Saluez, combattez !

Sous l’impulsion de la Ministre des Sports, la MMA (Mixed martial arts) sera enfin légalisée en France ce 1er janvier. Pour être plus précis, la compétition qui restait interdite sur le territoire sera autorisée. Ce sport souffre encore de nombreux préjugés, on lui reproche en particulier sa violence. Il autorise certes les frappes au sol, mais il comprend tout de même des règles strictes. 31 mouvements sont ainsi proscrits, par exemple les coups de tête, la morsure ou les coups dans les parties génitales. La sécurité des combattants est assurée par un arbitre et un médecin qui peuvent stopper le combat à tout moment, ce qui n’est pas différent de d’autres disciplines. Apprendre à se défendre est l’une des motivations de nombreux licenciés. A l’heure ou le terme de féminicide fait son apparition, où les femmes dénoncent plus ouvertement les agressions physiques ou verbales dans la rue, un nouveau courant s’est répandu au sein de certaines disciplines d’arts martiaux : les cours 100% féminins. Le but ? Apprendre à se défendre et gagner en confiance en soi. Cela peut permettre aux femmes ayant été victimes d’agressions traumatisantes de se reconstruire dans un environnement propice. Mais dans le cas des autres, outre l’argument de la dépense calorique élevée et l’harmonisation de la silhouette est soi-disant suffisant. Les cours 100% féminin ne représentent pas grand intérêt. Pour se défendre contre un homme, pourquoi n’affronter que des femmes ? Les écarts de poids, de taille et de force influent sur les combats, d’où l’existence des catégories de poids. Ils sont donc à prendre en compte lors des entrainements. Vous vous battrez sans doute différemment contre Teddy Riner (130kg pour 2,01m) ou contre Connor McGregor (70 kg pour 1,75m). Un autre argument est « que le regard d’un homme peut déranger ». Justement pourquoi fuir au lieu de s’y confronter ? N’est-ce pas le but d’un sport de combat : se surpasser ? De plus, les disciplines de combat répondent à des valeurs morales tel le respect de l’autre et la tolérance, faire de la ségrégation dans ce milieu n’y répond absolument pas.

Chloé Ronjon

Image : pexels.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search