semblent majoritaires, la science se montre aussi, timidement. Quelles sont les motivations des détenus pour ces ateliers ? Qui les réalise et dans quel but ?

Être traité comme une personne humaine et non un prisonnier

Pour passer le temps en prison, il est possible de : faire du sport, regarder la télévision… ou alors de participer à des activités intellectuelles. Mais qu’est-ce qui pousse les détenus à s’investir dans des projets culturels ou professionnels ? Différentes motivations ont été relevées dans les sondages (1)(2)(3): vouloir satisfaire sa famille, rencontrer des gens, échapper à sa cellule, occuper le temps, maintenir un équilibre psychologique ou bien agrandir son réseau.

Pour les sociologues (1)(4), la vraie motivation viendrait de l’envie d’être traité comme une personne humaine et non un prisonnier, ou bien de se réconcilier avec soi-même, de participer à son propre développement personnel dans le but de favoriser sa réinsertion. 

La routine est souvent le plus pesant pour certains détenus (5), qui apprécient les activités où ils gardent une part de liberté, un choix (2).  

Les projets

Le sociologue Combessie rappelle que la plupart des gens pensent que les détenus n’ont pas le droit à la culture, puisque la prison se doit uniquement d’être un lieu de privation, de dissuasion de récidive ou encore de neutralisation (6). Pourtant, depuis 1958, la culture est déclarée dans la constitution comme un droit fondamental de tout individu. Les conseillers pénitentiaires d’insertion et probation et les coordinateurs de projet doivent donc développer des activités culturelles et de médiation. Beaucoup de projets se mettent en place grâce à la création d’un lien étroit entre musées et institutions carcérales.

Construire un projet en prison c’est faire face à de nombreux enjeux tels que les normes de sécurité, la participation des détenus aux activités et leur réception du sujet. « La grosse difficulté est de rentrer le matériel que l’on souhaite, tout doit être compté au début et à la fin, donc les sciences ne sont pas les matières les plus simples à enseigner » nous explique un enseignant de la maison d’arrêt de Rouen ce 6 janvier 2020.

Et la science dans tout ça ?

La science ne semble pas être un choix prioritaire, comparée aux projets artistiques. La science est la plupart du temps dispensée par des enseignants du collège et du lycée.  « En moyenne, il y a 3 heures de science par semaine, mais plus de 20 heures d’ateliers technologiques, accès sur la découverte d’un métier en rapport avec le métal, le bois, la cuisine…», déclare un enseignant de la maison d’arrêt de Rouen dans notre interview du 6 janvier 2020. « Les cours de sciences physiques sont théoriques, comme nous n’avons pas de laboratoire cela complique les choses, la pratique va donc se faire par simulation sur ordinateur »  mentionne l’enseignant de la maison d’arrêt de Nancy.

Autrement, des conférences scientifiques sont réalisées, moins difficiles à mettre en place. Cependant, il existe des associations réalisant des ateliers ou des travaux pratiques de science dans les prisons. Les membres de ces associations sont des retraités, des chercheurs scientifiques, voire des médiateurs. Bref, la plupart du temps il s’agit de personnes passionnées voulant transmettre leur savoir. La secrétaire de l’association CLIP (club informatique pénitentiaire) nous déclare ce 6 janvier 2020 que « les bénévoles sont principalement des retraités, des gens qui étaient dans le domaine, il y a aussi beaucoup d’étudiants qui font des stages ou en complément de leur études ». Concernant le déroulement de leur intervention « chaque prison a un fonctionnement différent, mais en général les ordinateurs sont fournis par l’administration pénitentiaire, puis les détenus choisissent de s’inscrire ou non, et on adapte le cours. Cela va de choses très basiques : comment utiliser un ordinateur, à utiliser des logiciels avancés ».

Des programmes de plus grande envergure ont également été menés, comme aux États-Unis avec un projet sur la croissance des mousses, “Moss-in-Prison”, porté par l’écologue Nalini Nadkarni (2). À la recherche de personnes disponibles et dotées d’un regard neuf, Nadkami a donc pensé à développer cette idée avec des détenus.

Les scientifiques ont beaucoup à gagner en s’impliquant dans des centres de détention. Le sociologue américain Miller soulignait l’intérêt des scientifiques à faire connaître et comprendre la science au grand public afin d’agir sur le lien entre le regard de la société sur la science et les niveaux de financements scientifiques.

Carole Mainguy

Image – Pixabay

Sources :

(1)Brosens, D., De Donder, L., Vanwing, T., Dury, S., & Verté, D. (2014). Lifelong learning programs in prison: Influence of social networks on participation. Procedia-Social and Behavioral Sciences, 116, 518-523.

(2)Nadkarni, N. M. (2006). The moss-in-prison project: disseminating science beyond academia. Frontiers in Ecology and the Environment, 4(8), 442.

(3)Vergnaud, S. (2018). La tête dans les étoiles, un projet culturel mené en prison. La Lettre de l’OCIM. Musées, Patrimoine et Culture scientifiques et techniques, (178), 5-11.

(4)Sandri, E., & Alidières-Dumonceaud, L. (2015). Enjeux d’un dispositif de médiation culturelle en contexte carcéral: quelles situations de communication?. Culture & Musées. Muséologie et recherches sur la culture, (26), 199-207.

(5)Behan, C. (2014). Learning to escape: Prison education, rehabilitation and the potential for transformation. Journal of Prison Education and Reentry, 1(1), 20-31. (6)Combessie, P. (2010). Sociologie de la prison. la Découverte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search