Biotechnologies : quand la gêne éthique devient une réalité préoccupante

Les biotechnologies sont dans une phase déterminante à l’heure actuelle. Les progrès dans la procréation médicalement assistée (PMA) et l’ingénierie génétique (CRISPR-cas9 notamment) ont des répercussions théorisées depuis longtemps déjà, mais la réalité rattrape aujourd’hui la fiction à pas de géant.

Les Assises génétiques, qui auront lieu à Tours entre le 21 et le 24 Janvier prochains pour leur 10ème édition, sont un événement rassemblant des chercheurs qui présentent et discutent les derniers travaux et découvertes du monde de la génétique. L’occasion d’aborder certains sujets sensibles tels que l’expérimentation humaine et l’eugénisme.

CRISPR-cas9 par exemple, est une technologie désormais relativement connue qui permet de faire de l’ingénierie génétique à bas coût via des « ciseaux moléculaires », découpant et remplaçant des sections de notre code génétique.

Les implications sont nombreuses car la technologie permet certes théoriquement de protéger des embryons contre des maux graves comme le cancer ou la maladie d’Alzheimer, mais ouvre également la porte au transhumanisme. En effet, il est également possible de modifier des portions d’ADN non défectueux pour « renforcer » un organisme (plus fort, plus résistant, plus intelligent…), qui transmettra ces caractères à ses descendants. Répétez l’opération sur suffisamment de personnes, et vous obtenez une population au bagage génétique beaucoup moins varié que celui des humains « standard », et surtout impossible à retrouver dans une autre population : presque une nouvelle espèce, aux caractéristiques physiques et cognitives supérieures à l’humain moyen…

De la science-fiction ? Plus vraiment. En 2018, le chercheur chinois He Jiangkui est en effet intervenu sur le génome de deux embryons qu’il a créé in vitro, tentant ainsi de les rendre naturellement résistantes au VIH. Les jumelles, Lulu (露露) et Nana (娜娜), sont ainsi officiellement les premiers êtres humains génétiquement modifiés.

Révélée en Novembre 2018, la nouvelle a secoué le monde scientifique et engendré nombre de réactions négatives, notamment d’une des co-découvreuses de CRISPR-Cas9, Jennifer Doudna, qui s’est dite « dégoûtée » et « horrifiée » par un tel usage de cette technologie. L’OMS a appelé à la cessation de toute activité d’ingénierie génétique pendant un temps et l’État chinois a – officiellement du moins – condamné la démarche du chercheur.

Cependant, cette vague de contestation pourrait être typique de la résistance au changement, comme l’évoque Léo Grasset de la chaîne Youtube DirtyBiology dans sa vidéo sur l’eugénisme. « Il y a même de grandes chances pour que l’eugénisme soit à terme remboursé par la sécurité sociale », plaisante-t-il en évoquant les économies que CRISPR-cas9 permettrait de réaliser en évitant nombre de maladies.

Dans une autre vidéo consacrée à la PMA, il discute l’évolution de la parentalité et même de la sexualité, en s’appuyant sur le cas d’Abrahim Assan, un enfant portant le matériel génétique d’un père et de deux mères. Si la manipulation ne concerne ici pas directement le génome, elle ouvre la voie à un parentalité nouvelle, hors du cadre bien établi du couple parental. Un enfant pourrait ainsi avoir plus de deux parents, ou bien un seul, et peut-être grandir dans un utérus artificiel, un outil qui a ses propres implications.

Avec l’évolution des technologies, la science-fiction commence donc à perdre sa seconde moitié et le monde connaîtra probablement d’autres chocs moraux. Attachez vos ceintures, le futur arrive plus vite que prévu.

Guilhem Fuchs

Image :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search