Promouvoir l’industrialisation en Afrique, les stratégies de communication à la loupe

Le retard de l’industrialisation pénalise les pays d’Afrique subsaharienne. Les actions visant à encourager l’essor de ce secteur sont variées. Focus sur une récente campagne de l’Union Africaine.

L’ONU a proclamé la date du 20 novembre comme la Journée internationale de l’industrialisation de l’Afrique. Pourtant, les résolutions prônées par cette commémoration peinent à s’accomplir.  Le taux de croissance africain demeure en effet en dessous des attentes : en 2019, le FMI prévoit un taux de 3,4 % pour les pays d’Afrique subsaharienne, contre 4,1 % pour l’ensemble des pays émergents.

La population active du continent dépasse les 700 millions d’habitants. Une force colossale, mais entre fuite des cerveaux et explosion des taux de chômage, ses capacités sont restreintes. Selon la Banque africaine de développement, l’abondance de main d’œuvre dans le domaine des services limite le potentiel manufacturier. Or c’est sur ce dernier que les pays doivent s’appuyer pour stimuler leur croissance.

Dans une optique de promotion des démarches d’industrialisation, s’est tenue la Semaine de l’Industrialisation de l’Afrique organisée par l’Union Africaine (UA) du du 18 au 22 novembre, cette année à Addis-Abeba. Pour l’occasion, Antonio Guterres, le Secrétaire général de l’ONU a demandé aux pays africains “d’envisager la politique industrielle selon une approche globale en poursuivant, grâce à un renforcement des partenariats multipartites, des stratégies d’industrialisation propres et respectueuses de l’environnement”.

Dans la continuité de cette allocution, divers évènements ont été orchestrés pendant et en amont de Semaine de l’Industrialisation de l’Afrique. Tous semblaient avoir en ligne de mire le rayonnement international de l’Afrique. Parmi ceux-ci, un forum sur l’accroissement des exportations mondiales des pays africains, des conférences sur les partenariats industriels Afrique-Corée du Sud ou encore des tables rondes sur le développement des investissements de la Chine vers l’Éthiopie.

En outre, l’UA a mené un atelier au profit d’une poignée de journalistes. L’objectif était clair : redorer son blason auprès du grand public et des investisseurs étrangers. Pour ce faire, il a été préconisé de mettre l’accent sur les avancées des politiques de l’UA sur le continent africain. Les médias sont vus comme des outils d’amélioration de la notoriété et de l’image, bien loin des avertissements alarmistes sur le retard économique africain.

Ainsi, il apparaît que bon nombre d’émetteurs aussi bien que de destinataires des messages de communication de l’UA pour cet évènement sont des acteurs étrangers Ce constat entretient une impression de dépendance africaine. Demeure la question de savoir quel serait l’intérêt des acteurs externes à s’engager pour le progrès industriel du continent.

Océane Alouda
Image : Directorate of Information & Communication, African Union


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search