« Le mélange des méthodes de travail est notre grande force, ce qui nous permet de tendre et d’atteindre l’interdisciplinarité »

Rencontre avec Gilles VIEILLE MARCHISET, Professeur des Universités et Directeur de l’Unité de recherche “Sport et sciences sociales”. Il a récemment sorti un ouvrage « La conversion des corps ». Ses travaux de recherches portent sur les inégalité sociales et territoriales lié aux activités physiques et au sport dans les milieux précaires.

Qu’est-ce que les Sciences du Sport ?

A l’Université, les racines institutionnelles des sciences du sport restent l’Education Physique et Sportive avec la formation des professeurs. A l’origine, c’est donc très technique et tourné vers la pédagogie. Quand la discipline s’est constituée, dans les années 70, le STAPS s’est structuré autour de trois grands pôles de recherche. Le premier, historiquement, est celui des Sciences humaines et sociales (SHS). Le STAPS a d’abord travaillé sur l’histoire du sport mais aussi sa sociologie, dans la continuité de la pensée de Pierre Bourdieu. Ensuite des questions de biologie sont apparues : la biomécanique et la physiologie de l’exercice, surtout, utilisées pour la préparation physique de l’athlète. Depuis les années 2000, la recherche en neurosciences est en pleine expansion. Le troisième pôle couvre les questions de santé notamment l’impact du sport sur les malades. Ce sont des études scientifiques de très haut niveau qui restent peu connues. A partir de ces pôles, il y a différentes questions de recherche : le marketing du sport et la recherche didactique et pédagogie (SHS) et aussi le secteur de l’entrainement et les activités physiques adaptées et santé. Mon travail se situe dans ce dernier champ.

Avec cette forte interdisciplinarité, comment se passe la communication entre scientifiques ?

Pour la plupart, nous avons une formation de base pluridisciplinaire. La filière est très attractive, alors nous devons travailler avec des chercheurs de d’autres disciplines qui n’ont pas cette formation initiale. On apprend donc à se connaitre, à échanger beaucoup de références pour avoir une culture commune. Ce n’est pas toujours facile car nos méthodes et les critères d’évaluation de la science diffèrent. Personnellement, j’apprends beaucoup. Les chercheurs des autres disciplines nous apportent de la rigueur dans traitement des données en revanche, ils n’analysent pas les concepts, ni l’histoire de la notion, nous leur transmettons des précisions sur la construction d’objets scientifiques. Nous pouvons ensuite construire les questions de recherches et traiter les données ensemble. Le mélange des méthodes de travail est notre grande force, nos protocoles peuvent être réellement interdisciplinaires.

Avec cet objet de recherche, quelles sont les interactions sciences-sociétés ? N’est dirigé que pour les sportifs ?

On interagit avec beaucoup d’acteurs très différents. Je travaille en ce moment, avec une collègue psychologue, sur l’impact du karaté sur la reconstruction du corps pour les femmes victimes de viol. Nos approches sont différentes, son protocole est clinique tandis que je réalise des entretiens en anthropologie. Les données socio-culturelles sont fondamentales car, les femmes qui participent à l’étude ont des parcours migratoires différents. La sexualité, la perception du corps et la représentation de la violence faites au corps sont extrêmement variables. La professeure de karaté nous aide également.

J’ai toujours été sensible à l’impact de mes travaux. De plus, le sport est perçu de telle manière que, changer les représentations est extrêmement compliqué. Mes travaux c’est de dire : attention, il y a des précautions à prendre car le sport peut être un outil de contrôle et d’aliénation. Il faut donc faire attention à la manière de présenter les choses. Les articles scientifiques ne sont pas lu hors de la sphère académique, j’utilise donc d’autres moyens de diffusion (colloque, articles à destination des professionnel…).

Chloé Ronjon

Image : Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search