L’enseignement des maths à l’école primaire : la France peut-elle s’approprier la méthode de Singapour ?

Singapour se place en tête du classement mondial en termes de réussite scolaire en mathématiques. La France, qui se retrouve parmi les derniers pays, tente de s’approprier le modèle singapourien. Cependant, différents facteurs socio-culturels inhérents à Singapour ne sont pas transférables en France : un rapport rendu par l’Education nationale préconise de s’inspirer de la méthode de Singapour, sans pour autant la reproduire à l’identique.

Le paradoxe des mathématiques en France

En 2019, la France compte 14 universités parmi les 100 meilleures dans le monde en mathématiques, et occupe même la deuxième position grâce à l’Université de la Sorbonne, selon l’Academic Ranking of World Universities (ARWU). La France est d’ailleurs la deuxième nation à avoir obtenu le plus de médailles Fields, une récompense prestigieuse en mathématiques.

Paradoxalement, alors que nos mathématiciens brillent internationalement, l’évaluation TIMSS de 2015 qui mesure le niveau des connaissances des élèves de CM1 dans cette discipline, place la France parmi les derniers des 49 pays participants.

Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields en 2010, confie à France Info que « le niveau de notre enseignement à l’école est piètre, et c’est là-dessus qu’il faut travailler ». Pourtant, les nouveaux programmes scolaires de 2019 en seconde et en première suppriment les mathématiques du tronc commun.

L’impact des mathématiques en France

L’image actuelle des mathématiques est préoccupante. La discipline occupe en effet une place à part dans les parcours scolaires : elle est devenue une des clés pour accéder aux études et aux écoles les plus recherchées. Selon Christine Laprie, conseillère pédagogique dans l’Académie de Reims, « un sentiment d’autodépréciation se développe souvent chez les élèves lorsqu’ils ne font pas partie des trois premiers de la classe dans cette matière ». Ils se sentent « nuls en maths », leur confiance en eux diminue, et leurs résultats scolaires généraux sont impactés.

La réussite de Singapour en mathématiques

La première place de l’évaluation TIMSS est, quant à elle, détenue par Singapour. Pour devenir un leader dans un monde technologique, la cité-Etat a pris la décision, dans les années 1980, d’améliorer de façon radicale ses programmes de mathématiques. La nouvelle méthode met en avant la manipulation et la verbalisation. Pendant plusieurs années, elle a été testée sur le terrain, corrigée et améliorée grâce aux retours des professeurs. Elle repose sur trois piliers : les facteurs économiques et socioculturels, les facteurs organisationnels (qualité des écoles et de la formation des enseignants), et les facteurs familiaux (sociabilisation et parentage). A partir de années 2000, la méthode de Singapour commence à être connue internationalement et des pays comme la France tentent de s’en inspirer pour améliorer la compréhension des mathématiques par les élèves.

Le modèle de Singapour et son application en France

En 2018, l’Etat confie à Cédric Villani et Charles Torossian (inspecteur général de l’Education nationale) l’élaboration d’un rapport intitulé « 21 mesures pour l’enseignement des mathématiques ». Ce dernier propose des solutions pour perfectionner la qualité de l’enseignement de cette discipline. L’ouvrage stipule par ailleurs que la méthode utilisée à Singapour ne peut être reprise à l’identique en France. En effet, la tradition confucéenne (culture asiatique), très ancrée à Singapour, conditionne la vision de l’éducation, de l’apprentissage et de la valorisation de l’enseignant. La formation des professeurs des écoles, par exemple, diffère grandement d’un pays à l’autre. Christine Laprie confie qu’à Singapour, « les enseignants du premier degré bénéficient de 400 heures de mathématiques lors de leur formation initiale, contre seulement 80 heures en France ».

La méthode de Singapour dans les classes françaises

Aline Vrana, enseignante dans une classe de CP, utilise la méthode de Singapour depuis un an. « La verbalisation est l’élément central : l’élève est encouragé à raisonner à voix haute en mettant un “haut-parleur sur sa pensée” ». Aussi, la méthode s’appuie sur une démarche qui permet à l’élève de se familiariser avec les concepts mathématiques.  Les notions sont tout d’abord incarnées par la manipulation d’objets : c’est l’étape concrète. Par exemple, pour approcher le nombre 10, l’élève aura 10 gommes en mains. Les objets sont ensuite remplacés par des images qui les représentent, comme une pièce de 10 centimes. Enfin vient l’étape abstraite, où ils ne travaillent plus qu’à l’aide de chiffres et de symboles. L’enseignante apprécie la méthode de Singapour, car « les apprentissages sont amenés par le jeu et la manipulation. A chaque séance, ils doivent également analyser de façon verbale ce qu’ils font et comment ils ont appris ». En outre, la méthode de Singapour est, selon Aline Vrana, une méthode didactique efficace. Un des problèmes quant à son application en France est que qu’elle requiert beaucoup de matériel, de nombreux manuels scolaires (au moins deux par élève), ainsi qu’une formation complémentaire des enseignants, ce qui « demande un investissement conséquent ». Aujourd’hui, il est encore tôt pour se prononcer sur l’usage de la méthode de Singapour en France car peu de travaux de recherche ont été publiés à son sujet. Les résultats de la dernière évaluation TIMSS qui paraîtront en novembre 2020 seront cependant un moyen d’estimer l’efficacité des nouvelles mesures prises par l’Education nationale.

Sources :

Pauline Soyer

Image : Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search