Lutter contre la désinformation sur le web : un combat perdu d’avance ?

Chaque matin c’est la même chose, je regarde Facebook et je m’aperçois combien les gens sont motivés pour protéger notre belle planète. C’est vrai ! Entre une pub pour des vacances éco-responsables et des vidéos “Brut” sur les initiatives Low-tech dans le monde, j’ai le sourire en regardant Facebook chaque matin. Puis c’est en discutant avec mes collègues que je me rends compte qu’au final, on est peut être pas si motivé que ça. Utiliser Facebook ou Twitter comme principale source d’information, ça n’apporte pas que du bon. Alors même que ces deux plateformes sont connus pour leur contenu « amateur » et souvent très biaisé, les ‘’likes’’ et les algorithmes trient l’information, la mette en avant ou la noie dans la masse, sans que l’on puisse y faire grand-chose. Mais le problème ne s’arrête pas aux plateformes : Même Google, celui à qui on dit “Ok” pour la moindre question, est soumis aux décisions d’algorithmes comme le montre Eli Pariser, théoricien du concept de “bulles de filtres”. Selon lui, nous serions tous bloqués dans des chambres des échos, « le web ne nous montre pas ce que nous devons voir, mais ce que nous aimons voir ». Nous avons tendance à croire que ce qui est présent sur notre page web est représentatif de la réalité et reflète une pensée majoritaire. Mais si tout est aussi subjectif et qu’on me montre uniquement ce que j’aime, je pourrais me contenter de prendre les informations comme elles viennent, sans jamais les remettre en question. De toute façon, à quoi bon être sceptique face à une information qui m’arrange ? et c’est ainsi que des thèses radicales ou complotistes émergent, bienvenue dans le monde des fake news. Si la formation à l’esprit critique apparaît comme un objectif mis en exergue dans tous les textes officiels de l’Éducation nationale, il semble plus difficile d’atteindre des adultes, d’autant plus s’ils présentent une défiance envers les médias et la presse. Heureusement, la presse se rebelle et dégaine ses outils de fact checking pour une réponse ciblée et rapide. Checknews de Libé ou le Décodex du Monde, les deux fonctionnent sur le même principe. On copie-colle l’URL d’une page qui nous semble douteuse ou on pose directement la question sur le site. Des journalistes se chargent d’y répondre ensuite. Le Decodex liste un ensemble de questions pertinentes autour du partage d’une actualité et des astuces pour reconnaître la fiabilité d’un site, toujours utile lorsqu’on est enseignant ou simple curieux. Mais qu’on se le dise, l’information a beau être recensée comme fausse sur leurs petits outils, cela n’empêchera pas sa propagation sur d’autres réseaux.  Pour Jérôme Gondreux, inspecteur général de l’éducation nationale en histoire géographie, des outils ont beaux se développer, « l’esprit critique ne se possède pas, c’est une dynamique, un ensemble d’attitudes et de procédés que l’on prend dans notre manière d’aborder les choses ». De ce point de vue, qu’importe l’outil, ce qui importe le plus est l’apprentissage d’une méthode, l’appropriation d’une réflexion critique par défaut, un automatisme à avoir face à une nouvelle information. Facile à dire… En attendant, je retourne sur Facebook, j’ai besoin de savoir combien “le bio” c’est formidable…ou presque.

Renaud Zappadu

Image : Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search