“L’idée est de créer un lien entre hier, aujourd’hui et demain”

Exposition 2018 Athènes à Cronenbourg

L’entreprise Pandore agit dans trois domaines : la production d’expositions en plein air, la valorisation de patrimoine et la recherche fondamentale en archéologie et histoire.  Interview d’Anatole Boule, le fondateur de Pandore.

Comment vous est venue l’idée du projet Pandore?

Avouons-le, les musées sont accessibles uniquement aux personnes qui savent les appréhender. Déjà, il faut se dire “je vais passer un après-midi dans un musée”, ensuite oser pousser la porte, puis réussir à déchiffrer les textes et réussir à s’y intéresser, pour finalement faire le parallèle avec les objets qui sont exposés. Et c’est dommage. L’idée de Pandore est partie du musée Adolf Michaelis, qui présentent notamment des objets antiques, des copies en plâtre de sculptures, où seulement 3000 personnes venaient et profitaient de son contenu. Or ce dernier est passionnant : grâce à l’Antiquité on comprend plein de choses. La mythologie et la civilisation grecque sont les fondements de notre société.

Pandore c’est la réunion de deux passions : l’éducation et la mise en valeur de l’archéologie, plus particulièrement à l’Antiquité. Nous travaillons sur trois axes : la recherche fondamentale en archéologie et en Histoire, la valorisation du patrimoine et la production d’expositions en plein air.

Quel est votre objectif ?

Mettre de l’art dans la rue, cela n’existe qu’en art contemporain, architecture mise à part. L’objectif de Pandore est d’amener la culture patrimoniale, l’Histoire dans la vie de chacun. Nous voulions faire en sorte que l’Histoire ne soit plus ésotérique, mais aide à la construction du citoyen. Bref redonner à la culture son rôle politique dans notre société, faire réfléchir les gens, leur donner des possibilités de s’exprimer, et de se rencontrer autour de thématiques. Nos choix de thématiques sont pour cette raison très sociaux, ils font écho à ce que les gens vivent dans leur quartier au moment de l’installation de l’exposition. L’idée est de créer un lien entre hier, aujourd’hui et demain.

 Quel type de médiation utilisez-vous ?

Nous utilisons des outils relativement classiques : des schémas par exemple pour simplifier un concept. Ainsi dans l’exposition Athènes à Cronenbourg en 2018, pour expliquer l’éphébie; un moment dans la vie d’un citoyen grec qui est assez compliqué à détailler et qui comprend beaucoup d’étapes. Il s’agit du passage à l’âge adulte, qui consiste en une formation militaire, mais aussi sociale. Cela définit sa place dans la société, la politique et la religion.

Nous essayons de varier la façon dont nous nous adressons au public. Comme nos œuvres historiques sont plutôt plastiques, nous allons par exemple faire parler les personnages. Le discours est donc plus direct que ce qui se fait dans un musée habituellement. Cependant, nous gardons certains codes du musée, comme la longueur des textes.

Pour moi, il n’y a rien qui égale la médiation humaine. L’expérience est marquante quand il se passe quelque chose d’exceptionnel, et cela ne peut venir que de l’humain. Il y’a des chances qu’un texte, soit lu par tout le monde de la même façon.

Comment collaborez-vous avec les musées ?

Aujourd’hui, nous ne convainquons pas les musées, nous avons uniquement accès aux œuvres du musée Adolf Michaelis, qui est partie prenante dans toute cette aventure. Nous sommes en train de travailler sur un prototype de boîte qui permet de répondre entièrement aux conditions de conservation et de sécurité d’un musée. Ainsi, les œuvres d’un musée seraient protégées et montrées dans l’espace public. Nous souhaitons proposer une vraie solution aux musées pour qu’ils puissent sortir de leurs quatre murs, et entrer dans le grand mouvement de démocratisation et d’accessibilité culturelle que l’on connaît aujourd’hui.  Notre ambition est de créer un musée 2.0.

L’idée est de mettre à disposition un ensemble de contenus gigantesques pour le grand public et que chacun puisse s’en saisir !

Quel est votre prochain projet ?

Le prochain projet “dans l’œil d’Hérodote” sera dans le quartier Danube de Strasbourg d’avril à juin 2020.  Nous allons traiter de la notion d’identité collective, d’après la première trace historique. Celle-ci provient d’Hérodote au 5e siècle av. J.-C., dans le livre “Histoires”.

Notre exposition comprendra 4 boites dont une intégralement sur Hérodote. Celles-ci seront placées juste au moment où l’écoquartier aura fini d’être construit. Cela sera le début de l’enclenchement de la vie de quartier. Les habitants se demanderont alors : qu’est-ce qu’on est ? Est-ce qu’on se donne une vraie identité de quartier ? Pandore vient donc donner un relief historique à ces questionnements sociétaux.

Carole Mainguy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search