Paradoxal, mon cher cyber-Watson

Avis aux amateurs, l’appel à films de science-fiction amateurs pour la 9e édition du festival Les Intergalactiques à Lyon se termine le 1er Février 2020. L’occasion de découvrir ou redécouvrir des pépites du genre, telle Prédestination, une œuvre discrète mais.

La plupart des œuvres traitant du voyage temporel se cantonnent à la notion de « rectification » : l’intégrité de l’Histoire est menacée, généralement à cause d’un premier voyage – l’œuvre du méchant ou de la maladresse du gentil –, et un second doit servir à tout remettre dans l’ordre.

Ainsi Looper, la trilogie des Retour vers le futur, Terminator et tant d’autres reposent-ils sur le principe de « corriger » le cours des événements. Ce concept engendre généralement le fameux « paradoxe du grand-père », cette boucle temporelle dans laquelle un pauvre bougre change le passé d’une manière qui rend impossible sa propre action.

D’un point de vue purement scientifique, il est très compliqué d’admettre la possibilité du voyage dans le temps à cause du principe de causalité, qui stipule qu’il est impossible à un phénomène d’agir sur sa propre cause, que ce soit en l’empêchant ou en la provoquant. La question de la cause, et donc de la flèche du temps, est quant à elle régie par « l’invariance CPT » que le vulgarisateur Bruce Bénamran présente ici.

Dans la plupart des cas, la cohérence scénaristique de l’œuvre pâtit sévèrement de ce principe, car il rend caduque voire impossible l’action montrée à l’écran. Mais l’idée de pouvoir corriger le passé est tellement bien admise qu’elle ne dérange pas : on jette on voile pudique sur l’incongruité et tout est pardonné car le monde revient finalement à la normale à la fin.

Le film Prédestination des frères Michael et Peter Spierig, inspiré du roman au titre trompeur Vous les zombies, évite pour sa part fièrement cet écueil, en choisissant un angle radicalement différent quoique toujours basé sur un paradoxe. Plusieurs, même.

Le début du scénario ne paie pas de mine : un agent spécialisé dans le « redressement » de lignes temporelles cherche à arrêter un terroriste. Rapidement l’intrigue se déploie dans des directions inattendues, exploitant diverses boucles temporelles qui, paradoxalement, assurent la cohésion de l’histoire : ce qui semble être un paradoxe se révèle très rapidement la solution à un autre, et vice-versa.

Cet aspect à la fois inattendu et complexe n’est pas sans rappeler Inception ou Memento, dans un autre genre. On comprend en même temps que les personnages les implications de ce qu’ils vivent et l’aventure prend de faux airs de tragédie grecque, où la fin apparaît aussi surréaliste qu’inéluctable. Tout cela se déroule dans un cadre relativement intimiste, beaucoup de plans cadrent de petits espaces avec très peu d’intervenants. Saluons au passage la performance d’Ethan Hawke et surtout de Sarah Snook, qui porte à merveille l’évolution de son personnage.

Amateurs de science-fiction, cinéastes en herbe désireux de participer aux Intergalactiques ou tout simplement cinéphiles, Prédestination vous propose donc une aventure originale, prenante et, pour une fois, cohérente.

Guilhem Fuchs

Image : Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search